Louis XVI, Louis XVIII, Charles X, quand l’His­toire bé­gaie

Secrets d'Histoire - - AU COEUR DE L’HISTOIRE - Par Co­line Bou­vart

Les trois der­niers rois de France étaient frères. Leur fin fut tra­gique : Louis XVI meurt guillo­ti­né, Louis XVIII im­po­tent et… pour­ris­sant. Charles X, lui, est chas­sé du pou­voir par la Ré­vo­lu­tion de Juillet. Avec eux, la dy­nas­tie des Bourbons fon­dée par Hen­ri IV perd le Trône. La pa­ren­thèse de la Ré­vo­lu­tion et de l’Em­pire ne semble pas avoir em­pê­ché la malédiction de Jacques de Mo­lay de se pour­suivre.

Le 6 octobre 1789, la fa­mille royale est ra­me­née de force à Pa­ris. De­puis, elle sé­journe au pa­lais des Tui­le­ries. Jus­qu’alors encore po­pu­laire, Louis XVI va s’alié­ner le peuple, en se re­tran­chant der­rière les prin­cipes de la mo­nar­chie de droit di­vin, dont il est l’hé­ri­tier. Le 20 juin 1791, la dé­sas­treuse fuite à Va­rennes achève de le dis­cré­di­ter. Dès lors, un compte à re­bours est lan­cé : le 10 août 1792, les Pa­ri­siens prennent d’as­saut les Tui­le­ries et le roi se place sous la pro­tec­tion de l’As­sem­blée. Trois jours plus tard, tous les membres de sa fa­mille sont en­fer­més à la pri­son du Temple. C’est là qu’ils ap­prennent, l’un après l’autre, leur condam­na­tion à mort. La royau­té est abo­lie le 21 sep­tembre. « Louis Ca­pet » est mis en ac­cu­sa­tion et son pro­cès dé­bute le 11 décembre. Il est re­con­nu cou­pable : condam­né à mort le 17 jan­vier 1793, il est exé­cu­té le 21 jan­vier. Ma­rie-An­toi­nette su­bit le même sort, le 16 octobre ; Ma­dame Éli­sa­beth, soeur du roi, la suit sur l’écha­faud le 10 mai 1794. À la mort de Louis XVI, son fils avait été re­con­nu par les roya­listes comme son suc­ces­seur, sous le nom de Louis XVII. Mais l’en­fant, qui n’a pas 8 ans,

est tou­jours em­pri­son­né au Temple. Les éprou­vantes condi­tions de sa dé­ten­tion en­traînent une dé­té­rio­ra­tion de sa san­té : il meurt le 8 juin 1795, vrai­sem­bla­ble­ment de la tu­ber­cu­lose.

Louis XVIII, le Roi fau­teuil

Le comte de Pro­vence, frère de Louis XVI, de­vient roi de France à la mort de son ne­veu Louis XVII. En juin 1791, le fu­tur Louis XVIII avait fui à l’étran­ger et oeu­vrait de­puis à la res­tau­ra­tion de la mo­nar­chie. Ap­pe­lé par le Sé­nat à re­prendre le Trône après la chute de Na­po­léon, il rentre en France en 1814 et ac­cepte le prin­cipe d’une mo­nar­chie do­tée d’un gou­ver­ne­ment consti­tu­tion­nel. Lors du re­tour de Na­po­léon pen­dant les Cent-Jours, de mars à juin 1815, Louis XVIII s’en­fuit à Gand. Il rentre en France en juillet 1815 après l’ab­di­ca­tion de l’em­pe­reur : c’est la Se­conde Res­tau­ra­tion. Dès lors, il va ten­ter de me­ner une po­li­tique de ré­con­ci­lia­tion mais, en 1820, l’as­sas­si­nat de son ne­veu, le duc de Ber­ry, lui ôte toute marge de ma­noeuvre : les ul­tras, me­nés par son propre frère, le comte d’Ar­tois, re­prennent la main. À la fin de sa vie, Louis XVIII, obèse, per­clus de goutte, peine à se dé­pla­cer. On le trans­porte en fau­teuil rou­lant – il se sur­nomme lui-même le Roi fau­teuil. La gan­grène at­taque son or­ga­nisme et il fi­nit ali­té. On ra­conte qu’il se dé­com­pose vi­vant, dé­ga­geant une odeur si forte que nul ne peut res­ter à son che­vet. Il s’éteint le 16 sep­tembre 1824. de la li­ber­té de la presse, dis­so­lu­tion de la Chambre, mo­di­fi­ca­tion de la loi élec­to­rale. C’en est trop et Pa­ris se sou­lève : à l’is­sue des Jour­nées de juillet 1830, Charles X doit ab­di­quer. Il dé­signe comme suc­ces­seur son pe­tit­fils, Hen­ri d’Ar­tois, duc de Bor­deaux, tan­dis que son propre fils, le duc d’An­gou­lême re­nonce à ses droits – cer­tai­ne­ment mal­gré lui. Contraire aux prin­cipes dy­nas­tiques, le coup de force reste ce­pen­dant sans ef­fet : la Chambre des dé­pu­tés ap­pelle au pou­voir Louis-Phi­lippe, duc d’Or­léans. Ce prince, fils de Phi­lippe Éga­li­té (qui a vo­té la mort de Louis XVI), plus mo­dé­ré dans sa po­li­tique, est pro­cla­mé roi des Fran­çais et non « de France », le 9 août 1830. Un titre por­té de 1789 à 1792 par Louis XVI…

Louis XVIII rentre en France en juillet 1815, après l’ab­di­ca­tion de Na­po­léon. Dès lors, il va ten­ter de me­ner une po­li­tique de ré­con­ci­lia­tion.

Louis XVI, au Temple, écri­vant son tes­ta­ment (1795), d’Hen­riPierre Dan­loux. L’an­cienne for­te­resse pa­ri­sienne ser­vit de geôle aux membres de la fa­mille royale dé­chue. Le roi fut exé­cu­té le 21 jan­vier 1793.

Por­trait de Louis XVIII, dans ses ha­bits de sacre (1824), de Ba­ron Gé­rard ; Wel­ling­ton Mu­seum, à Londres. Le frère de Louis XVI a ré­gné entre 1815 et 1824.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.