La­na Del Rey

Rock & Folk - - Disque du Mois -

“Lust For Life” PO­LY­DOR/UNI­VER­SAL­MU­SIC

Avec un titre d’al­bum qui évoque Ig­gy Pop, La­na livre son meilleur al­bum de­puis le pre­mier, “Born To Die”. Dès qu’on pose le dia­mant (ou le fais­ceau la­ser, ou le clic droit) sur la pre­mière plage, “Love”, on est hap­pé par la voix trou­blante de la di­va las­cive. “Re­gar­dez-vous, les ga­mins avec votre mu­sique vint age qui vous ar­rive par sa­tel­lite pen­dant que­vous­rou­lez”. Le choc de l’an­cien monde avec les sé­quences élec­tro­niques du nou­veau, le tout au rythme d’une Ca­dillac fif­ties mu­nie du wi­fi qui roule à 55 MPH sur une au­to­route, quelque part au coeur de l’Amé­rique en lam­beaux... Emile Hay­nie, com­plice du pre­mier opus, ap­porte son ex­per­tise à ce titre ma­gique, sui­vi du gros fea­tu­ring de l’al­bum, The Weeknd, qui amène ses beats ma­lades et sa voix de cris­tal sur ce “Lust For Life” lym­pha­tique et han­té. Les deux in­vi­tés sui­vants sont à l’op­po­sé dans le style et dans la py­ra­mide des âges, avec le rap­peur A$ap Ro­cky (29 ans) sur deux chan­sons (“Grou­pie Love” et “Sum­mer Bum­mer”) et Ste­vie Nicks de Fleet­wood Mac (69 ans) sur “Beau­ti­ful People Beau­ti­ful Pro­blems”. D’une chan­son à l’autre, on reste dans cette am­biance co­ton­neuse et ces tem­pos stop­pés dans leur élan par la voix trai­nante et fas­ci­nante de La­na, qui se balade à la plage (“13 Beaches”), en fes­ti­val (“Coa­chel­la — Wood­stock In My Mind”) et dans une Amé­rique fan­tas­mée où les femmes sont belles comme des déesses (“God Bless Ame­ri­ca — And All The Beau­ti­ful Wo­men In It”). “He­roin” cite Möt­ley Crüe (in­at­ten­du et drôle) et Man­son (Charles ou Ma­ri­lyn) tan­dis que “Change”, su­perbe bal­lade, an­nonce la fin de l’al­bum, avant la co­da “Get Free”. En­voû­tant, mé­lo­dique, han­té, maî­tri­sé. Grand disque, im­mar­ces­cible bon­heur de l’été 2017. OLI­VIER CA­CHIN

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.