Jour après jour.

UN MOIS DE SAUCE NUG­GETS, DE #BA­LAN­CE­TON­PORC ET DE DÉ­BATS SUR BEN­ZE­MA

So Foot - - SOMMAIRE -

Un mois de sauce nug­gets, de #ba­lan­ce­ton­porc et de dé­bats sur Ben­ze­ma.

Di­manche 1 ER oc­tobre.

Cin­quante-huit per­sonnes mas­sa­crées pen­dant un concert à Las Ve­gas, deux de­moi­selles poi­gnar­dées à la gare de Mar­seille, et plus d’un mil­lier de bles­sés en marge du ré­fé­ren­dum pour l’in­dé­pen­dance de la Ca­ta­logne: oc­tobre pré­sente sa can­di­da­ture pour de­ve­nir le mois le plus mer­dique de l’an­née. Du coup, l’OM qui re­tourne Nice (2-4) pa­raît être l’évé­ne­ment le plus nor­mal de la jour­née. Ça ira mieux demain…

Lun­di 2 oc­tobre.

En fait, non. Les gens semblent être aus­si cons que des portes en bois: pen­dant qu’une Ita­lienne de 40 ans dé­cide de se ma­rier avec elle-même, un chauf­feur de bus se perd en re­liant Pa­ris à Nantes et aban­donne le vé­hi­cule ain­si que ses qua­rante pas­sa­gers. Nor­mal.

Mar­di 3 oc­tobre.

La CIA re­crute sur Twit­ter. Le can­di­dat idéal? Il parle russe et sou­haite contri­buer à la sé­cu­ri­té na­tio­nale. Ce qui ne manque pas de faire mar­rer le mi­nis­tère des Af­faires étran­gères russe:

“Mer­ci à la CIA de sou­te­nir et d’en­cou­ra­ger la pra­tique de la langue russe. Pour­quoi nous avez-vous ca­ché ce­la? Nous sommes prêts à vous ai­der en vous pré­sen­tant des ex­perts avec toutes les re­com­man­da­tions né­ces­saires.” Mar­ché du tra­vail tou­jours, l’an­cien Mi­la­nais et cham­pion du monde 2006 Cris­tian Zac­car­do signe dans le club mal­tais du Ham­run Spar­tans FC grâce à… Lin­kedIn. Il est ins­crit, Ben Ar­fa?

Mer­cre­di 4 oc­tobre.

Tou­jours au­cun but pour Crys­tal Pa­lace après sept jour­nées. Ce qui n’em­pêche pas les sup­por­ters des Eagles d’élire un but du mois, ce­lui de Ba­ka­ry Sa­ko en League Cup, puisque c’était le seul en com­pé­ti­tion. C’en est trop pour Car­lo An­ce­lot­ti, qui dé­cide de prendre une an­née sab­ba­tique après son évic­tion du Bayern. De quoi lui per­mettre d’étu­dier les mé­thodes de Bru­no Ge­ne­sio, dont Ber­nard Lacombe, conseiller d’Au­las, est tom­bé amou­reux: “J’étais à l’hô­tel à An­gers, à cô­té de Joël Bats, et j’ai écou­té la

Emil Kos­ta­di­nov, bour­reau des Bleus en 1993

cau­se­rie de Bru­no aux joueurs. Mais fran­che­ment, il a uti­li­sé des mots très forts, sur l’en­ga­ge­ment, la ri­gueur. J’avais les yeux qui me pi­quaient, je me suis dit:

‘Je vais al­ler jouer ce soir!’” Pro­chaine étape: convier les sup­por­ters aux cau­se­ries.

Jeu­di 5 oc­tobre.

Les temps sont durs pour la ma­ré­chaus­sée. Au Per­reux-sur-Marne, un homme qui bron­zait nu au bord de la ri­vière si­tuée à l’est du Bas­sin pa­ri­sien agresse trois po­li­ciers ve­nus l’in­ter­pel­ler. Aux États-Unis, des po­li­ciers dé­barquent pen­dant le tour­nage d’un film et sont à deux doigts d’abattre un faux bra­queur. En Chine, le client d’un hô­tel dé­cide de s’en­fuir à l’aide d’un câble té­lé­pho­nique de­puis le ving­tième étage du bâ­ti­ment pour ne pas payer sa note et échap­per à la po­lice. Il est où, le res­pect?

Ven­dre­di 6 oc­tobre.

Après trois ans de re­traite, Jupp Heynckes re­prend du ser­vice au Bayern Mu­nich. Et parce qu’il est dif­fi­cile de se sé­pa­rer de ses vieilles re­liques, Andres Inies­ta pro­longe à vie au Bar­ça. Le foot sud-amé­ri­cain fait aus­si dans la re­dif: le match Ar­gen­tine-Pé­rou, pour le­quel les joueurs vi­si­teurs ont ame­né leurs propres bou­teilles d’eau de peur d’être dro­gués, ac­couche d’un triste 0-0. Si même eux s’y mettent…

Sa­me­di 7 oc­tobre.

La sé­lec­tion nor­vé­gienne dé­cide d’ap­pli­quer l’éga­li­té sa­la­riale entre les hommes et les femmes in­ter­na­tio­nales. Le com­bat ne fait que com­men­cer: le ha­sh­tag #ba­lan­ce­ton­porc fait son ap­pa­ri­tion sur Twit­ter après les ac­cu­sa­tions de viol vi­sant le pro­duc­teur Har­vey Wein­stein. Gil­bert Ro­zon, ju­ré de La France a un in­croyable ta­lent, est no­tam­ment poin­té du doigt. Tan­dis que M6 dé­pro­gramme l’émis­sion fis­sa, Au­ba­meyang ac­cuse à son tour: les Ma­ro­cains au­raient

em­poi­son­né le jus d’orange ser­vi à la sé­lec­tion ga­bo­naise. Autre coup bas, en Croa­tie: après le nul contre la Fin­lande (1-1), Lu­ka Mo­dric dé­fonce son propre sé­lec­tion­neur: “La si­tua­tion est ca­tas­tro­phique. Qu’est-ce qu’on peut faire main­te­nant? Nous avons com­men­cé avec lui, nous sommes contraints de fi­nir avec

lui.” Bah non: la fé­dé­ra­tion croate ré­agit illi­co en li­mo­geant Ante Ca­cic. Une mé­thode qui n’est pas pour dé­plaire à Emil Kos­ta­di­nov, bour­reau des Bleus en 1993, qui es­time que “la dé­mo­cra­tie n’est pas

très bonne pour le sport”. L’équipe de France ob­tient ré­pa­ra­tion en Bul­ga­rie avec le mi­ni­mum syn­di­cal (0-1).

Di­manche 8 oc­tobre.

Sa­mir Nas­ri n’a pas be­soin d’un ha­sh­tag pour ré­gler ses comptes. L’en­fant

“La dé­mo­cra­tie n’est pas très bonne pour le sport”

ter­rible réus­sit un dou­blé en sou­te­nant, de nou­veau, Ka­rim Ben­ze­ma et en dé­fon­çant, de nou­veau, Di­dier Des­champs: “C’est vrai­ment in­juste ce qui lui ar­rive. (…) Ses ori­gines? Bien sûr! Je l’ai vé­cu aus­si, je peux dire la même chose. Qu’on me dise qu’il a un conten­tieux avec Des­champs, sur le pas­sé, oui… Mais An­dréPierre Gi­gnac l’a eu aus­si, et il a fait l’Eu­ro.” En par­lant de va­leur spor­tive, la Mann­schaft boucle sa phase de qua­li­fi­ca­tions pour la coupe du monde avec 30 points sur 30, pen­dant que Mo­ha­med Sa­lah en­voie l’Égypte en Rus­sie près de 28 piges après le der­nier mon­dial des Pha­raons. Im­ho­tep!

Lun­di 9 oc­tobre.

Des dé­bor­de­ments éclatent dans plu­sieurs McDo­nald’s aux État­sU­nis parce qu’une sauce nug­gets

“La si­tua­tion est ca­tas­tro­phique. Qu’est-ce qu’on peut faire main­te­nant? Nous avons com­men­cé avec lui, nous sommes contraints de fi­nir avec lui” Lu­ka Mo­dric à pro­pos du sé­lec­tion­neur croate Ca­cic après le nul contre la Fin­lande (1-1)

in­trou­vable de­puis 1998 est de re­tour pour vingt-quatre heures seule­ment et que trop de monde est ve­nu la goû­ter… La goutte de trop pour Jean Ro­che­fort, qui nous quitte comme un prince à 87 ans. L’ac­teur au­ra man­qué de peu la liste des 30 nom­més pour le pro­chain Bal­lon d’or. Au­cune sur­prise par­mi les 29 mecs qui ap­plau­di­ront Cris­tia­no Ro­nal­do: Mbap­pé est nom­mé à 18 piges, Neuer et Hi­guain manquent à l’ap­pel. Pas les Bleus, qui se qua­li­fient pour la coupe du monde en écra­sant l’ogre bié­lo­russe 2-1. Dans la fou­lée, Xa­vi dé­clare être in­té­res­sé par le poste de sé­lec­tion­neur du Qa­tar. Mo­ment choi­si par Mes­si pour confis­quer tous les por­tables de ses co­équi­piers avant le match dé­ci­sif contre l’Équa­teur. La fête est fi­nie.

Mar­di 10 oc­tobre.

Que pour­rait-il y avoir de plus dé­pri­mant qu’une ca­nette qui fait dis­jonc­ter le RER C? Fa­cile: Ha­tem Ben Ar­fa qui in­tègre le Va­rié­tés Club de France, et Ar­jen Rob­ben qui prend sa re­traite in­ter­na­tio­nale, après un der­nier dou­blé in­utile contre la Suède (2-0). Les Oranje ne se­ront pas en Rus­sie, et les Amé­ri­cains non plus, à cause d’une dé­faite em­bar­ras­sante contre Tri­ni­té-etTo­ba­go (2-1). En re­vanche, Lio­nel Mes­si, pas du genre à ra­ter les grands ren­dez-vous, claque un tri­plé contre l’Équa­teur (3-1), ré­serve les billets d’avion de tous ses par­te­naires et leur rend leurs té­lé­phones.

Mer­cre­di 11 oc­tobre.

Dans les Hautes-Py­ré­nées, une voi­sine du stade in­ter­rompt une ren­contre en s’as­seyant dans le rond cen­tral en guise de pro­tes­ta­tion: elle en a ras le bol de re­ce­voir des bal­lons dans son jar­din. En ef­fet, la po­lice re­trouve 186 balles

“Tu n’étais qu’un joueur de merde, et tu es en­core pire en tant que sé­lec­tion­neur. Va te faire foutre, et ta coupe du monde avec!” Roy Keane à son sé­lec­tion­neur Mick McCar­thy “Ses ori­gines? Bien sûr! Qu’on me dise qu’il a un conten­tieux avec Des­champs, sur le pas­sé, oui… Mais An­dré-Pierre Gi­gnac l’a eu aus­si, et il a fait l’Eu­ro…” Sa­mir Nas­ri, à pro­pos du ban­ni de l’équipe de France Ka­rim Ben­ze­ma

confis­quées chez la brave dame. Les at­ta­quants du club in­cri­mi­né de­vraient prendre exemple sur Ro­bert Le­wan­dows­ki, qui dé­croche sa li­cence quelques jours après être de­ve­nu le meilleur bu­teur de l’his­toire de la Po­logne. Le su­jet de son mé­moire? Lui-même. Au­cun sens de la me­sure non plus au Pa­na­ma, où le pré­sident dé­crète un jour fé­rié pour fê­ter la qua­li­fi­ca­tion de son pays pour la coupe du monde. En par­lant de Rus­sie 2018, Nas­ser Al-Khe­laï­fi est soup­çon­né de cor­rup­tion pour l’ob­ten­tion des droits té­lé. Les lo­caux de beIN Sports sont per­qui­si­tion­nés, on va en­fin sa­voir ce que prend Omar Da Fon­se­ca…

Jeu­di 12 oc­tobre.

Éric Can­to­na va re­prendre une chan­son de

La Belle et la Bête. Bon. À peine plus al­lé­chante, la dé­fense de Ti­mo Preus, en­traî­neur des jeunes du BVB Dort­mund, où Yous­sou­fa Mou­ko­ko, 12 ans, écrase la concur­rence… au point que beau­coup es­timent qu’il a au moins 17 ans. “Je peux tout à fait conce­voir que l’âge de ce gar­çon ait sim­ple­ment été in­ven­té. Il a peu­têtre un ou deux ans de plus, mais en au­cun cas il n’en au­rait 17.”

Ça a chan­gé, l’Al­le­magne. Ven­dre­di 13 oc­tobre.

La Fi­fa confirme l’ou­ver­ture d’une en­quête vi­sant Nas­ser pour des faits de cor­rup­tion. La Fi­fa en­quête donc sur une af­faire de cor­rup­tion… Une li­bé­ra­tion pour Na­bil Fe­kir, qui fait sau­ter Mo­na­co à lui tout seul (3-2) et pos­tule à la sé­lec­tion. Si on en croit Sa­mir Nas­ri, ce n’est pas ga­gné.

Sa­me­di 14 oc­tobre.

Opé­ra­tion portes ou­vertes en ce dé­but de week-end. Man­ches­ter Ci­ty colle un 7-2 à Stoke, Tho­mas Meu­nier plante un dou­blé pour sau­ver le PSG et CR7 ins­crit son pre­mier pion de la sai­son en Li­ga pour la cen­tième de Zi­dane sur le banc du Real Ma­drid. Mais les bu­teurs ne sont pas les seuls à se lâ­cher. La preuve avec cet is­la­miste qui rap­pelle un agent du ren­sei­gne­ment pour le trai­ter d’in­com­pé­tent après avoir re­çu un tex­to de sa part. Ou avec le pré­sident du Stade Ren­nais, Re­né Ruel­lo, qui qua­li­fie l’ar­bitre de Guin­gamp-Rennes (2-0) de per­son­nage “pré­ten­tieux en­tê­té”,

“sûr de lui” et “im­bé­cile”. Ouf, on n’était pas loin du dé­ra­page.

Di­manche 15 oc­tobre.

La jour­née des lé­gendes. Mau­ro Icar­di s’offre un tri­plé dans le der­by mi­la­nais, Ro­ger Fe­de­rer rem­porte le 94e titre de sa car­rière de­vant Ra­fael Na­dal et Florent Si­na­ma-Pon­golle glane un nou­veau titre, ce­lui du championnat de Thaï­lande. De deuxième di­vi­sion, évi­dem­ment.

Lun­di 16 oc­tobre.

Vous l’at­ten­diez tous, voi­là le nou­veau clas­se­ment Fi­fa! La France, tête de sé­rie au mon­dial, se classe sep­tième. De­vant l’Es­pagne, mais der­rière la Po­logne. L’Ir­lande de­vra quant à elle dis­pu­ter les

barrages. L’oc­ca­sion de re­ve­nir sur une em­brouille da­tant de 2002 entre le sé­lec­tion­neur de l’époque, Mick McCar­thy, et son joueur Roy Keane. “Tu n’étais qu’un joueur de merde, et tu es en­core pire en tant que sé­lec­tion­neur, au­rait lan­cé le se­cond au pre­mier se­lon le gar­dien de l’époque Shay Gi­ven, qui re­laie ces pro­pos dans son livre. Tu n’es qu’un sale bran­leur, un ma­na­ger de merde et tu ne de­vrais même pas en­traî­ner la sé­lec­tion de mon pays. Va te faire foutre, et ta coupe

du monde avec!” Pour dé­tendre l’at­mo­sphère, la SV Oberwürz­bach, club de dixième di­vi­sion al­le­mande, choi­sit Le­na Ni­tro, star du por­no, comme spon­sor maillot. Le Stade Ren­nais lui, ne bande pas du tout et vire Ruel­lo et Ch­ris­tian Gour­cuff.

Mar­di 17 oc­tobre.

Un mar­di eu­ro­péen pas fran­che­ment clas­sique. Mo­na­co perd en­core et est qua­si­ment éli­mi­né de la ligue des cham­pions, pen­dant que Li­ver­pool et le Spar­tak Mos­cou s’amusent avec Ma­ri­bor (7-0) et Sé­ville (5-1). Au fait, Ruel­lo et Gour­cuff ne sont pas vi­rés du Stade Ren­nais. Sa­le­tés de jour­na­lopes.

Mer­cre­di 18 oc­tobre.

À cha­cun sa trou­vaille! À New York, un Amé­ri­cain re­met la main sur un ti­cket de lo­to qui vaut vingt mil­lions d’eu­ros. Mieux que ce Fran­çais qui gagne six mil­lions en jouant son nu­mé­ro d’agence in­té­rim, mais moins poé­tique que la ba­leine éga­rée dans le VieuxPort de Mar­seille. Le PSG, lui, ré­cu­père trois points à An­der­lecht (0-4) et les sup­por­ters de Chel­sea as­sistent à du beau spec­tacle contre Rome (3-3). Chaque jour est une sur­prise.

Jeu­di 19 oc­tobre.

À cha­cun sa pu­ni­tion! En Tu­ni­sie, un couple est condam­né à de la pri­son ferme pour s’être em­bras­sé. Ce qui n’est pas en­core le cas pour Dmi­tri Ry­bo­lov­lev, mis en exa­men pour vio­la­tion de la vie pri­vée de son an­cien mar­chand d’art. En re­vanche, le joueur de Se­rie D qui a osé faire pi­pi en di­rec­tion des fans ad­verses est sus­pen­du cinq matchs, et les lois de la na­ture sanc­tionnent Da­nielle Dar­rieux, 100 ans, de mort im­mé­diate. Même pas le temps de fé­li­ci­ter ce Chi­nois qui par­court six mille ki­lo­mètres pour vi­si­ter les in­fra­struc­tures de

Emil et cla­quage.

Lu­ca mouille.

Les Mar­seillais à Mia­mi.

En vert et contre tous.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.