La co­lère gronde dans les vil­lages

Ven­dre­di soir, près de 200 per­sonnes ont as­sis­té à une réunion d’in­for­ma­tion concer­nant la pos­sible ins­tal­la­tion d’une aire de grand pas­sage pour les gens du voyage à Saint-mar­tin-de-bréthencourt.

Toutes les Nouvelles (Rambouillet / Chevreuse) - - La Une - Flo­rence Che­va­lier

Dé­ci­dé­ment s’il est bien un su­jet qui at­tire les foules, c’est bien ce­lui de l’ac­cueil des gens du voyage. Ven­dre­di, 170 per­sonnes se sont re­trou­vées à la salle po­ly­va­lente de Sain­teMesme pour dire non au pro­jet d’amé­na­ge­ment d’une aire de grand pas­sage à Saint-mar­tinde-bréthencourt. Un su­jet qui n’est pas nou­veau, car, comme l’a rap­pe­lé la conseillère dé­par­te­men­tale Chris­tine Bou­tin, c’était l’en­jeu de sa toute pre­mière réunion en sous-pré­fec­ture de Ram­bouillet en 1983.

Trou­ver une autre so­lu­tion

Le site, sur la D168, coin­cé entre le pont TGV et le pont de l’au­to­route A10, de­vrait ac­cueillir tem­po­rai­re­ment (un mois maxi­mum), le ras­sem­ble­ment des grands groupes ne pou­vant dé­pas­ser 150 à 200 ca­ra­vanes. Si pour l’heure, le pré­fet n’a pas of­fi­ciel­le­ment pris sa dé­ci­sion, Anne Ca­brit, conseillère ré­gio­nale et maire d’or­son­ville, es­time qu’il s’agit dé­sor­mais d’un

« se­cret de po­li­chi­nelle » .

« Si le pré­fet s’en­tête, des ac­tions vont être me­nées » , pré­vient le maire de Saint-mar­tin-de-bréthencourt Ja­cky Drap­pier qui re­doute l’ins­tal­la­tion de cette aire, dans une zone qu’il juge « dan­ge­reuse » . « Com­ment un vil­lage de 650 ha­bi­tants peut-il ac­cueillir mille gens du voyage ? Ce se­ra in­gé­rable pour moi » , avoue Ja­cky Drap­pier.

Ce der­nier a re­çu, ven­dre­di soir, le sou­tien de très nom­breux élus : les maires des com­munes voi­sines, ceux de Ram­bouillet Marc Ro­bert et de Poi­gny Thier­ry Con­vert (éga­le­ment me­na­cés un temps par cette aire), la conseillère ré­gio­nale Anne Ca­brit, Chris­tine Bou­tin et son co­lis­tier Georges Bé­ni­zé, Gilles Sch­midt élu de Ram­bouillet, Serge Qué­rard vice-pré­sident de l’in­ter­co char­gé des gens du voyage. Des membres du monde agri­cole comme Ch­ris­tophe Hillai­ret pré­sident de la Chambre d’agri­cul­ture et Ch­ris­tophe Ro­bin, pré­sident du syn­di­cat des Jeunes Agri­cul­teurs étaient éga­le­ment pré­sents.

Dans l’as­sem­blée, beau­coup de per­sonnes ont avoué ne pas com­prendre la loi Bes­son - qui oblige les dé­par­te­ments à ins­tal­ler deux aires de grand pas­sage - et de­man­dé son abro­ga­tion. « Nous sommes des hommes

et des femmes res­pon­sables, nous de­vons res­pec­ter l’état de droit, c’est donc à nous de trou­ver une so­lu­tion » ,a

en­joint Chris­tine Bou­tin. « Nous avons fait cette réunion pour vous in­for­mer mais il faut res­pec­ter la loi » , a ajou­té Anne Ca­brit qui a évo­qué les friches in­dus­trielles comme pos­sible so­lu­tion pour im­plan­ter ces aires.

« L’état se fo­ca­lise sur notre ar­ron­dis­se­ment de Ram­bouillet pour ins­tal­ler cette deuxième aire. Mais cha­cun a sa dé­fi­ni­tion du Sud qui nor­ma­le­ment dans le cadre de cette loi com­mence à Ver­sailles. Ef­fec­ti­ve­ment, l’état a du mal à ima­gi­ner une aire à Ver­sailles, au pied du châ­teau. Et après tout pour­quoi pas ? » , a dé­cla­ré le maire de Ram­bouillet. « Nos ter­ri­toires ru­raux n’ont pas vo­ca­tion à être le sup­port des in­fra­struc­tures que l’on ne veut pas en ville. Nous

avons dé­jà dû nous battre contre un pro­jet de centre d’en­fouis­se­ment des dé­chets. Ce n’est pas parce que nous avons une plus faible den­si­té de po­pu­la­tion que nous

de­vons tout ac­cep­ter » , a ren­ché­ri Ch­ris­tophe Hillai­ret.

Si les élus peinent de­puis tant d’an­nées à trou­ver un site pour ac­cueillir les grandes mi­gra­tions des gens du voyage, ils sont d’ac­cord sur sa né­ces­si­té. Tous ont, en ef­fet, dû faire face un jour ou l’autre à une ar­ri­vée de mas­sive de ca­ra­vanes sur un ter­rain agri­cole ou un stade. « Chaque an­née, 400 hec­tares soit trois fermes et de­mi sont im­pro­duc­tives en Ile-de-france à cause de ces oc­cu­pa­tions in­tem­pes­tives » , a in­di­qué le

pré­sident de la Chambre d’agri

culture. « Près de chez moi, une com­mune a dû payer 40 000 eu­ros pour re­mettre en état les équi­pe­ments col­lec­tifs après l’oc­cu­pa­tion d’un stade » , a ajou­té le maire de

Poi­gny-la-fo­rêt. « Son­champ a ac­cueilli quatre fois 250 ca­ra­vanes une an­née, a ré­vé­lé

Serge Qué­rard. Et les forces de l’ordre ne nous aident pas, elles nous ré­pondent : « Vous n’avez pas d’aire de grand pas­sage. On ne peut rien faire ». Il faut ap­pli­quer la loi si­non nous au­rons des cam­pe­ments sau­vages. »

Une as­so­cia­tion contre l’aire

« Il est im­por­tant que nous

soyons tous en­semble » ,a conclu Chris­tine Bou­tin. L’élue a en­cou­ra­gé les ha­bi­tants à adhé­rer à l’as­so­cia­tion contre l’aire de grand pas­sage Sud-yve­lines (Aca­sy), en cours de for­ma­tion. Dès son of­fi­cia­li­sa­tion, une an­nonce pa­raî­tra à la mai­rie de Saint-mar­tin-de-bré­ten­court.

Mais dé­jà d’autres veulent al­ler plus loin. Ch­ris­tophe Ro­bin des JA a an­non­cé que son or­ga­ni­sa­tion avait pré­vu d’or­ga­ni­ser une ma­ni­fes­ta­tion « aux abords

du ter­rain ou ailleurs » contre ce pro­jet. Le dé­pu­té Jean-fré­dé­ric Pois­son, ar­ri­vé en cours de réunion, a an­non­cé qu’il y par­ti­ci­pe­rait.

170 per­sonnes ont as­sis­té à la réunion qui se te­nait dans la salle po­ly­va­lente de Sainte-mesme.

Les élus du Sud-yve­lines sont ve­nus nom­breux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.