QUEENS OF THE STONE AGE

CONCERT A MELBOURNE 20 JUILLET, FES­TI­VAL HALL

Rock & Folk - - Story - VINCENT HANON

Dans l’hi­ver aus­tral, Josh Homme et ses fines gâ­chettes ro­daient un spec­tacle dé­jà très im­pres­sion­nant.

Après une mé­mo­rable tour­née en 2014, les Queens Of The Stone Age com­mencent la nou­velle par l’Aus­tra­lie et la Nou­velle-Zé­lande, avant l’ar­ri­vée im­mi­nente de “Villains” sur les écrans mon­diaux et dans ce qui reste de bacs. En cette nuit gla­ciale de juillet, 4000 âmes se ré­chauffent à l’in­té­rieur en bu­vant des coups, et on se re­trouve im­mé­dia­te­ment hap­pé par l’uni­vers vi­suel fa­mi­lier et ni­hi­liste de Bo­ne­face qui a conçu, ici, de ma­gni­fiques dé­cors.

Prêt à en dé­coudre

Il s’agit d’en don­ner plus d’en­trée de jeu, et le gang de Josh Homme at­taque bille en tête avec “You Think I Ain’t Worth A Dol­lar, But I Feel Like A Mil­lio­naire”, ini­tia­le­ment chan­té par Nick Oli­ve­ri, puis en­chaîne, conqué­rant, avec “No One Knows”. Content d’être là, le chan­teur au ge­nou bou­sillé sort un peigne de la poche ar­rière du jean, et se re­coiffe avant d’ex­pli­quer que sa femme, Bro­dy Dalle, est de Melbourne, et qu’il se sent un peu ici comme à la mai­son. “On est ve­nu pour

se lâ­cher” ex­plique-t-il aus­si. Vi­si­ble­ment là pour se faire plai­sir, le groupe a dans sa be­sace de quoi ré­jouir le plus bla­sé des spec­ta­teurs et choi­sit de re­mon­ter es­sen­tiel­le­ment à l’en­vers les ai­guilles de son al­bum pré­cèdent “...Like Clo­ck­work”, mais re­vi­site aus­si les mo­ments les plus forts de “Era Vul­ga­ris” et “Lul­la­bies To Pa­ra­lyze”. On pour­rait bien sûr re­gret­ter l’ab­sence de Mark La­ne­gan, celle du bas­siste de Dwarves ou du bat­teur de Foo Figh­ters, mais à vrai dire, non. Avec un son puis­sant et aé­ré, les QOTSA taillent une route sexy et mé­lo­dique, à l’aide d’un groupe pour le moins af­fu­té, par­ti­cu­liè­re­ment le re­mar­quable et sty­lé gui­ta­riste Troy Van Leeu­wen, le plus an­cien sur scène après Josh Homme. On aper­çoit ici les meilleurs mu­si­ciens du cir­cuit : Dean Fer­ti­ta de De­troit der­rière ses cla­viers, qui a joué avec Ig­gy et Josh sur “Post Pop De­pres­sion”, Mi­chael Shu­man de Mi­ni Man­sions à la basse et Jon Theo­dore, der­nier ar­ri­vé et an­cien bat­teur de The Mars Vol­ta, par­fai­te­ment rom­pu à la mécanique ro­bo­tique du groupe. Avec une bribe de “De­vil In­side” d’INXS à l’in­té­rieur, la bande en­chaîne sans coup fé­rir sur “Feel Good Hit Of The Sum­mer”, ce qui ne peut pas faire de mal au coeur de la morne sai­son. Tou­jours prêt à en dé­coudre, Josh fus­tige alors “tous ceux qui vous disent ce qu’il

faut faire” en ti­rant sur sa clope. Seul groupe du cir­cuit à en­voyer du bruit qui fasse sens, les Queens Of The Stone Age ne s’ex­cusent pas de jouer du rock, entre The Doors et Black Flag. De “Villains”, sep­tième al­bum pro­duit par Mark Ron­son, les Queens ne joue­ront que le boo­gie ro­ckab’ en­dia­blé “The Way You Used to Do” et “The Evil Has Lan­ded”, longue et en­voû­tante pièce psy­ché­dé­lique. Le groupe du dé­sert peut tout faire, même faire dan­ser, et, à vrai dire, pas grand monde ne peut ac­tuel­le­ment mieux le faire. En guise d’au re­voir, “A Song For The Dead”, qui vient son­ner les morts pour la route, avant de lais­ser les spec­ta­teurs, sur le car­reau, battre le pa­vé dans la nuit noire.

Set­list

You Think I Ain’t Worth A Dol­lar, But I Feel Like A Mil­lio­naire/ No One Knows/ Smooth Sai­ling/ I Sat By The Ocean/ Mis­fit Love/ Burn The Witch/ Sick, Sick, Sick/ Feel Good Hit Of The Sum­mer/ If I Had A Tail/ The Way You Used To Do/ Lit­tle Sis­ter/ The Vam­pyre Of Time And Me­mo­ry/ Make It Wit Chu/ The Evil Has Lan­ded/ My God Is The Sun/ I Ap­pear Mis­sing/ Go With The Flow (rap­pel) Keep Your Eyes Pee­led/ A Song For The Dead

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.