La vie à Mont­martre, au­tour du ca­fé

Secrets d'Histoire - - EN COULISSES -

En 1860, les fau­bourgs sont en­glo­bés dans Pa­ris et ac­cèdent au sta­tut d’ar­ron­dis­se­ments. Nombre d’ar­tistes prennent alors le che­min de la butte Mont­martre, moins coû­teuse que le centre de la ca­pi­tale, pour s’y ins­tal­ler. La vie de ca­fé s’or­ga­nise. Cour­bet a ses ha­bi­tudes au Ca­ba­ret de la Belle Poule ; puis il re­joint d’autres peintres à la Bras­se­rie des Mar­tyrs: Cé­zanne ou De­gas. À Pi­galle et au Ca­fé de la Nou­velle Athènes, on peut croi­ser Re­noir et Pis­sar­ro, dont les ate­liers sont tout proches: la bo­hème se presse au Ba­teau-La­voir. C’est aus­si la nais­sance des « ca­ba­rets ar­tis­tiques », avec le Chat Noir de Ro­dolphe Sa­lis ou le La­pin Agile d’An­dré Gill, dont Tou­louse-Lau­trec et Oscar Wilde sont de fi­dèles clients. C’est dans les ca­fés, lieux de for­ma­tion, d’ému­la­tion et de dé­bats, que naissent les nou­velles formes d’art af­fran­chies de l’aca­dé­misme.

Le Ca­fé de Mont­martre (1890), de S. Ru­siñol. À la fin du xixe siècle, le coeur ar­tis­tique de Pa­ris bat dans les ca­fés de la butte.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.