AN­TO­NIN DUPETY & VA­LEN­TIN CAMBOU

Avant tout : Que faites-vous à Cannes ? Nous avons com­po­sé et in­ter­pré­té la bande ori­gi­nale du Film « Basses » de Fé­lix Im­bert qui a été sé­lec­tion­né à la quin­zaine des réa­li­sa­teurs. La mu­sique a été sub­ven­tion­né par la SACEM qui nous a donc in­vi­tés a ven

Technikart - SuperCannes - - La première note - In­ter­view Mel­chior

Quelle est votre playlist idéale pour le Fes­ti­val ? - Riuy­chi Sa­ka­mo­to - Plas­tic Bam­boo

- The Mys­tic Jungle Tribe - Ter­raz­za sul mare - Rah­saan Ro­land Kirk - The In­fla­ted Tear

Pou­vez-vous nous par­ler de la place de la com­po­si­tion mu­si­cale dans le monde du ci­né­ma ?

Lorsque l’on parle de com­po­si­tion mu­si­cale au ci­né­ma, au pre­mier abord, on pense à Tho­mas New­man, à John Williams ou en­core Ber­nard Herr­mann, les grands com­po­si­teurs, qui ont mar­qué le genre, et qui l’ont co­di­fié. Il s’agit sou­vent de thèmes de per­son­nages ou de lieux, écrits pour or­chestre.

Pour l’écri­ture de la bande ori­gi­nale de « Basses » on a dû com­po­ser avec cette contrainte : la mu­sique est to­ta­le­ment dié­gé­tique (mis à part à un mo­ment clé), ce qui était une en­vie de Fé­lix dès le dé­but pour son film. Donc l’idée c’était de com­po­ser les mor­ceaux que les per­son­nages du film se­raient sus­cep­tible d’écou­ter, plu­tôt que la bande ori­gi­nale du film lui-même. C’est ça qui nous a bien gui­dé, en fait, d’écrire le track qu’ils mettent dans leur soi­rée, ou ce­lui qui passe dans leur au­to­ra­dio avant d’al­ler en free par­ty.

D’après vous, quelle est la place de la mu­sique éLEC­TRO­NIQUE DANS LA COM­PO­SI­TION DE MU­SIQUE DE fiLM ?

On trouve que celle-ci est de plus en plus pré­sente au ci­né­ma, et c’est com­plè­te­ment dû à sa dé­mo­cra­ti­sa­tion. Les boîtes à rythmes, les syn­thé­ti­seurs, et plus ré­cem­ment la mu­sique as­sis­tée par or­di­na­teur sont uti­li­sés par de plus en plus de monde et on le constate entre autre dans les oeuvres de mu­si­ciens plus tra­di­tion­nels.

Les films ac­tuels sont tous de dif­fé­rentes ma­nières im­pré­gnés de mu­sique élec­tro­nique. Ré­cem­ment, l’exemple le plus mains­tream c’est sans doute

« 120 bat­te­ments par mi­nute » avec Ar­naud Re­bo­ti­ni à la BO.

Dans « Basses », Fé­lix met en scène des jeunes qui écoutent de la tech­no, de la house, de la hard­tek, il était donc évident que ces genres mu­si­caux se re­trouvent dans le film.

Pré­fé­rez-vous tra­vailler à par­tir d’images ou de scé­na­rios ?

C’est as­sez dif­fi­cile à dire, puisque nous n’avons pas une énorme ex­pé­rience en com­po­si­tion de mu­sique de film.

On peut dire que tra­vailler à par­tir d’un scé­na­rio donne beau­coup d’idées, peut être même trop en fait. Une fois qu’on a les images, on se rend compte que ce qui nous pa­rais­sait évident à la lec­ture du scé­na­rio n’est peut être pas par­fai­te­ment adap­té au re­gard du réa­li­sa­teur, que les at­mo­sphères ne concordent peut être pas tout à fait.

C’est un peu ce qui s’est pas­sé pour « Basses ». On a com­men­cé à tra­vailler à par­tir du scé­na­rio, à dé­ve­lop­per des idées en s’ima­gi­nant les plans. Puis Fé­lix est ve­nu chez nous avec un pre­mier mon­tage. C’était un mo­ment as­sez par­ti­cu­lier, puisque nous avions tra­vaillé cha­cun de notre co­té et que l’on se met­tait un peu la pres­sion à l’idée de se par­ta­ger notre tra­vail.

Lors du vi­sion­nage, l’image nous a per­mis de réa­li­ser un cer­tain af­fi­nage de la mu­sique. Tra­vailler tout d’abord avec le scé­na­rio et en­suite avec l’image nous pa­raît donc être une bonne mé­thode.

Quelle est votre his­toire avec la com­po­si­tion de MU­SIQUE DE fiLM ?

Nous sommes avant tout amis de longue date, et avons plu­sieurs pro­jets mu­si­caux en com­mun. In­dé­pen­dam­ment, nous avions dé­jà tra­vaillé sur des pro­jets de mu­sique à l’image.

Notre his­toire com­mune avec la com­po­si­tion de mu­sique de film est as­sez ré­cente. On a com­po­sé la mu­sique pour un film d’en­tre­prise il y a trois ans puis notre ami Fé­lix nous a pro­po­sé de com­po­ser la mu­sique de « Basses » alors qu’il fi­na­li­sait l’écri­ture de son scé­na­rio.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.