LES PLEINS POU­VOIRS À BRU­NO DU­MONT

Ils prennent les rennes du fes­ti­val et im­posent leur loi... Gloire à Bru­no Du­mont, réa­li­sa­teur de Jean­nette.

Technikart - SuperCannes - - News -

Votre pre­mière me­sure comme sou­ve­rain ab­so­lu ?

Bru­no Du­mont. Je place la Quin­zaine au centre de tout, et je change l’Of­fi­cielle en contre-pro­gram­ma­tion mar­gi­nale. Le chan­ge­ment est né­ces­saire, il faut que la roue tourne, sur­tout en ci­né­ma. On se fait tous du mal en se lais­sant pour­rir dans l’im­mo­bi­li­té des choses.

Vous po­sez un ve­to contre une Palme Netflix ?

B.D. Com­pli­qué. Les plus belles choses que je re­garde viennent de Netflix, je ne vais pas chi­po­ter là-des­sus. En même temps il faut faire at­ten­tion au ci­né­ma fran­çais et à son sys­tème, parce que c’est un mé­ca­nisme su­per ma­lin. Il faut le pré­ser­ver, sans bou­cher les ar­ri­vages d’oeuvres de qua­li­té.

Vous po­sez un ve­to contre une troisième Palme Ha­neke ?

B.D. Pas en­core vu le film, mais lui je l’aime bien ! Après, je suis contre la politique des au­teurs. On ne sé­lec­tionne pas un type sur son seul nom. Re­noir a fait des très mau­vais films, il ne faut pas l’ou­blier.

Votre pro­gramme pour ra­me­ner Go­dard à Cannes ?

B.D. Je ne le ra­mène sur­tout pas. Ce se­rait trop dom­mage : il a su prendre la dis­tance né­ces­saire, se cou­per de son dé­sir can­nois. C’est beau, on ne peut pas gâ­cher ça.

Votre pro­gramme pour ra­me­ner Hol­ly­wood à Cannes ?

B.D. Je ne veux pas de do­mi­na­tion hol­ly­woo­dienne. Le Roi Tis­se­rand, vous connais­sez ? Ce­lui qui mé­lange les cou­leurs. Ben voi­là, je se­rais le Roi Tis­se­rand.

À quel film d’Al­mo­do­var vous dé­ci­dez de ré­at­tri­buer la Palme ?

B.D. Au­cun.

Vous dor­mez dans la chambre de qui ?

B.D. Pfff... En tout cas, elle se­rait jo­lie. La fille. Pas la chambre !

De qui vous dé­bar­ras­sez-vous en pre­mier : les Pa­ri­siens, les jour­na...

B.D. Ah ! Ça, c’est très im­por­tant : l’al­ter­nance. C’est ce que j’ai­mais bien chez Mélenchon : « qu’ils dé­gagent ». Il faut le faire res­pec­tueu­se­ment, hein. Mais il faut le faire, si­non ça pro­duit de l’entre-soi. Cri­tiques, jour­na­listes, gros bon­nets... Je peux vous dire que les gens, dans les ca­fés du Nord, ils per­çoivent cet entre-soi qui les énerve.

Vous créez un prix Sean Penn. Pour ré­com­pen­ser quoi ?

B.D. Je connais pas vrai­ment Sean Penn. C’est un ac­teur qui fait des films, non ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.