DEZZIDERATA

Technikart - - PORTRAIT -

Alexan­dra Dezzi a la chance d’avoir une âme – tout le monde ne peut pas en dire au­tant. Ce­la donne à Si­lence, ra­dieux une pro­fon­deur qu’on trouve ra­re­ment chez les jeunes au­teurs ac­tuels, qui s’ar­rêtent à la sur­face de leurs ma­ri­vau­dages et de leurs mi­roirs. Entre son hé­roïne Ma­rie-Louise et le jour­na­liste po­li­tique Em­ma­nuel, il se passe autre chose que des his­toires de cou­che­rie : « Avec lui, la chair n’est pas triste. Et leur re­la­tion est comme une quête de Dieu. Quand elle le re­trouve, Ma­rie-Louise se sent vi­vante, le char­nel re­joint le spi­ri­tuel. » Plus la nar­ra­tion avance, plus on a l’im­pres­sion de suivre sta­tion après sta­tion un che­min de croix à l’en­vers, qui va vers la li­bé­ra­tion et non la condam­na­tion. Si un single très sombre d’Orties avait pour nom « Pa­ris pour­ri », on a ici droit à une pein­ture poé­tique de la ville. L’hé­roïne va aus­si à Rome avec son amant, et à Saint-Pier­rede-Char­treuse en­ter­rer sa grand­mère. Du deuil à la re­nais­sance, avec au bout la paix in­té­rieure. Amen !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.