Somp­tueuse Ma­rie-An­toi­nette

Secrets d'Histoire - - En Coulisses -

C’est au dé­part pour leur sym­bo­lique du pou­voir plus que pour leur es­thé­tique que Ma­rie-An­toi­nette choi­sit d’ar­bo­rer de belles et grandes plumes. Elle charge ain­si sa « mi­nistre des Modes », Rose Ber­tin, et son coif­feur per­son­nel, Léo­nard, d’en pa­rer ses robes, ses cha­peaux et ses in­croyables coif­fures, vé­ri­tables ar­chi­tec­tures or­nées de tis­sus, ru­bans et plumes d’au­truche que ses dé­trac­teurs ap­pel­le­ront, non sans hu­mour, « plumes d’Au­triche ». Elle lance alors une ten­dance à la cour en fai­sant des plumes un élé­ment in­con­tour­nable de l’élé­gance fé­mi­nine. Ma­rie-An­toi­nette et sa mo­diste s’en­tre­tiennent lon­gue­ment et avec pas­sion de ces pe­tits ac­ces­soires-bi­joux qui par­ti­cipent au raf­fi­ne­ment des toi­lettes de la reine, connue et fus­ti­gée pour ses goûts aus­si luxueux que dis­pen­dieux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.