NU­CLÉAIRE

Vous se­rez sur cou­rant al­ter­na­tif (et ce se­ra dé­jà bien)

Society (France) - - COUVERTURE -

Vous n’en pou­viez plus des sem­pi­ter­nels dé­bats sur le nu­cléaire: le chan­ge­ment cli­ma­tique pour­rait ré­gler la ques­tion. Face aux évé­ne­ments à ve­nir, rien ne ga­ran­tit en ef­fet les ca­pa­ci­tés de pro­duc­tion de nos vieilles cen­trales et, pour les cinq sites de la côte at­lan­tique, l’inon­da­tion n’est pas à ex­clure. “Sous l’ef­fet cu­mu­lé de la mon­tée gé­né­rale du ni­veau de la mer et de grosses vagues en cas de tem­pête, une cen­trale comme celle de Gra­ve­lines pour­rait se re­trou­ver sous les eaux”, ana­lyse Yves Ma­ri­gnac, consul­tant in­ter­na­tio­nal sur l’éner­gie. Une si­tua­tion qui s’est dé­jà pré­sen­tée lors de la tem­pête de dé­cembre 99. L’es­tuaire de la Gi­ronde dé­borde alors et inonde la cen­trale du Blayais, qui su­bit dans le même

temps une perte d’ali­men­ta­tion élec­trique, les bour­rasques fai­sant s’ef­fon­drer les lignes à haute ten­sion. “Ce­la montre qu’un évé­ne­ment ex­trême peut gé­né­rer une com­bi­nai­son de si­tua­tions qui étaient jusque-là pen­sées iso­lé­ment, mais dont on avait ex­clu la si­mul­ta­néi­té. Cette ap­proche sys­té­mique est trop peu dé­ve­lop­pée”, pour­suit Yves Ma­ri­gnac. Des craintes qui n’en­tament pas la sé­ré­ni­té de l’au­to­ri­té de sû­re­té nu­cléaire, le “gen­darme” in­dé­pen­dant de l’atome en France. “Les ins­tal­la­tions sont toutes di­men­sion­nées pour faire face à ce genre d’évé­ne­ments, as­sure Ré­my Cat­teau, di­rec­teur des cen­trales nu­cléaires à L’ASN. Il y a un ré­exa­men pé­rio­dique de la sû­re­té tous les dix ans.” Pas de quoi s’in­quié­ter donc, se­lon lui, quand bien même les cen­trales au­ront bien­tôt at­teint leur li­mite d’âge ini­tiale. D’ailleurs, l’ex­ploi­tant (EDF) a pro­mis que face à la hausse des tem­pé­ra­tures, il al­lait ren­for­cer son pro­gramme de tech­no­lo­gies de re­froi­dis­se­ment, à base de ven­ti­la­tions et de groupes fri­go­ri­fiques. Pour­tant, les au­teurs du rap­port “Consé­quences du dé­rè­gle­ment cli­ma­tique pour le mi­nis­tère de la Dé­fense” l’as­surent: “Sur le plan in­ter­na­tio­nal, les ef­fets du chan­ge­ment cli­ma­tique sur le parc nu­cléaire com­mencent à de­ve­nir une pré­oc­cu­pa­tion ma­jeure.” Car, aus­si ro­bustes soient les 19 cen­trales fran­çaises, le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique a plus d’une em­brouille dans son sac. Les sé­che­resses, par exemple, ont pour consé­quence di­recte la baisse du dé­bit des cours d’eau. Or, les cen­trales consomment chaque an­née en­vi­ron 19 mil­liards de mètres cubes d’eau pour leur cir­cuit de re­froi­dis­se­ment, soit plus de 60% des pré­lè­ve­ments mé­tro­po­li­tains. Qui dit manque d’eau, dit ar­rêt des ré­ac­teurs par me­sure de sé­cu­ri­té. Autre pos­si­bi­li­té en cas de grosse cha­leur, l’aug­men­ta­tion de la tem­pé­ra­ture des cours d’eau. Or, au-des­sus de 28°C, l’eau ré­chauf­fée par son pas­sage en cen­trale ne peut plus être re­je­tée, sous peine de per­tur­ber les éco­sys­tèmes aqua­tiques. Même sen­tence: sans re­froi­dis­se­ment, on coupe les ré­ac­teurs. Deux cas de fi­gure qui ex­pliquent l’ar­rêt for­cé de plu­sieurs cen­trales lors de la ca­ni­cule de 2003, où 17 des 58 ré­ac­teurs avaient dû ré­duire ou stop­per leur ac­ti­vi­té. Une chute bru­tale de pro­duc­tion qui se re­trouve for­cé­ment dans le ré­seau d’élec­tri­ci­té: une étude an­glo-saxonne cal­cu­lait en 2012 que ces pro­blèmes d’ap­pro­vi­sion­ne­ment en eau liés au chan­ge­ment cli­ma­tique pour­raient à eux seuls faire bais­ser la ca­pa­ci­té de pro­duc­tion élec­trique de 6 à 19% en Eu­rope, nu­cléaire et char­bon confon­dus. Au point d’ima­gi­ner des cou­pures de cou­rant si­gni­fi­ca­tives en cas de ca­ni­cule? “Si on reste dans le sys­tème élec­trique ac­tuel, il est clair que l’on s’ex­pose à des pé­riodes d’in­dis­po­ni­bi­li­tés plus ou moins longues”, ré­sume Yves Ma­ri­gnac. Au­tre­ment dit: il vous fau­dra peut-être pé­da­ler pour ac­tion­ner votre ven­ti­la­teur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.