Com­plè­te­ment Stone

Sly Stone en dix al­bums, avec ou sans sa Fa­mi­ly.

Rock & Folk - - Sly Stone - BE­NOIT SABATIER

01 “Stand!” (1969)

Fred­die Stone : “Nous étions en­core frais, af­fa­més et af­fû­tés : notre meilleur al­bum.”. Lar­ry Gra­ham : “Les mé­lo­dies sont plus fortes, les chan­sons plus puis­santes.” La preuve avec “So­me­bo­dy’s Wat­ching You”, “Stand !”, “Eve­ry­day People”, “I Want To Take You Hi­gher”, etc. Sly, qui à l’oc­ca­sion uti­lise syn­thé et vo­co­deur, crée avec une fa­mille au top de sa forme un “Sgt. Pep­per” soul, une po­tion ma­gique où psy­ché, funk et pop pro­pulsent l’au­di­teur par-de­là les nuages.

02 “There’s A Riot Goin’ On” (1971)

Ex­pé­ri­men­tal et tu­besque, ex­ci­tant et flip­pant, un chefd’oeuvre de funk dro­gué. La chan­son “There’s A Riot Goin’ On” dure 0 se­conde. “Pour si­gni­fier qu’il ne de­vrait pas y avoir d’émeute”, ex­plique Stone, com­plè­te­ment stone.

03 “Fresh” (1973)

Plus lu­mi­neux, sen­suel, élec­tro­nique, Sly ex­ploi­tant toutes les nou­velles tech­no­lo­gies à sa dis­po­si­tion. Miles Da­vis, fas­ci­né par les syn­copes de “In Time”, pas­sait ce mor­ceau en boucle à ses mu­si­ciens.

04 “Life” (1968)

Sur la chan­son “Life”, Sly imite Laf­fing Sal, cé­lèbre clown mé­ca­nique du parc d’at­trac­tions de San Fran­cis­co, et le ton est don­né : un al­bum em­pli de bonnes vi­bra­tions, fes­tif, et sur­tout, dé­bor­dant de com­po­si­tions phé­no­mé­nales.

05 “A Whole New Thing” (1967)

Consi­dé­ré comme un coup d’es­sai mal dé­gros­si. Faux : Sly et sa fa­mille, en amal­ga­mant soul ba­roque et rock psy­ché­dé­lique, posent les bases d’un son nou­veau, Stone s’im­po­sant dé­jà, le fa­ra­mi­neux “Un­der­dog” en té­moigne, comme com­po­si­teur de pre­mier plan.

06 “High On You” (1975)

Même si Jer­ry, Cyn­thia, Fred­die et Vet par­ti­cipent à cet al­bum, c’est of­fi­ciel­le­ment son pre­mier so­lo, pour le­quel le mul­ti-ins­tru­men­tiste, avec les tor­rides “So Good to Me”, “Cross­word Puzzle”, “I Get High On You”, dé­montre qu’il en a gar­dé sous la pé­dale.

07 “Small Talk” (1974)

Où le lu­na­tique tente de don­ner le change en van­tant les joies de l’amour do­mes­tique. Al Green est plus jouis­sif, Ste­vie Won­der plus in­ven­tif ? Sly groove tou­jours.

08 “Dance To The Mu­sic” (1968)

En de­çà du pre­mier al­bum, mais la chan­son-titre, un hit fan­tas­tique, pro­pulse le groupe sur le de­vant de la scène. Sous le nom The French Fries, la bande en­re­gistre une ver­sion fran­çaise, “Danse A La Mu­sique”.

09 “Ain’t But The One Way” (1982)

Stone n’a plus la cote, ce disque ré­serve pour­tant de bons mo­ments, comme “LOVINU”. Même la re­prise de “You Real­ly Got Me” n’est pas si mal. Le pro­blème, c’est qu’au même mo­ment, Prince sort “1999”...

10 “Wal­king In Je­sus Name & More From Sly Stone” (2014)

Pia­no, gui­tare, basse, bat­te­rie, Syl­ves­ter Ste­wart, en­fant, se ré­vèle un mul­ti-ins­tru­men­tiste sur­doué. Dès 1952, il en­re­gistre du doo­wop gos­pe­li­sant avec The Ste­wart Four, The Ste­wart Bro­thers, The Vis­caynes. Dans les six­ties, pro­duc­teur pour Au­tumn Re­cords, il com­pose du R&B en so­lo, en duo (avec Billy Pres­ton, Glo­ria Scott), pour d’autres (Bob­by San­ders, George & Ted­dy, un hit pour Bob­by Free­man, etc.). Pas en­core Jé­sus, il fait dé­jà des pe­tits mi­racles.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.