« LA VIE EST UN JEU VI­DÉO »

LE CRÉA­TEUR DE M.X. PA­RIS RE­VIENT AVEC SA COL­LEC­TION INSPIRÉE DES PRE­MIERS JEUX VIDÉOS, « FOREVER KID ». GAME ON ?

Technikart - - SHOOTING -

Maxime Si­moëns, vous sor­tez une nou­velle ligne de vê­te­ments in­fluen­cée par le jeu vi­déo vin­tage. Vous êtes ga­mer ? Maxime Si­moëns : Oui bien sûr, je me qua­li­fie­rai de « light ga­mer » : je ne suis pas un joueur ré­gu­lier, mais il m’ar­rive de jouer. Pour cette nou­velle col­lec­tion d’hi­ver, je me suis ins­pi­ré du ré­tro-ga­ming et de la mode des an­nées 80 et 90. Je suis né en plein dans les an­nées 80 et suis im­pré­gné par toute cette culture du ga­ming. La col­lec­tion me ren­voie à mon en­fance où les jeux vi­déo tel que Pac­man ou Te­tris com­men­çaient à vé­ri­ta­ble­ment émer­ger. Une fois adulte, on se dit : la vie est une sorte de jeu vi­déo… un peu trop sé­rieuse. Le sport oc­cupe une place im­por­tante dans votre fa­çon de pen­ser votre marque. Re­trouve-t-on ces mêmes va­leurs spor­tives dans le ga­ming ? Ef­fec­ti­ve­ment, le sport oc­cupe une place très im­por­tante chez M.X PA­RIS. Et tout comme dans l’uni­vers du ga­ming, le dé­pas­se­ment de soi, le goût de l’ef­fort et l’es­prit d’équipe sont pour moi des va­leurs es­sen­tielles dans l’ADN de M.X PA­RIS. C'est-à-dire ? Ma vo­lon­té via cette marque mas­cu­line, est de voir mes vê­te­ments por­tés dans la rue par tous. L’homme M.X. est ce­lui que l’on peut croi­ser à n’im­porte quel coin de rue – mais un homme en ac­cord avec son époque. M.X. PA­RIS ne s’adresse pas qu’aux hommes fans de mode. J’aime le fait de créer pour un homme qui sau­ra s’ap­pro­prier mes créa­tions à sa ma­nière.. Et quelles sont vos in­fluences du mo­ment ? Le ci­né­ma d’au­teur, les bio­gra­phies his­to­riques ou les do­cus, la mu­sique clas­sique et l’élec­tro en pas­sant par le rock, le pop art ou l’Op art en pas­sant par le style Art dé­co ou même Louis XV. J’aime la mixi­té cultu­relle, eth­nique et his­to­rique. Je n’ai pas de filtre en termes d’ins­pi­ra­tion ! Et que vous ins­pire ce shoo­ting « Ready player two » star­ring Co­ren­tin Fila et Pablo Pauly ? J’ai dé­cou­vert Pablo Pauly dans le film Pa­tients de Grand Corps Ma­lade. Une per­for­mance bluf­fante ! Les va­leurs de ce film ont fait écho à celles qui me tiennent tout par­ti­cu­liè­re­ment à coeur : l’ami­tié, le goût de l’ef­fort, du dé­pas­se­ment de soi... Et j’ai dé­cou­vert Co­ren­tin Fila dans le film Quand on a 17 ans d’An­dré Téchiné : il crève l’écran ! Ce film al­lait bien au-de­là des sté­réo­types et de la vi­sion ha­bi­tuelle de l’ho­mo­sexua­li­té, il m’a bou­le­ver­sé. Et les deux ont une élé­gance non­tra­vaillée, aus­si. Ab­so­lu­ment. Ils sont tout à fait ins­crit dans leur époque. On as­siste à une nou­velle ère dans la­quelle une nou­velle al­lure, qu’in­carnent par­fai­te­ment Pablo et Co­ren­tin, se des­sine. L’homme n’a plus peur de s’ex­pri­mer et ce­la passe, entre autres, par le vê­te­ment. Vous avez eu une sorte de « ré­vé­la­tion » en voyant Ma­don­na sur scène loo­kée par Jean-Paul Gaul­tier avant d'ha­biller, à votre tour, Ky­lie Mi­nogue, Léa Sey­doux, Blake Li­ve­ly, Mé­la­nie Laurent, Beth

Dit­to, Di­ta von Teese, Beyon­cé… La robe por­tée sur la po­chette de l’al­bum 4 de Beyon­cé (2011) res­te­ra le plus beau sou­ve­nir, et le plus mar­quant. Elle fai­sait par­tie des 6 looks que j’avais pré­sen­tés au fes­ti­val de Hyères en 2009 avant de créer ma marque. J‘avais chi­né le plas­tron à la bra­de­rie de Lille et l’avais trans­for­mé avant de mon­ter le mil­le­feuilles d’or­gan­za bleu élec­trique dans la cui­sine de mon ap­par­te­ment. Je ne pou­vais pas ima­gi­ner que 3 ans plus tard, elle se­rait por­tée par l’une des plus grandes stars de la pla­nète et que ce­la fe­rait le tour du monde. Et la suite ? Beau­coup de pro­jets à me­ner ! Pour vous don­ner un exemple, le site web-tos­tore mx­pa­ris.fr a été lan­cé ré­cem­ment. Être pré­sent de ma­nière co­hé­rente sur la toile est de­ve­nu au­jourd’hui un élé­ment es­sen­tiel, pour une marque avec nos am­bi­tions. Faire en sorte que le site re­flète au maxi­mum l’image pre­mium de l’en­seigne est quelque chose d’es­sen­tiel pour moi. Grâce à son ex­pé­rience di­gi­tale unique, à la fois in­ter­ac­tive et connec­tée, ce site offre une in­ter­face de vente et de com­mu­ni­ca­tion pen­sée comme une pla­te­forme mé­dia­tique, en contact di­rect avec le client fi­nal. M.X PA­RIS n’est donc pas qu’une simple marque de pro­duit. C’est tout un uni­vers, pen­sé au­tour d’un li­fe­style ! Au­jourd’hui, c’est en com­mu­ni­quant au­tour de son ce der­nier que l’on peut ins­tal­ler ses propres codes. M.X LE MA­RAIS, 13 rue Vieille du Temple,

75004 Pa­ris

(01 42 74 64 52) www.mx­pa­ris.fr ENTRETIEN LAU­RENCE RÉMILA

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.