Vieilles Char­rues

13 AU 16 JUILLET, SITE DE KERAMPUILH (CA­RHAIX-PLOU­GUER) Le fes­ti­val bre­ton a en­core une fois fait ex­plo­ser les comp­teurs avec 280 000 convives. Yec’hed­mat!

Rock & Folk - - Festivals 2017 - EM­MA­NUELLE DEBAUSSART PHO­TO MAR­TIAL MOR­VAN

éton­nam­ment pul­sé par la gui­tare élec­trique du you­tu­beur Waxx. Un peu de per­fec­tion at­ten­due avec Phoe­nix, su­bli­mé par un éton­nant jeu de mi­roir, puis la deuxième claque du fes­ti­val : Vin­tage Trouble. “James Brown puis­sance 1000 avec en plus la ca­pa­ci­té phy­sique à se te­nir sur un

pied sur une crash bar­rière” se­lon notre pho­to­graphe ! Op­tion sport et mu­sique aus­si pour FFF, Ke­ry James ou KillASon, ath­lètes de haut ni­veau cha­cun dans leur style. Men­tion spé­ciale en­fin pour Mat­ma­tah qui pro­voque tou­jours la même fer­veur aux Char­rues. Une fo­rêt de bras le­vés qui on­dulent d’un bout à l’autre du champ, une ma­rée hu­maine un brin chau­vine pour les hé­ros du Fi­nis­tère, un amour ja­mais dé­men­ti mal­gré dix ans d’ab­sence ! Ma­gni­fique duel Justice ver­sus Ins­pec­tor Clu­zo. Show vi­suel hyp­no­ti­sant pour les pre­miers. Exu­bé­rance et pou­voir du vrai live en fu­sion pour les se­conds. Les Gas­cons ha­ranguent la foule, ful­minent, et on ju­bile ! Avec op­tion basse pour la per­fu­sion élec­tri­sante de Royal Blood ou bri­co­lage pour le blues ru­gueux de Sea­sick

Steve, le duo bat­te­rie/ gui­tare res­te­ra une des for­mules ga­gnantes du week-end ! Autre style, les Drop­kick Mur­phys, Pogues de Bos­ton avec chan­teur plus étanche que Shane, éner­gisent le champ en mode stade de foot. Im­mer­sion dans un co­con qua­si mys­tique avec Faa­da Fred­dy : au­cun ins­tru­ment, que des sons or­ga­niques. Pen­dant que le fan­tôme de Re­naud as­siste, mo­mi­fié, au concert don­né à sa place par la foule, toute en fer­veur et em­pa­thie, Geor­gio, livre un live vi­brant d’éner­gies po­si­tives, Bonne hu­meur conta­gieuse avec les tré­pi­dants

Deluxe, mi-domp­teurs mi-tra­pé­zistes. Pro­gram­mé dans la fou­lée, avec de fa­bu­leux mu­si­ciens ma­liens, M en pro­fite pour re­joindre les mous­ta­chus le temps d’in­ter­pré­ter leur titre com­mun (Deluxe lui ren­dra la pa­reille, en re­joi­gnant La­mo­ma­li). Dé­fer­lante rock entre les deux, sur­fée par les lon­do­niens de Shame. Ur­gence et au­then­ti­ci­té. A vif sur la plus pe­tite des scènes, dans une proxi­mi­té qui ne laisse pas droit à l’er­reur. Coup de coeur. L’exact op­po­sé du nom­bri­lisme en­fu­mé de PNL, va­cui­té et va­ni­té. Ma­nu Chao, fi­dèle à lui-même, dans le son et l’es­prit, offre presque deux heures de pres­ta­tion et une tri­bune aux an­tiOGM. Come back mi­li­tant aus­si pour Mid­night

Oil et son cha­ris­ma­tique géant : peuples pre­miers et éco­lo­gie sur fond de gui­tares sur­an­nées.

Vin­tage Trouble

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.