Su­ga­ray Ray­ford

Rock & Folk - - Disque du Mois -

“The World That We Live In” BLINDFAITH/DIFFER-ANT

Texan d’ori­gine ins­tal­lé à San Die­go, Su­ga­ray Ray­ford est un nou­veau géant du blues dans toutes les ac­cep­ta­tions du terme — le gaillard me­sure un mètre quatre-vingt-seize pour 140 ki­los. Su­ga­ray a d’abord été le chan­teur d’Ur­ban Gyp­sy et des Aunt Kiz­zy’s Boys avec qui il en­re­gistre deux al­bums. Pa­ral­lè­le­ment, il est in­vi­té par les Man­nish Boys sur “Double Dy­na­mite” en 2013. Sa car­rière so­lo dé­bute en 2010 par “Blind Al­ley”, s’en­sui­vront “Dan­ge­rous” avec Kim Wil­son et Mons­ter Mike Welch en 2013 et “South­side” en 2015 qui lui per­mettent de se faire re­mar­quer dans le monde du blues. Pro­duit par Lu­ca Sa­pio pour le la­bel ita­lien Blind Faith, “The World That We Live In” marque un lé­ger chan­ge­ment de re­gistre. Su­ga­ray re­vient à ses ra­cines, le gos­pel qu’il a pra­ti­qué dès l’âge de sept ans et la soul qui a ber­cé son en­fance. Ac­com­pa­gné par la Royal Ita­lian Fa­mi­ly com­pre­nant huit mu­si­ciens dont une sec­tion de cuivres ef­fi­cace, sa voix, à la fois puis­sante (le mot est faible) et souple, oc­cupe l’es­pace et donne le tem­po tout au long de dix com­po­si­tions ori­gi­nales qui pour­raient pas­ser pour des stan­dards ve­nus des six­ties. Comme à l’époque, titres ra­pides et ex­ci­tants, “Take Me Back”, “What Do We Own”, “Troubles”, “The Boo­gey Man”, une chan­son ri­go­larde à la Zap­pa, al­ternent avec des pas­sages plus lents et sen­suels, “The World That We Live In”, “Dont Re­gret A Mile”, “Home Again”, “Dig A Lit­tle Dee­per”. Ce disque est une jouis­sive le­çon de soul par un im­mense chan­teur. Un seul re­gret, l’ab­sence du for­mi­dable gui­ta­riste Gi­no Mat­teo, du même ton­nage mais en lar­geur, son in­dis­pen­sable com­plé­ment sur scène où le duo est très, très im­pres­sion­nant. PHI­LIPPE THIEYRE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.