Gar­ri­do, ori­gines

Society (France) - - PORTRAIT -

La nais­sance de Ra­quel Gar­ri­do tient du mi­racle, ou presque. Sa mère était en­ceinte quand elle a été em­bas­tillée pen­dant des mois après le coup d’état de Pi­no­chet. Mi­li­tants du MIR, un mou­ve­ment d’ex­trême gauche, ses pa­rents sont alors “pris et dé­te­nus à des mo­ments et des en­droits dif­fé­rents”. En ap­pre­nant par coeur un tube an­glo­saxon que cra­chait une ra­dio, son père réus­si­ra à mettre un terme à son cal­vaire en convain­cant ses geô­liers de son pro-amé­ri­ca­nisme. Une le­çon de sur­vie en mi­lieu hos­tile fon­da­trice, for­cé­ment, dans la per­son­na­li­té de Ra­quel. Pho­to­graphe ama­teur, pa­pa Gar­ri­do donne pen­dant quelques mois dans la fa­bri­ca­tion de faux pa­piers, tout en or­ga­ni­sant un ré­seau d’ex­fil­tra­tion de ré­fu­giés po­li­tiques avec l’aide du con­sul du Da­ne­mark, dont 300 per­sonnes au­raient bé­né­fi­cié. Le jour où il es­time que c’est au tour de sa fa­mille de se mettre dé­fi­ni­ti­ve­ment à l’abri, c’est à l’am­bas­sade du Ca­na­da qu’ils fi­nissent par at­ter­rir. Ra­quel a 11 mois. Di­rec­tion To­ron­to, où le père achè­ve­ra ses études de chi­mie pour fi­na­le­ment dé­cro­cher quatre ans plus tard un bou­lot d’in­gé­nieur chez Air Li­quide, au Qué­bec. Au­jourd’hui, Ra­quel re­ven­dique d’ailleurs une per­son­na­li­té “beau­coup plus nord-amé­ri­caine que pa­ri­sienne”.

C’est-à-dire? “Je n’ai pas cette su­perbe, cette sorte de classe, d’ar­ro­gance un peu ma­gni­fique. J’ai un cô­té girl next

door quoi, je n’ai pas peur des gens, je n’ai pas de ta­bous dans les su­jets. À Pa­ris, ce se­rait bien vu que l’on puisse juste pé­ter un coup et avoir des conver­sa­tions moins so­phis­ti­quées.” Elle a 14 ans quand la mul­ti­na­tio­nale fran­çaise en­voie son père en France. – AM ET VR

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.