“La vie est trop courte pour être trop sé­rieux”

Tampon! - - COUVERTURE - PAR CHARLES ALF LA­FON ET ALEXANDRE PEDRO PHOTOS: PANORAMIC, ICONS­PORT ET DR

L’his­toire du rug­by est bien sûr tra­ver­sée de joueurs lé­gen­daires. La liste est for­cé­ment in­juste et ou­blieuse. Da­vid Cam­pese était un gé­nie cabot avec un phy­sique de mé­ca­ni­cien, Ga­reth Ed­wards une ré­fé­rence in­dé­pas­sable à rou­fla­quettes pour les plus de 50 ans, Mi­chael Jones un illu­mi­na­teur de jeu mais ja­mais le di­manche – qu’il ré­ser­vait à Jé­sus –, Serge Blan­co un épi­cu­rien de la relance et de la vie, John Eales le plus par­fait des joueurs, Jon­ny Wil­kin­son le plus ad­mi­rable, Fran­çois Pie­naar le plus Man­de­la, Ri­chie Mccaw le plus hors jeu… Lui n’a ja­mais été cham­pion du monde. Il a connu une car­rière aus­si ful­gu­rante que frus­trante, la faute à un corps hors norme en ap­pa­rence mais pas dé­ci­dé à le lais­ser en paix. Jo­nah Lo­mu est pour­tant l’unique superstar du rug­by. Le seul dont les im­pies de la mê­lée ou­verte, les ag­nos­tiques du ruck et les in­dif­fé­rents à l’ar­rêt de vo­lée peuvent ci­ter le nom d’ins­tinct. Jeune qua­dra­gé­naire, l’an­cien ai­lier des All Blacks est un père de fa­mille heu­reux, un amou­reux lu­cide de son sport et un homme apai­sé, comme peuvent l’être ceux que le sort n’a pas épar­gnés. De­puis sa mai­son d’au­ck­land, la lé­gende du rug­by re­vient sur une vie et une car­rière tra­ver­sées tout en raf­futs.

Jo­nah est un homme de coude à l’ex­té­rieur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.