BELGRADE

Technikart - - BELGRADE -

CAR­RE­FOUR ENTRE L'ORIENT ET L'OC­CI­DENT, BELGRADE SE­RAIT AUX AN­TI­PODES DE L'IMAGE QUI LUI COLLE EN­CORE À LA PEAU. RO­MAN­TIQUE, AC­CUEILLANTE, UL­TRA-FES­TIVE ET ÉTON­NAM­MENT TEN­DANCE. ON NOUS AU­RAIT MENTI ? SE LA JOUER BOHÈME À SKADARLIJA Ses rues en pente à gros pa­vés, ses ter­rasses fleu­ries et ses fa­çades pas­tel écaillées ont sou­vent fait com­pa­rer ce quar­tier à Mont­martre, au­quel il est d’ailleurs ju­me­lé. Après quelques flâ­ne­ries dans ses dé­dales au charme sur­an­né, at­ta­blez-vous à l’une des an­tiques « ka­fa­na » de la rue Ska­dars­ka (Ima Da­na de pré­fé­rence). Là, un poi­vron far­ci dans l’as­siette, le­vez votre verre de ra­ki­ja, l’eau de vie lo­cale, que les Serbes qui ont du poil aux pattes in­gèrent dès le pe­tit-dé­jeu­ner, à l’or­chestre tzi­gane en­ton­nant ces mêmes ri­tour­nelles qui ber­çaient dé­jà les cuites des ar­tistes du siècle avant-der­nier. SE LA COU­LER PÉ­PÈRE À ZEMUN Cet an­cien pe­tit vil­lage de­ve­nu quar­tier de Belgrade est as­su­ré­ment l’un des coins les plus char­mants et zen de la ville. Cou­rant non­cha­lam­ment le long du Da­nube, avec ses mai­son­nettes ba­rio­lées, ses pé­niches et ses pe­tits res­tos som­no­lant au bord de l’eau, il offre, de­puis l’élé­gante tour de Gar­doš, le plus beau pa­no­ra­ma sur Belgrade. S’ENJAILLER À SAVAMALA Bâ­ti au XIXe siècle le long de la rive droite de la Save, cet an­cien quar­tier in­dus­triel est le nexus du Belgrade ar­tis­tique et noc­turne, le vais­seau ami­ral de la teuf dont les soi­rées en­dia­blées ont va­lu à la ville sa ré­pu­ta­tion de « Bar­ce­lone des Bal­kans ». Après vous être ras­sa­sié dans l’un des res­tos ten­dance de Be­ton Ha­la, les an­ciens docks ré­amé­na­gés en Meat­pa­cking à la Serbe, dé­am­bu­lez à la re­cherche des plus belles fresques street-art, puis al­lez-vous en je­ter un pe­tit à la san­té du Ma­ré­chal à la ka­fa­na

SFRJ, un tro­quet un­der­ground tout à la gloire de Ti­to et des grandes heures de la You­go­sla­vie. De là trois op­tions s’offrent à vous : le dé­li­cieu­se­ment dé­ca­dent Mla­dost/Lu­dost/Ga­dost, trois clubs en un, mu­sique poin­tue et dé­co sty­lée ; Klub Go­tik, le temple du tur­bo-folk, pour une am­biance kus­tu­ri­cienne tes­to­sté­ro­si­li­co­née ; ou lâ­cher dé­fi­ni­ti­ve­ment les amarres sur l’une des « spla­vo­vi », sortes de pé­niches-boîtes, em­blèmes des nuits bel­gra­doises (men­tion spé­ciale à Po­ve­ta­rac et Hot Mess). Pe­tit con­seil : dé­pê­chez-vous de dé­cou­vrir Savamala avant qu’il ne soit trop tard, il est ques­tion de ra­ser le quar­tier pour y im­plan­ter un hi­deux et dé­me­su­ré com­plexe d’im­meubles flam­bant neufs, le tout sur fond de pro­bables ma­gouilles et fi­nan­cé par les Émi­rats arabes unis, dé­ci­dé­ment tou­jours dans les bons coups. S’EN METTRE PLEIN LA LAMPE (POUR PAS UN ROND) Ca­pi­tale la moins chère d’Eu­rope, Belgrade four­mille de res­tos créa­tifs ou­verts par de jeunes chefs pro­po­sant une cui­sine am­bi­tieuse à prix très doux. Le nec plus ul­tra ? Ho­ma, pour du fu­sion très raf­fi­né ; Mia­miam, qui mixe pro­duits ré­gio­naux et sa­veurs exo­tiques ; Ra­dost, un im­pec­cable vé­gé­ta­rien ita­lia­ni­sant ; et le co­sy et ca­ché Sa­lon 5, sans en­seigne et sis dans un ap­par­te­ment, comme c’est la mode à Belgrade. L’im­pres­sion d’al­ler man­ger chez des co­pains… En­fin, des co­pains comme on ai­me­rait en avoir plus, maî­tri­sant la côte de boeuf fleur de sel et le foie gras poê­lé comme pas deux ! Quand vous en au­rez as­sez d’écu­mer les gas­tros, faites hon­neur à la ro­bo­ra­tive cui­sine serbe, qui convoque in­fluences ita­liennes, grecques et moye­no­rien­tales. Am­biance plats gar­gan­tuesques, bak­la­vas et grillades à go­go, dont vous ti­re­rez le meilleur dans les adresses sui­vantes : Ma­nu­fak­tu­ra, Res­to­ran Po­let, ? (le nom énig­ma­tique de la plus vieille ka­fa­na de la ville) et Do­ko­li­ca Bis­tro. S’OF­FRIR UNE PE­TITE VIRÉE FESTOSHE Vi­si­ter Belgrade peut être l’oc­ca­sion de se payer deux fes­ti­vals plu­tôt co­olos, et ce à moins de deux heures de la ville. Dé­but juillet, c’est EXIT, élu à de nom­breuses re­prises meilleur fes­ti­val d’Eu­rope. Un grand raout pop-rock-élec­tro… se te­nant dans la forteresse de No­vi Sad, ville su­perbe et coeur de la culture serbe. En août, le vil­lage de Gu­ca de­vient la ca­pi­tale mon­diale de la trom­pette. Une sorte de Wood­stock du cuivre bal­ka­nique qui voit s’af­fron­ter des di­zaines de fan­fares serbes sous sté­roïdes et at­tire chaque an­née des cen­taines de mil­liers de tru­blions ve­nus se faire dé­bou­cher les tym­pans en si­phon­nant ra­ki­jas et por­ce­lets rô­tis. Vous voi­là aver­tis !

LE TOUR DU MONDE SANS SE FA­TI­GUER

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.