POUR­QUOI AMIENS VA ÊTRE LA RÉ­VÉ­LA­TION DE LA LIGUE 1

En National il y a deux ans, Amiens SC dé­couvre la Ligue 1 en août. Avec pour mis­sion d’ap­pli­quer la re­cette qui marche: du jeu, de la vi­tesse, et l’opi­niâ­tre­té qui a per­mis de va­li­der la mon­tée à la der­nière se­conde de la der­nière jour­née de Ligue 2.

So Foot Club - - COUVERTURE LIGUE 1 - PAR NI­CO­LAS JUCHA. PHO­TOS: PANORAMIC TOUS PRO­POS RE­CUEILLIS PAR NJ

19 mai 2017. Reims-Amiens, 96e mi­nute. Em­ma­nuel Bour­gaud voit sa vie dé­fi­ler au mo­ment d'ar­mer l'ul­time frappe de la sai­son. Son tir croi­sé est par­fait, l'ex­plo­sion est gé­né­rale. Même les sup­por­ters de Reims, qui n'avaient plus rien à es­pé­rer de cette fin de sai­son, sont heu­reux de ce dé­noue­ment qui en­voie Amiens en Ligue 1 à l'ul­time se­conde. Un dé­noue­ment dingue, ren­du en­core plus ma­gique par le par­cours des Amié­nois: 14 points ob­te­nus par des buts dé­ci­sifs dans le der­nier quart d'heure – men­tion spé­ciale à la 22e jour­née contre Lens,

qui me­nait au score au dé­but des ar­rêts de jeu –, 17 points ob­te­nus après avoir été me­nés. Les hommes de Ch­ris­tophe Pé­lis­sier ne cèdent ja­mais. “Une qua­li­té ré­cur­rente dans les équipes qui montent”

es­time Jé­ré­mie Bré­chet, qui a es­suyé une va­lise 4-0 avec le Ga­zé­lec Ajac­cio lors de la 25e jour­née. Ma­lik Cou­tu­rier, qui a pris sa claque avec le Stade la­val­lois – 3-0 lors de la 37e jour­née – voit aus­si en Amiens une équipe “qui pra­tique un football agréable” avec pour maîtres mots “en­thou­siasme et gé­né­ro­si­té. Tous les joueurs font les ef­forts, tous peuvent at­ta­quer”. Pas grand- chose à voir donc, avec le SCO d'An­gers de la sai­son 2015-2016, “qui se re­po­sait sur le po­ten­tiel ath­lé­tique de ses joueurs, quand

Amiens a des pro­fils plus tech­niques”. Mais le groupe de Pé­lis­sier n'est pas pour au­tant une co­pie du ro­man­tique Troyes ver­sion Jean-Marc Furlan, sé­dui­sant dans le jeu, mais in­ca­pable de gla­ner les points pour sa sur­vie.

Le ta­lis­man Pé­lis­sier

Jé­ré­mie Bré­chet confirme qu'Amiens a les atouts pour créer la sur­prise en L1: “Amiens re­cherche moins la pos­ses­sion du bal­lon, ils sont plus dans la pos­ture de contre-at­taque. Et c’est im­pres­sion­nant of­fen­si­ve­ment, à la ré­cu­pé­ra­tion, ils se pro­jettent très vite vers l’avant.” Le tout sans dé­pendre d'un

joueur. “Au mer­ca­to d’hi­ver, ils ont ven­du Tin­han, leur meilleur bu­teur. Ce­la ne les a pas pé­na­li­sés, car il y avait d’autres joueurs.”

La clé de sol du col­lec­tif amié­nois est sur son banc: Ch­ris­tophe Pé­lis­sier. Le “Ma­gi­cien” est là de­puis deux ans, pour au­tant de pro­mo­tions, après avoir ac­quis sur le ter­rain celle de Lu­ze­nac en Ligue 2 en 2014. Une aven­ture stop­pée par l'in­va­li­da­tion de la mon­tée, mais qui a in­di­rec­te­ment pous­sé le tech­ni­cien vers le stade de la Li­corne. “Quand tu ob­tiens trois mon­tées en trois ans, ce n’est pas un ha­sard,

sou­ligne Bré­chet, avant de pré­ve­nir: Ils peuvent réus­sir une belle sai­son, mais il fau­dra ga­gner des points dans les pé­riodes cru­ciales: oc­tobre-no­vembre et mars-avril.” Cou­tu­rier pense que le dé­but de sai­son condi­tion­ne­ra l'en­semble: “Ce­la va être dif­fi­cile quoi qu’il ar­rive, et je pense qu’ils le savent. Il faut qu’ils dé­marrent bien pour être les plus se­reins pos­sible, à l’image d’An­gers qui était en haut de clas­se­ment à mi-sai­son il y a deux ans. Ce­la se joue­ra jus­qu’à la der­nière s. se­conde.” Ce­la tombe bien, les der­nières econdes, Amiens adore ça.

“Ils sont im­pres­sion­nants of­fen­si­ve­ment. À la ré­cu­pé­ra­tion, ils se pro­jettent très vite vers l’avant.” Jé­ré­mie Bré­chet

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.