100 bonnes rai­sons de ne plus faire de ca­deaux

Society (France) - - SOMMAIRE -

Il n’y a pas de meilleur mo­ment pour ar­rê­ter.

•1• Parce que les of­frandes, c’est pour les faibles. •2• Parce que ce cous­sin pé­teur à l’ef­fi­gie de Laurent Wauquiez n’a pas vrai­ment fait rire ma­mie l’an­née der­nière. •3• Parce qu’on nous fait des ca­deaux quand c’est notre fête, à nous, peut-être? •4• Parce que ça coûte cher, une orange. •5• Parce qu’on n’est pas Ro­bert Bour­gi. •6• Parce que la der­nière fois, on nous a ré­pon­du “mer­ki”. •7• Parce que les pe­tits sont grands, main­te­nant. •8• Parce que le bou­le­vard Hauss­mann à par­tir de mi-no­vembre, c’est l’en­fer. •9• Parce qu’on n’est pas un­père très present. •10• Parce que trop bon(ne), trop con(ne). •11• Parce qu’ils ne le mé­ritent pas. •12• Parce que tout le bud­get est dé­jà par­ti avec la ré­duc’ des APL. •13• Parce que la vie ne fait pas de ca­deau, ne fais pas de ca­deau à la vie. •14• Parce que I don’t gift a fuck. •15• Parce que “joie de re­ce­voir”, OK, mais “plai­sir d’of­frir”, on voit pas bien. •16• Parce que l’an­née der­nière, on a re­çu une yaour­tière et neuf paires de chaus­settes fan­tai­sie. •17• Parce que faire tour­ner l’éco­no­mie d’un pays qui écoute Ca­lo­ge­ro, très peu pour nous. •18• Parce que l’en­fer est pa­vé de bonnes in­ten­tions. •19• Parce que soyons hon­nêtes, on fait ra­re­ment un car­ton. •20• Parce que ça fait sept ans et de­mi qu’on est en stage, ça va bien main­te­nant. •21• Parce qu’ils de­vraient dé­jà être contents qu’on soit là. •22• Parce qu’on s’en sort très bien comme ça. •23• Parce que le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique pré­fère qua­li­fier ça de “cor­rup­tion et dé­tour­ne­ment de fonds pu­blics”. •24• Parce que cette de­mi-fi­nale de Koh­lan­ta, on va la ga­gner pour tous ceux qui ne croyaient pas en nous. •25• Parce que c’est gra­tuit seule­ment la pre­mière fois. •26• Parce qu’on est ar­bitre et qu’on n’a tou­jours pas re­çu le vi­re­ment. •27• Parce qu’au bout de ce flan re­vi­si­té, il y a une de­mi-fi­nale du Meilleur pâ­tis­sier. •28• Parce qu’on a pé­té les plombs. •29• Parce que c’est le bon mo­ment. •30• Parce qu’on vit dans un monde où pour dire mer­ci, les gens veulent faire la bise. •31• Parce que cette an­née, on passe les fêtes au large. •32• Parce que pa­pi ne veut plus de cho­co­lats et qu’il a dé­jà 47 cra­vates. •33• Parce qu’on ne veut pas d’his­toires. •34• Parce que l’es­sen­tiel est ailleurs. •35• Parce qu’on est Oli­ver Kahn. •36• Parce que pas besoin de ca­deaux pour que ce Noël en fa­mille tourne au grand dé­bal­lage. •37• Parce qu’on re­vient des ré­seaux so­ciaux et au­tant vous dire que per­sonne n’a été sage. •38• Parce qu’on est Mi­chael Ha­neke. •39• Parce qu’on est dé­crois­sant(e), comme notre compte en banque. •40• Parce qu’à la fin du mois, il n’y a pas que l’in­ten­tion qui compte. •41• Parce qu’on n’a pas de pé­trole mais on n’a pas non plus d’idées. •42• Parce qu’il va bien fal­loir me dis­rup­ter ce Noël à un mo­ment ou à un autre, les co­pains. •43• Parce qu’un jo­li bou­quet de fleurs des champs, quand même... •44• Parce qu’on est sus­cep­tible, ran­cu­nier(e) et hy­per­mné­sique. •45• Parce qu’on n’est pas là pour ri­go­ler. On est là pour jouer au Mo­no­po­ly et l’ave­nue des Champs-ély­sées, c’est 350. •46• Parce que si on vou­lait faire des ca­deaux, on n’au­rait pas fait huis­sier(e). •47• Parce que tout bien ré­flé­chi, on vend des pa­quets de cé­réales, pas des po­chettes-sur­prises. •48• Parce qu’un ca­deau en moins, c’est du Kin­der en plus. •49• Parce que le quo­ta de dé­parts à l’amiable a dé­jà été at­teint, sor­ry. •50• Parce que le magasin où tout était à un eu­ro a fer­mé. •51• Parce que cette his­toire d’en­fer et de pa­ra­dis, on s’est ren­sei­gnée(e), c’est pas sûr sûr ap­pa­rem­ment. •52• Parce qu’on n’a plus de bolduc. •53• Parce qu’on en a dé­jà fait l’an­née der­nière. •54• Parce que poste res­tante, ca­deau per­du. •55• Parce que ça nous ar­range pas, rap­port à l’ar­gent. •56• Parce qu’on a une gueule de père Noël, peut-être? •57• Parce qu’on tra­vaille chez Le­bon­coin, on n’est pas dupe. •58• Parce que c’est dé­ci­dé, on se lance en po­li­tique. •59• Parce que les gens sont beau­coup trop at­ta­chés à ce concept de prio­ri­té à droite. •60• Parce que les bons comptes font les bons amis et qu’on n’ai­me­rait pas tout dés­équi­li­brer sur un coup de tête. •61• Parce qu’on a échap­pé à une ex­plo­sion nu­cléaire et tout ce qu’il reste, ce sont des fi­gu­rines de Gé­rald Dar­ma­nin. •62• Parce qu’on pré­fère être une or­dure ra­dine qu’une or­dure pauvre. •63• Parce que ça fait bien long­temps qu’on n’em­balle plus grand monde. •64• Parce que cette weed est beau­coup trop rare. •65• Parce qu’on pré­fère gar­der nos thunes pour ache­ter des trucs in­utiles pen­dant les soldes. •66• Parce qu’une carte ca­deau, c’est avant tout une carte. •67• Parce qu’on n’est pas un éco­no­miste fran­çais né le 9 mai 1956 à Saint-brieuc, di­plô­mé de L’IEP de Pa­ris et dé­sor­mais proche de Jean-luc Mé­len­chon. Eh non, on n’est pas Jacques Gé­né­reux! •68• Parce qu’on n’est pas non plus un dan­seur de sa­lon et chorégraphe qué­bé­cois né le 25 dé­cembre 1962 à Lon­gueil. Voi­là, on n’est pas non plus Jean-marc Gé­né­reux! •69• Pour cas­ser l’évi­dence ca­pi­ta­liste dans les es­prits. •70• Parce qu’on ne sait plus très bien qui mé­rite quoi. •71• Parce que do­ré­na­vant, on joue de la bat­te­rie dans un groupe de hard rock. •72• Parce qu’on a bien ré­flé­chi. •73• Pour don­ner la rage. •74• Parce que qui aime bien... •75• Parce que t’as pas vou­lu la carte de fi­dé­li­té, mon con. •76• Parce qu’on avait pré­ve­nu: il fal­lait pas or­tho­gra­phier ca­deau “kdo” sur cette liste de Noël. •77• Parce qu’on vient de s’of­frir un double com­bo sand­wich–bois­son–des­sert sur une aire d’au­to­route, donc au­tant vous dire que la fin d’an­née va être rude. •78• Parce qu’on est Di­dier Des­champs. “Ka­rim qui?” •79• Parce que avec l’ar­ri­vée des ju­meaux Six­tine et En­guer­rand, on en est à 17 en­fants, ça com­mence à faire beau­coup. •80• Parce qu’on est la ‘Ndran­ghe­ta, quand même, on a une ré­pu­ta­tion à te­nir. •81• Parce qu’on n’a pas de pa­pier ca­deau. •82• Parce qu’on est so­cia­liste et qu’on n’a plus de fa­mille. •83• Parce que être pré­sent(e) nous coûte dé­jà beau­coup. •84• Parce que jus­qu’aux noces de plomb, ça va, mais à par­tir des noces de cris­tal, c’est pas la même li­mo­nade. •85• Parce qu’on n’aime pas trop ça, quand ça sent le sa­pin. •86• Parce qu’on laisse le Panama s’en char­ger. •87• Parce que alors comme ça les reins ça compte pas dans cette fa­mille? •88• Parce qu’on y ré­flé­chi­ra quand les courses de Noël se­ront dé­fis­ca­li­sées. •89• Parce qu’il faut me tuer cette in­dus­trie de la bou­gie par­fu­mée et du cadre pho­to. •90• Parce que, ar­rê­tons de men­tir, tout ce qui vaut d’être of­fert se té­lé­charge gra­tui­te­ment. •91• Parce que Xa­vier Du­pont de Li­gon­nès n’en au­ra pas non plus. •92• Parce qu’on est can­cer. •93• Parce que per­sonne n’a en­core tou­ché aux Mon Ché­ri qu’on avait of­ferts l’an­née der­nière. •94• Parce que te­nez, les en­fants, ache­tez ce que vous vou­lez! •95• Parce que des types gé­né­reux, il y en a plein les ci­me­tières. •96• Parce que Do­nald Trump nous a trai­té(e) de gros(se) sur Twit­ter. •97• Parce qu’on ne par­ti­ci­pe­ra ja­mais au mas­sacre des sa­pins et qu’on ne porte ja­mais de chaus­settes. •98• Parce que ça y est, on l’a ga­gnée cette élec­tion. •99• Parce qu’on a peur que ce soit mal in­ter­pré­té. •100• Parce qu’on pré­fère faire des gâ­teaux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.