Com­men­taire de texte.

So Foot - - SOMMAIRE - PAR MAXIME CHAMOUX ET SYL­VAIN GOU­VER­NEUR

On a pris la pierre de Ro­sette pour dé­chif­frer le mes­sage qui se cache der­rière les gri­bouillis de Can­to­na. At­ten­tion, ce que vous al­lez lire va vous lais­ser pan­tois!

Qu’on le veuille ou non, Éric Can­to­na est un gé­nie. Et il le prouve une nou­velle fois avec Mon­car­net, un ou­vrage com­pi­lant ses meilleurs gri­bouillis cro­quis. Au fil des pages, l’ar­tiste peintre mar­seillais dé­pouille avec sen­si­bi­li­té cette so­cié­té ma­lade dans la­quelle cha­cun tente de don­ner un sens à sa pe­tite vie de merde. Si les ra­geux pen­se­ront qu’il s’agit d’un des­sin fait par un ga­min de CE1, d’autres, plus ou­verts d’es­prit, com­pren­dront ai­sé­ment toute la den­si­té et la mi­né­ra­li­té d’une blague oeuvre puis­sante et in­dé­chif­frable. En­fin presque.

1. Quand la femme porte haut le coeur (vous l’avez!!?), l’homme porte haut la truelle. Trou­blante mise en abyme par l’au­teur de sa condi­tion d’art(r)iste. À moins que ce ne soit un hom­mage au Por­tu­gal, où Can­to ré­side ac­tuel­le­ment.

2. Le poète prend ici à la lettre le pré­sup­po­sé pa­triar­cal se­lon le­quel la femme n’a pas les épaules pour mieux lui tordre le cou. Une pro­tes­ta­tion qui ne manque pas d’ais­selle ;p!

3. Si la femme a des yeux à la place des seins, c’est que la ré­vo­lu­tion se­ra fé­mi­nine. À l’om­ni­pré­sence de la peau lisse, la main du maître ap­pelle de ses voeux l’avè­ne­ment de la peau­pierre. No pa­sa­ran!

4. Pe­tit clin d’oeil au­to­bio­gra­phique à son fa­meux tacle sur Der Za­ka­rian (Nantes-Auxerre 1988): les deux pieds dé­col­lés, les je-nous pliés –de rire.

5. On voit ici que les femmes en­gendrent la paix. Mais aus­si que les hommes en­gendrent le pet. Mais sa­chant que les femmes peuvent en­gen­drer des hommes, les hommes sont la paix. Et par ex­ten­sion, la paix en­gendre le pet. CQFD. Nous avons af­faire à une oeuvre guer­rière. Et pour cause, sur le ter­rain et près des ram­bardes, Éric était un sacré com­bat­temps!!!

6. Tout le monde a le droit de se tronc-paix! ;)

7. Un pied en forme de sa­bot et une ma­nière pour l’au­teur de li­vrer cette confes­sion im­pu­dique: les pieds, il trouve ça beau (vous l’avez aus­si ??).

8. Une ré­in­ter­pré­ta­tion très per­son­nelle du fa­meux ta­bleau de Gus­tave Cour­bet. Éric s’in­vite en porte-pa­role d’un Dieu qui s’en re­met­trait au gé­nie du King pour abor­der une pro­blé­ma­tique cru­ciale: pour­quoi les di­ri­geants des grandes en­tre­prises d’ex­trac­tion de gaz na­tu­rel sont-ils sys­té­ma­ti­que­ment des hommes?

Cro­quis ti­ré du livre Mon car­net, d’Éric Can­to­na, aux éditions Flam­ma­rion, 13,90 eu­ros en librairie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.