Mme de Lam­balle, l’amie sa­cri­fiée

Secrets d'Histoire - - Autour De L’histoire -

Née en 1749, Ma­rie-Thé­rèse-Louise de Sa­voie, prin­cesse de Lam­balle, est ré­pu­tée à la cour pour sa sa­gesse, sa gé­né­ro­si­té et sa sen­si­bi­li­té. De­ve­nue l’une des amies les plus in­times de Ma­rie-An­toi­nette, elle est nom­mée in­ten­dante de sa Mai­son. Cette ami­tié pro­fonde ins­pire ja­lou­sies et pam­phlets or­du­riers. Mais la prin­cesse de Lam­balle res­te­ra un sou­tien fi­dèle de la sou­ve­raine. Elle suit la fa­mille royale aux Tui­le­ries, puis se ré­fu­gie à Bruxelles et Aix-la-Cha­pelle après l’échec de Va­rennes. Des mo­dé­rés comme Bar­nave veulent alors convaincre Ma­rie-An­toi­nette de res­tau­rer la confiance entre le roi et les ré­vo­lu­tion­naires en rap­pe­lant des émi­grés. D’abord ré­ti­cente, la reine fi­nit par prier Mme de Lam­balle de re­ve­nir. Loyale, celle-ci s’exé­cute. Elle vit avec la fa­mille royale jus­qu’au 10 août 1792, lorsque la foule prend les Tui­le­ries. La fa­mille est em­me­née à la tour du Temple. Mme de Lam­balle par­tage leur sort jus­qu’au 19 août. Elle est alors trans­fé­rée à la pri­son de la Force, l’une des pires de Pa­ris. Les ré­vo­lu­tion­naires es­saient de la convaincre de té­moi­gner contre la reine, mais elle s’y re­fuse. Le 3 sep­tembre 1792, ordre est don­né de l’« élar­gir », ce qui peut vou­loir dire la li­bé­rer ou l’exé­cu­ter. Dans la confu­sion, elle est mas­sa­crée par la foule lors de son trans­fert. Son corps nu est éven­tré et dé­ca­pi­té. Des ru­meurs ra­content qu’elle au­rait été vio­lée, mu­ti­lée, son coeur ar­ra­ché et dé­vo­ré sur place… Sa tête, plan­tée sur une pique, se­ra pro­me­née dans les rues de Pa­ris jusque sous les fe­nêtres de Ma­rie-An­toi­nette, qui s’éva­nouit en ap­pre­nant le sort de l’amie qu’elle a en­traî­née dans sa chute.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.