DOM DAHERN

Skieur Magazine - - Poudreuse -

Fé­vrier 2008 (Man­za sur l’île prin­ci­pale, pas loin de na­ga­no avec Adri Coi­rier), Fé­vrier 2014 (Ni­se­ko, Teine à proxi­mi­té de Sap­po­ro sur l’île du nord avec Adri Coi­rier, Jé­ré­my Pré­vost, Ju­lien Lange, Ro­main Gro­jean) et Jan­vier 2017 (Ha­ku­ba Val­ley à cô­té de Na­ga­no, avec Ri­chard Per­min, gui­dé par le maître du free­ride au Ja­pon Tat­suya Taya­ga­ki, le ré­dac­teur en chef de Bra­vo Ski).

Mes deux meilleurs sou­ve­nirs pro­viennent de mon pre­mier et de mon der­nier trip. Le pre­mier, parce que comme toute bonne pre­mière fois, c'est un choc. Le plus énorme en terme de quan­ti­té reste l’hi­ver der­nier avec Ri­chard Per­min qui, mal­gré son mètre qua­tre­vingt-cinq et ses 125 mm au pa­tin, ar­ri­vait à peine à sor­tir sa tête de la neige pour res­pi­rer ! Im­pos­sible de rider sans un fou­lard de­vant la bouche sous peine de se rem­plir les pou­mons pour de vrai...

A chaque fois, il faut qu’il y en ait un qui ou­blie ses peaux de phoque… Les sta­tions sont re­la­ti­ve­ment basses en al­ti­tude et il est très fa­cile d’at­teindre des runs dan­tesques en quelques mi­nutes avec des peaux. Sans, mieux vaut se foutre à poil et ten­ter de re­mon­ter en crawl... Mais le pire reste de se re­trou­ver dans 1m50 de peuf sur le plat car au Ja­pon, la neige est par­ti­cu­liè­re­ment pro­fonde mais pas aus­si légère qu’en Utah. D'ailleurs, je vous conseille d'évi­ter Ni­se­ko car les Aus­tra­liens ont en­va­hi le spot en mode Con­quis­ta­dor...

En fait, la neige n’est pas vrai­ment dif­fé­rente, elle res­semble même beau­coup à ce que l’on peut avoir chez nous sauf que les flo­cons sont énormes et les quan­ti­tés as­tro­no­miques… C'est or­giaque en quelque sorte ! Les quan­ti­tés de neige com­mencent en gé­né­ral à être consé­quentes dès dé­but jan­vier, avec des chutes ré­gu­lières jusque fin fé­vrier. On est qua­si as­su­ré d'avoir un bon bain de poudre sur les deux mois du coeur d'hi­ver.

On trouve des vols en hi­ver pour To­kyo à par­tir de 500 France, Del­ta ou la JAL.

On peut dor­mir dans un hô­tel de base à par­tir de 30 la nuit même en plein To­kyo. At­ten­tion, le luxe peut vite coû­ter très, très cher au Ja­pon. De même, on peut se baf­frer de su­shis pour moins de 20 et man­ger cor­rec­te­ment au 7 ele­ven pour 5 ou un bol de Ra­men (nouilles et lé­gumes/viande) pour 7-8 Bref, c'est ac­ces­sible.

AR via Air

LE spot ja­po­nais est bien sûr Ni­se­ko, à en­vi­ron 2h30 de route de­puis l'aé­ro­port de Sap­po­ro, sur l'île du nord de Hok­kai­do. Un peu vic­time de sa no­to­rié­té, c'est plein de «gai­jin» et ça trace vite et fort. En s'éloi­gnant un peu (Ki­ro­ro, etc.) on trouve plus de place et en­core plus de neige. Ha­ku­ba est l'autre spot le plus connu des Alpes ja­po­naises et va ser­vir de base à la pre­mière étape du Free­ride World Tour. Ha­ku­ba, proche de Na­ga­no, est ac­ces­sible en train ra­pide de­puis To­kyo en moins de 3h.

si vous avez l'es­prit aven­tu­reux, louer une voi­ture peut être une op­tion mais at­ten­tion, les Ja­po­nais roulent à droite et il vous faut une tra­duc­tion cer­ti­fiée de votre per­mis de conduire sans quoi au­cun loueur ne vou­dra de vous, dé­marche à faire à To­kyo au bu­reau de la JAF (fé­dé­ra­tion au­to­mo­bile ja­po­naise). Bonne nou­velle, l'ad­mi­nis­tra­tion est hy­per ef­fi­cace et ra­pide (pré­voir 2h).

Les trains sont éga­le­ment au top et cir­culent par­tout. En re­vanche, les tra­jets sont as­sez coû­teux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.