de prendre ren­dez-vous avec An­ge­la Mer­kel.

Society (France) - - SOMMAIRE -

•1• Pour qu’elle nous ra­conte en­core une fois l’his­toire de Pou­tine et Sar­ko­zy. •2• Parce qu’il y en au­ra au moins une qui se­ra à l’heure, tiens. •3• Parce qu’on en­tame une phase un peu krau­trock. •4• Pour s’as­su­rer qu’on est tou­jours au point sur nos dé­cli­nai­sons du da­tif. •5• Parce qu’on a ap­por­té un jeu de Uno et on va voir si ce sont les Al­le­mands qui gagnent à la fin. •6• Parce qu’on est un(e) co­quin(e). •7• Parce que c’est notre pro­jet! •8• Pour une pe­tite par­tie de Ni oui de gauche ni non de droite. •9• Parce qu’on s’ap­prête à si­gner au Bayern Mu­nich. •10• Parce qu’hel­mut Kohl n’est plus dis­po­nible. •11• Parce qu’il y a deux mois d’at­tente de moins que pour une ur­gence der­ma­to. •12• Parce qu’on a un pro­blème avec notre au­to­mo­bile. •13• Bah, parce qu’on a swi­pé à droite. •14• Parce qu’on a un quart d’heure de libre. •15• Parce qu’on pense pou­voir la faire plier sur l’eu­rope. Oui, on est Jean-luc Mé­len­chon (et si­non, on a un plan B). •16• Parce qu’à Ber­lin, au moins, les ke­babs ont com­pris la puis­sance du chou rouge. •17• Pour la faire si­gner à L’OM, évi­dem­ment. •18• Pour lui faire croire que l’on est Em­ma­nuel Ma­cron. •19• Parce qu’on est Bru­no Le Maire, que l’on a bien pré­ci­sé “parle l’al­le­mand” sur notre CV et qu’on est tou­jours à l’af­fût d’une bonne place. •20• Parce qu’on est Jean-vincent Pla­cé, que l’on ne parle pas l’al­le­mand, mais bon, comme dit Na­billa, la chance sou­rit aux au­da­cieux. •21• Parce qu’on a pé­té les plombs, voi­là pour­quoi. •22• Parce qu’on l’aime, notre point God­win. •23• Parce qu’on a ache­té un nou­vel agen­da. •24• Parce qu’on a en­core 50 cas­settes d’ap­prendre l’al­le­mand en dix le­çons aux édi­tions At­las dans notre sous-sol. •25• Parce qu’avec notre hu­mour, on a plus de chances dans un pays qui ne parle pas le fran­çais: oui, par­fai­te­ment, on est Sté­phane Guillon. •26• Parce que ça se contourne fa­ci­le­ment, la ligne Ma­gi­not, fi­na­le­ment. •27• Parce qu’on est trop po­li(e) pour y al­ler sans pré­ve­nir. •28• Parce qu’il va bien fal­loir que l’al­le­magne s’ex­cuse un jour pour Pa­trick Bat­tis­ton. •29• Parce que c’est pas l’ok­to­ber­fest, faut en pro­fi­ter. •30• Pour lui faire des blagues avec bitte. •31• Parce qu’un go fast avec une mal­lette di­plo­ma­tique, c’est tou­jours plus sûr. •32• Parce qu’il est temps de cas­ser le vir­tuel. •33• Parce que c’est notre der­nière chance de ren­trer au Ber­ghain. •34• Pour ne pas lui ser­rer la main. En­core. •35• Parce que notre coach de vie nous l’a de­man­dé. •36• Parce qu’on est Ma­nuel Valls, on lâche rien. •37• Parce qu’on est Ni­co­las Du­pon­tai­gnan, notre bec in­dique le nord-est. •38• Parce que c’est elle le pa­tron des pa­trons, pas le Me­def. •39• Parce que quand c’est eux qui viennent, c’est quand même moins sym­pa. •40• Parce qu’on est un Ber­li­ner, quelle ques­tion. •41• Parce qu’avec les 35 heures, on a le temps, nous! •42• Parce qu’on va pas payer le dé­mon­tage de Fes­sen­heim tout seul, quand même. •43• Parce qu’on n’est pas sa­tis­fait(e) de notre cor­res­pon­dant(e) al­le­mand(e), elle doit pou­voir nous en faire chan­ger. •44• Parce qu’on est Fran­çois Fillon, on va jus­qu’au bout, même après la dé­faite. •45• Pour lui pro­po­ser Gé­rald Dar­ma­nin. •46• Parce qu’à Ber­lin, on peut faire du bruit la nuit. •47• Parce qu’on est Pa­tri­cia Kaas, une autre fille de l’est. •48• Parce qu’on a eu un dé­sis­te­ment cet aprèm’ de 17h à 18h. •49• Pour lui vendre la to­ta­li­té du ca­ta­logue du Saïan Su­pa Crew contre seule­ment 51% des parts de Volkswagen. •50• Pour re­prendre du poil de la bête. •51• Parce que ça ne se fait pas d’ar­ri­ver en di­sant “cou­cou mé­ga­sur­prise”. •52• Parce qu’on n’a plus Net­flix. •53• Pour re­né­go­cier cet ar­mis­tice. •54• Parce qu’elle a vé­cu en RDA, nous on vit au RSA, on peut se com­prendre. •55• Pour lui po­ser un la­pin. •56• Parce que ce voyage avec la Ger­man­wings est une pro­messe d’adré­na­line. •57• Pour la faire chan­ce­ler. •58• Pour le plai­sir de tra­ver­ser la Ruhr. •59• Parce qu’elle ne re­çoit que sur ren­dez-vous. •60• Pour en­fin ren­ta­bi­li­ser ce choix d’al­le­mand en LV1. •61• Pour rendre ja­loux notre ex. •62• Parce que ce mé­pris pour les An­glais n’est pas le moindre de nos points com­muns. •63• Parce qu’on la trouve un peu tris­tou­nette en ce mo­ment. •64• Pour tes­ter la poudre de ber­lin­pin­pin. •65• Pour la coif­fer au po­teau, ça pour­ra pas être pire. •66• Parce que nous aus­si, à une époque, on a fait le mur. •67• Parce qu’on est Fré­dé­ric Lo­pez, on a une émis­sion à tour­ner. •68• Non, juste comme ça, pour faire cou­cou. •69• Pour fer­mer les bouches de ceux qui disent qu’on est à l’ouest. •70• Parce que contrai­re­ment à ce qui se dit, on peut op­ter pour des va­cances na­tu­ristes ET en pro­fi­ter pour s’ins­truire. •71• Parce qu’on ai­me­rait mettre des chaus­settes et des cla­quettes sans se faire trol­ler. •72• Parce que cette weed fé­dé­rale est bien trop forte, on est car­ré­ment high Län­der. •73• Parce que nos goûts ont évo­lué. •74• Parce que com­ment ça, Bur­ger King a ou­vert en France? Vous au­riez pas pu nous le dire avant? •75• Parce qu’on l’aime, notre pe­tite pointe à 220 sur l’au­to­route. •76• Parce qu’à Pa­ris, l’été, c’est in­sup­por­table. •77• Parce que ça chan­ge­ra du juge d’ap­pli­ca­tion des peines. •78• Parce qu’on était chez nous, tran­quille, on re­pen­sait au pacte de sta­bi­li­té et de crois­sance et tout à coup, on a sen­ti comme une grande vague de cha­leur nous en­va­hir, c’était hy­per­beau. •79• Parce que Mi­chel Field est né le même jour qu’elle: si ça c’est pas un signe!!! •80• Parce qu’on a tou­jours été Team Cli­mat­con­ti­nen­tal. •81• Parce que Fran­çois Ozon sort un film, il est peut-être temps d’al­ler faire un tour. •82• Parce que nous aus­si, par­fois, on fait des râles. •83• Pour lui dire mer­ki. •84• Parce qu’on bosse chez La­farge et qu’on a un pro­jet de mur à pla­cer. •85• Pour voir si on peut pas en­le­ver les sous-titres en al­le­mand sur les émis­sions d’arte. •86• Parce qu’il nous faut bien un pré­texte pour al­ler vi­si­ter les usines Kin­der et Ha­ri­bo. •87• Parce qu’elle a po­sé sa ser­viette sur notre tran­sat. •88• Parce que cet Eras­mus a be­soin d’un se­cond souffle. •89• Pour lui de­man­der si, comme le sug­gère cet ar­ticle de nou­ve­lor­dre­mon­dial.cc, elle ne se­rait pas la fille d’hit­ler “uti­li­sée par Sa­tan pour gui­der les forces du mal (une ar­mée de dji­ha­distes) pour la der­nière ba­taille de l’ar­ma­ged­don”. •90• Parce que si on se dé­place jus­qu’en Al­le­magne, c’est clai­re­ment pas pour al­ler man­ger des ve­gan­wurst avec des DJ dans des friches. •91• Parce qu’il pa­raît qu’on se fait tou­jours mettre à l’al­le­mande. •92• Pour fer genre on de­croche a chaque fois kel dit “hal­lo” :))) •93• Parce que ça fait quinze jours qu’on a un pe­tit sou­ci outre-reins. •94• Pour en­fin sa­voir: ado, elle était plu­tôt Neu!, Can ou Kraft­werk? •95• Parce qu’on est Gas­pard Pan­zer. •96• Parce qu’il n’y a au­cune rai­son que ce soit tou­jours eux qui viennent se mettre tout nus chez nous. •97• Parce qu’on fait rien ven­dre­di, tiens. •98• Parce que quand on a l’oc­ca­sion de se re­trou­ver à une poi­gnée de main d’horst Tap­pert, dé­so­lé, mais on fonce. •99• Parce que s’il y a bien un en­droit où on est sûr(e) de ne pas croi­ser Ni­co­las Sar­ko­zy, c’est bien là. •100• Parce qu’on sait ja­mais, sur un mal­en­ten­du.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.