Ex­tra­va­gan­za. Sexy “shoe-shis”.

Society (France) - - SOMMAIRE - – JU­LIEN LANGENDORFF

“J’étais en école d’art, mais j’ai dû ar­rê­ter mes études pour ai­der mes pa­rents dans le res­tau­rant fa­mi­lial, où je suis dé­sor­mais le chef su­shi.” Le jeune Yu­jia Hu a de­puis pu rat­tra­per ses ambitions plas­tiques au gré d’un es­prit de syn­thèse im­pa­rable: ses snea­kers mi­nia­tures sculp­tées dans l’algue, le saumon et le riz à coups de ba­guette font sen­sa­tion tant dans le mi­lieu cu­li­naire que dans ce­lui du bas­ket-ball. Une au­baine pour ce pas­sion­né de sport ins­tal­lé à Mi­lan de­puis l’âge de 8 ans, dont les oeuvres sont même vi­sibles sur le site of­fi­ciel de la NBA. “J’ai com­men­cé par faire des bons­hommes su­shis de mes joueurs de bas­ket pré­fé­rés: Gian­nis An­te­to­kounm­po, Isaiah Tho­mas, Je­re­my Lin, ex­plique Yu­jia, puis ma pre­mière snea­ker a été la Nike Air Jordan, en hommage au plus grand joueur de tous les temps, Mi­chael Jordan!” Chaque mo­dèle né­ces­site entre 20 et 30 mi­nutes de tra­vail au pe­tit gé­nie du sa­shi­mi, qui a dé­jà maî­tri­sé un en­semble al­lant de la Yee­zy à la san­dale de douche Su­preme (“C’est la Con­verse All Star qui m’a po­sé des vraies dif­fi­cul­tés, en fait”), et dont le plus grand challenge reste en­core à ve­nir: “Le dra­gon de Game of Th­rones ; j’es­saie de trou­ver des so­lu­tions pour le réa­li­ser.” Les ‘shoe-shis’ de Yu­jia ne sont pas en­core dis­po­nibles à la dé­gus­ta­tion, même si de se­crètes col­la­bo­ra­tions en cours laissent rê­veurs les ama­teurs de Nike mon­tantes et autres res­tau­rants concept –pas vrai­ment un en­jeu ma­jeur pour notre homme, vi­si­ble­ment. “Par­fois, je les mange quand ils sont fi­nis, mais ça a juste le goût d’un su­shi clas­sique, ce sont les mêmes in­gré­dients fi­na­le­ment.” Évi­dem­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.