Cou­ci-cou­ça time

Le ci­né­ma mi­nus­cule des frères Saf­die est- il so­luble dans la pa­ro­die de po­lar 80’s avec néons, syn­thés et ty­pos vin­tage ? Good Time ré­pond : mouif.

Technikart - SuperCannes - - News - FRAN­ÇOIS GRELET

Pe­tite ex­pé­rience de 8H30 : ob­ser­ver comment le ci­né­ma tout ri­qui­qui des frères Saf­die, mi­cro- têtes de gon­doles de la mi­cro-ten­dance mum­ble­core, pour­rait bien trou­ver sa place à l’in­té­rieur de la so­len­ni­té et l’em­phase de la Salle Lu­mière. Comme chez eux dans les cou­loirs se­reins de La Quin­zaine, où ils ont dé­jà po­sé deux fois leurs Con­verse et leurs pe­tites vi­gnettes new-yor­kaises in­con­sé­quentes (ce n’est pas un ju­ge­ment, c’est juste le prin­cipe), ils se re­trouvent ca­ta­pul­tés chez les grands, eux qui ne jurent que par les échelles ré­duites. Les voi­là je­tés en pâ­ture au par­terre ver­sa­tile du Pa­lais, peu ha­bi­tué de gen­tilles pa­nouilles – les mé­chantes pa­nouilles ayant, quant à elles, de longue date leurs en­trées ici.

La pré­sence au gé­né­rique de Rob Pat­tin­son est un pre­mier in­di­ca­teur du chan­ge­ment de bra­quet opé­ré, l’ir­rup­tion du scope en est un autre. Ça com­mence un peu comme d’hab’, un test entre un psy et son pa­tient cho­pé « sur le vif », sans trop d’in­ten­si­té. On se frotte pour­tant les yeux, et pas seule­ment pour se ré­veiller : c’est bien l’ou­ver­ture de Blade Run­ner (« Je vais vous en par­ler de ma mère ! » et Paf!) qui est di­rec­te­ment ci­tée, et an­nonce l’ho­ri­zon « néon fluos » du pro­jet. Le film n’est com­po­sé que de ça, d’un va et vient entre la sur-af­fir­ma­tion des codes et des ré­fé­rences très « genre » (on y croise de pe­tits pas­tiches man­niens, scor­se­siens, lu­me­tiens, soif­du­ma­liens, pas désa­gréables d’ailleurs) et l’es­sence dé­li­bé­ré­ment dé­cep­tive, anes­thé­siée et ano­nyme de l’in­trigue po­lar et des per­son­nages. Par­fois ru­ti­lant, l’en­ro­bage n’est là que pour mettre en exergue le rien du tout des pé­ri­pé­ties, et ob­ser­ver si, par ha­sard, ça pour­rait coa­gu­ler. Par­fois oui, sou­vent non. C’était donc la pe­tite ex­pé­rience de 8H30. Toute, toute, toute pe­tite.

SÉ­LEC­TION OF­FI­CIELLE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.