Son­ghoy Blues

Rock & Folk - - Disque du Mois -

“Résistance” TRANS­GRES­SIVE/FAT­POS­SUM

Pas­sé toute fron­tière, Son­ghoy Blues entre en résistance. Ori­gi­naire du Nord du Ma­li, le groupe de­sert blues a fui cette vaste zone aride après une in­cur­sion is­la­miste pour al­ler se po­ser à Ba­ma­ko. Sou­te­nu dès 2013 par Da­mon Al­barn, Ju­lian Ca­sa­blan­cas et Nick Zin­ner de Yeah Yeah Yeahs, le qua­tuor gon­flé à bloc em­me­né par Aliou Tou­ré chante en bam­ba­ra, son­ghaï, fran­çais et an­glais sur son deuxième al­bum élec­trique. Son­ghoy Blues ap­porte d’abord l’es­prit de la fête tout au long de ces douze titres dan­sants et une vi­sion po­si­tive de l’Afrique, trop sou­vent as­so­ciée à la guerre et à la fa­mine, en ap­pe­lant cha­cun à prendre ses res­pon­sa­bi­li­tés et son des­tin en main. “Résistance” s’ouvre sur “Vo­ter” où le groupe pré­cise d’en­trée : “On ne vote pas si la si­tua­tion ne change pas.” Sous l’im­pul­sion de la gui­tare de Sam­ba Tou­ré et du groove hyp­no­tique d’Ou­mar Tou­ré et de Na­tha­nael Dem­bé­lé, Son­ghoy Blues constate aus­si que la re­li­gion est “un faux pré­texte”, évoque la vie noc­turne à “Ba­ma­ko” et le “Sa­ha­ra” en com­pa­gnie d’Ig­gy Pop, qui pré­vient qu’ “il n’y a pas de piz­za, ni de Ken­tu­cky Fried Chi­cken” dans l’im­mense dé­sert où de nom­breux ré­fu­giés, par­tis de Ly­bie, Sy­rie ou du Ma­li cher­cher une vie meilleure en Eu­rope, n’ont trou­vé que la mort. En­re­gis­tré à Londres par Neil Com­ber (M.I.A., Djan­go Djan­go, Crys­tal Figh­ters), “Résistance” fait fruc­ti­fier l’hé­ri­tage mu­si­cal lais­sé par Ali Far­ka Tou­ré et Ti­na­ri­wen, mais trace aus­si le lien avec l’afro­beat et le hip-hop sur des titres comme “Ma­li Nord” avec Elf Kid de The Square. Au-de­là de la world mu­sic, Son­ghoy Blues offre sur­tout la mu­sique la plus vi­vante d’au­jourd’hui. VINCENT HA­NON

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.