Les gorges de la Truyère, pay­sages ad­mi­rables

Secrets d'Histoire - - BALADE EN RÉGION -

Sous Saint-Flour, la Truyère creuse un vé­ri­table ca­nyon, long de 70 km, dans le sud de l’Au­vergne. Ce­pen­dant, l’af­fluent prin­ci­pal du Lot a été do­mes­ti­qué entre 1914 et jusque dans les an­nées 1980, par la construction de bar­rages, dont la pre­mière des­ti­na­tion est la pro­duc­tion d’élec­tri­ci­té. Ses pay­sages sont donc ceux d’une suc­ces­sion de lacs qu’on peut ad­mi­rer de­puis des bel­vé­dères comme ce­lui de Mal­let, do­mi­nant le lac de Grand­val, et ce­lui du Ve­zou, sur le lac et les ro­chers de Tur­lande. Les deux sites les plus éton­nants res­tent le châ­teau mé­dié­val d’Al­leuze, dres­sé sur un pi­ton dans le nord du lac de Grand­val, et le via­duc de Ga­ra­bit. Cet ou­vrage, réa­li­sé par Gus­tave Eif­fel entre 1880 et 1884, a été mis en rails en 1888. À son époque, c’était le plus haut via­duc du monde. Avant l’édi­fi­ca­tion du bar­rage (entre 1955 et 1959), l’élé­gante voûte mé­tal­lique s’éle­vait à 122 m au-des­sus de la Truyère, sou­te­nant un ta­blier long de 448 m ; la mon­tée des eaux en a ré­duit la hau­teur à 95 m.

Le via­duc ferroviaire de Ga­ra­bit (Can­tal). En 1888, sa mise en ser­vice a per­mis de re­lier par le rail Bé­ziers à Neus­sargue, et donc Pa­ris. Et de faciliter, no­tam­ment, le trans­port vers la ca­pi­tale des vins du Sud, qui ont alors connu un grand es­sor.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.