# Ru­benSurLOngle # Te­teAuCarre

Cé­lé­bré comme l’un des pires fai­seurs de co­mé­die, Adam Sand­ler n’en fout pas une rame dans ses propres films. Le tra­vail, le vrai, il ré­serve ça à ses co­pains au­teurs, comme en té­moigne en­core The Meye­ro­witz Sto­ries de Noah Baum­bach

Technikart - SuperCannes - - News - BEN­JA­MIN ROZOVAS

L’AUTEURISME COMME THé­RA­PIE

Homme-en­fant vis­queux, vau­tré dans l’hu­mour de chiotte. C’est le rôle qu’il s’at­tri­bue depuis plus de 20 ans dans des co­mé­dies zé­ro poin­té dont le ni­veau moyen a en­core bais­sé suite à son deal avec Netflix. In­ves­tis pour­tant du rythme et de l’univers d’un ci­néaste, ce même per­son­nage d’adulte mal dé­gros­si crée à l’écran une vraie mu­sique bur­lesque. On ne le sent pas très heu­reux dans ses co­mé­dies si­nistres à gros sous. Mais dans Pun­chD­runk Love, Fun­ny People ou The Meye­ro­witz Sto­ries, il ar­rête en­fin de sen­tir la lose et la haine de soi ; Il les joue.

IL Dé­CIDE DE BIEN FAIRE

Il donne de l’iner­tie à son corps gras­souillet, courbe l’échine, tem­père ses ef­fets de voix ir­ri­tants, règle deux ou trois trucs de pan­to­mime droo­pesque… Et bam, il s’en­vole. Comme quoi, il suf­fi­sait de pas grand chose. Un peu d’en­train, de bonne vo­lon­té. Et s’il dé­cide de bien faire, c’est qu’il sait qu’il n’en fout pas une rame à cô­té… Mal­heu­reu­se­ment, ça ne marche pas à tous les coups. Le ver­sant na­vet de sa car­rière « au­teur » ( The

Co­bler, le pam­phlet post9/11 À coeur ou­vert) ri­va­lise haut la main avec ses co­mé­dies les plus nulles.

IL N’Y VA PAS à MOI­TIé

Dans Punch-Drunk Love, il était ce pe­tit VRP ca­co­chyme, ef­fa­cé, écra­bouillé par les caisses de son en­tre­pôt et l’om­ni­pré­sence de ses soeurs cou­veuses. Il est un autre genre de sous-homme dans The Meye­ro­witz

Sto­ries. Le fils ra­té d’un pa­triarche ra­té (Dus­tin Hoff­man), boi­teux, sans em­ploi, sans femme, sans do­mi­cile fixe, sou­cieux de l’exemple mi­nable qu’il donne à sa jo­lie fille ado… Sand­ler a tou­jours beau­coup de choses à jouer dans les films des autres, et qua­si­ment rien dans les siens. Sans doute une ques­tion d’équi­libre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.