2010: la diar­rhée de Diar­ra

So Foot - - DOSSIER -

LIEU: TIGNES, DU 18 AU 25 MAI. AL­TI­TUDE: 2000 MÈTRES. RÉ­SUL­TAT: PRE­MIER TOUR (1 NUL, 2 DÉ­FAITES).

Le res­tau­rant Le Pa­no­ra­mique, sur le gla­cier de la Grande-Motte, s'est trans­for­mé en dor­toir pour les Bleus le temps d'une nuit, celle du mer­cre­di 19 au jeu­di 20. Le dé­but d'un mau­vais cau­che­mar pour Las­sa­na Diar­ra. Pris de maux de ventre, le Ma­dri­lène se voit pres­crire quelques mé­di­ca­ments et du re­pos à l'hô­tel, en sta­tion. Do­me­nech pense que Lass “so­ma­tise”, in­voque “l’an­goisse de la coupe du monde”. Au­tour du centre de presse ins­tal­lé près du lac, la ru­meur est plus crue: “Lass au­rait la chiasse.” N'ob­ser­vant au­cune amé­lio­ra­tion et souf­frant de mi­cro-hé­mor­ra­gies in­ternes, le mi­lieu de ter­rain des­cend le ven­dre­di ma­tin à l'hôpital de Bourg-Saint-Mau­rice pour y pas­ser la nuit. Le diag­nos­tic tombe le sa­me­di, après le dé­jeu­ner. “Ma­la­die im­pré­vi­sible” pour la FFF, dré­pa­no­cy­tose pour le Real, soit une ma­la­die gé­né­tique af­fec­tant les glo­bules rouges, no­tam­ment en al­ti­tude. For­fait, Diar­ra re­monte cou­ché à l'ar­rière d'une voi­ture vers l'hô­tel, à Tignes. Pour en re­par­tir très vite. “On ne l’a même pas vu, dé­taille Gaël Cli­chy. Après l’en­traî­ne­ment, en ren­trant à l’hô­tel, on a lu son pe­tit mot ac­cro­ché dans le hall. Il nous a sou­hai­té bonne chance, nous di­sant qu’il avait confiance en nous.” La suite lui don­ne­ra rai­son: le len­de­main, Gal­las a un ac­ci­dent de bug­gy. Les jours qui suivent, Gour­cuff est vic­time de bi­zu­tage. Le 17 juin, Anel­ka in­sulte Do­me­nech à la mi-temps de la dé­faite contre le Mexique (2-0). Le 19 juin, L'Équipe titre “Va te faire en­cu­ler, sale fils de pute”. Le 20, les joueurs font la grève du bus. Le 22, la France est éli­mi­née dès le pre­mier tour suite à sa dé­faite contre l'AfSud.

En­ter­re­ment de vie de gar­çons.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.