Ma­riet­ta

Rock & Folk - - Disques Français - “Pra­ze­pam St”

et l’on ne parle pas ici que de l’or­gane, qui de­puis des an­nées cherche la forme qui lui per­met­tra d’éclore au plus écla­tant.

Il y eut les Fee­ling Of Love, un groupe qui était da­van­tage qu’un énième truc shoe­gaze, car ses chan­sons tuaient. Puis, il y eut les al­bums, en so­lo mais ter­ri­ble­ment en­tou­ré, par Paul Ran­naud (Vo­lage), Ha­lo Maud, Paul Ra­mon (Plea­sure Prin­ciple), Hen­ri Adam (TITS), Ch­ris Co­hen... Le pre­mier fai­sait es­pé­rer, le deuxième er­rait, puis, comme l’a dit Le­lo Jim­my Ba­tis­ta :

Est-ce “Pra­ze­pam St” ? Si on l’écoute sé­rieu­se­ment, ce disque au nom d’an­xio­ly­tique se fait sa place et joue dans l’âme de l’au­di­teur sa sym­pho­nie de bric et broc.

et puis la mé­lo­die prend de l’am­pleur jus­qu’à l’of­fen­sive har­mo­nique du re­frain

et le texte est en adé­qua­tion par­faite avec la mu­sique pour cette cé­lé­bra­tion ins­pi­rée de la nos­tal­gie. On se de­mande d’em­blée com­ment Ber­trand Betsch, qui en est quand même à son trei­zième al­bum de­puis 1997, a pu être ain­si re­lé­gué au rang d’ar­tiste confi­den­tiel, dé­fen­du par des pe­tits la­bels éclai­rés, alors que son po­ten­tiel pour­rait lui as­su­rer un plus large pu­blic, tant cet es­thète mé­con­nu fait preuve d’une élégance mu­si­cale et tex­tuelle im­pres­sion­nante, et son al­bum qui cultive une pop in­ti­miste fi­ne­ment or­ches­trée étonne par sa puis­sance évo­ca­trice. Le chant joue de son ap­pa­rente fra­gi­li­té et de son charme un peu plain­tif, avec par­fois des airs de Sou­chon pop (“A La Dé­ro­bée”), pour prendre au piège de ses mé­lo­pées ad­dic­tives

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.