VIP

Chef du Qua­trième Mur à Bor­deaux, Phi­lippe Et­che­best est de re­tour pour la hui­tième sai­son de Top Chef sur M6. Meilleur ou­vrier de France en 2000 et sau­veur de res­tau­rants au bord de la faillite dans Cau­che­mar en cui­sine, il a d’abord don­né de la voix et

Tampon! - - Sommaire - PAR FLA­VIEN BO­RIES / PHOTO: PANORAMIC

Avant de faire des cau­che­mars en cui­sine, le chef Phi­lippe Et­che­best a eu une pre­mière car­rière de centre et d’ai­lier du cô­té de Bègles-bor­deaux.

Il pa­raît que vous sui­vez en­core le rug­by à la té­lé. Oui, c’est ce que je re­garde le plus. J’aime ça! Je suis beau­coup L’UBB, for­cé­ment. C’est mon équipe de coeur, j’y ai joué quelques an­nées. Le seul mo­ment où je suis un peu tran­quille, c’est sou­vent le sa­me­di après-mi­di. Si je ne vais pas à Cha­ban-del­mas, je me pose deux heures de­vant la té­lé avec mon fis­ton et on re­garde les matchs. Et l’évo­lu­tion est in­croyable par rap­port à l’époque où j’ai joué.

Quand est-ce que vous avez com­men­cé à jouer? C’était à Ville­neuve-sur-lot, où mes pa­rents vi­vaient à l’époque. J’avais 9 ans. Au dé­part, je fai­sais du ju­do, mais j’avais chan­gé de club et ça me plai­sait moins. Mon père m’a pro­po­sé le rug­by, j’ai dit pour­quoi pas. J’ai­mais le contact donc ça m’a plu. C’est vrai qu’à l’époque, à Ville­neuve-sur-lot, c’était plu­tôt le rug­by à XIII qui était à l’hon­neur. Mais je pré­fé­rais le XV.

On dit que vous étiez un ai­lier ra­pide… ( Il coupe) Je suis trois-quarts centre de for­ma­tion. J’ai tou­jours joué au centre, sauf en pre­mière division ( en 1986-1987, ndlr), où j’ai été col­lé à l’aile. On vous cite: ‘Je me fai­sais res­pec­ter: mon pre­mier pla­quage ar­ri­vait tou­jours deux se­condes en re­tard, his­toire de faire mal.’ C’est vrai. Ce qui était im­por­tant lors­qu’on jouait, c’était le pre­mier im­pact. Il fal­lait im­pres­sion­ner l’ad­ver­saire, mettre un gros tam­pon d’en­trée pour qu’il ne re­vienne pas. Par­fois, c’est vrai qu’il y avait un petit dé­ca­lage d’une ou deux se­condes, mais c’était ma marque de fa­brique ( rires). J’étais as­sez phy­sique et je jouais beau­coup avec ça.

Ado­les­cent, vous hé­si­tiez entre sport-études et la cui­sine, vous avez fi­na­le­ment op­té pour la res­tau­ra­tion, ‘par fa­ci­li­té’. Pour­quoi? Mes pa­rents étaient res­tau­ra­teurs, je me suis fait une rai­son. Par rap­port aux bles­sures, le rug­by, ça pou­vait être aus­si un peu contrai­gnant. La rai­son m’a fait pen­cher pour la cui­sine. C’était la fa­ci­li­té, je bai­gnais de­dans de­puis mon plus jeune âge. C’était le bon choix et ça ne m’a pas em­pê­ché –parce que j’en avais la vo­lon­té– de conti­nuer une car­rière spor­tive à cô­té avec la boxe ( il a été cham­pion ama­teur de Mi­di-py­ré­nées chez les mi-lourds, ndlr). Si c’était à re­faire, je pren­drais la même dé­ci­sion. Vous gar­dez quelques sou­ve­nirs mar­quant de vos quinze ans pas­sés sur un ter­rain? Avec les Rei­chel, on était al­lés en fi­nale de la Coupe de France et en de­mi-fi­nale du cham­pion­nat. On avait per­du contre Bé­ziers et je m’étais pé­té l’acro­mion. À l’époque, on avait en­core plus ou moins le droit d’ef­fec­tuer des pla­quages en hau­teur. Un ad­ver­saire m’a fau­ché en pleine ex­ten­sion et je suis tom­bé sur l’épaule. Après, for­cé­ment, j’ai des sou­ve­nirs de ma sai­son en pre­mière division. Le plus beau, c’était contre Tarbes, à l’époque de Phi­lippe Din­trans. J’ado­rais le voir jouer, il avait des per­cus­sions in­croyables. Après un dé­ga­ge­ment mer­deux de mon ar­rière, je me re­trouve seul face à lui et à ma ligne d’es­sai. Il ar­rive comme un bou­let et là je me dis: ‘Si je ne le plaque pas, je ne joue pas le pro­chain match.’ Je l’ai pris, sou­le­vé et re­tour­né. J’étais fier! Je me suis bles­sé aux che­villes pour le prendre. J’ai d’ailleurs eu l’oc­ca­sion de le re­voir et je lui en ai par­lé. Lui ne s’en sou­ve­nait pas mais moi, je m’en rap­pe­lais très bien. PRO­POS RE­CUEILLIS

“La rai­son m’a fait pen­cher pour la cui­sine. C’était la fa­ci­li­té, je bai­gnais de­dans de­puis mon plus jeune âge”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.