Grous­say, terre de tour­nages

■ MONT­FORT-L’AMAURY Le châ­teau de Grous­say connaît une nou­velle vie de­puis son ou­ver­ture au pu­blic il y a deux ans. Outre les vi­si­teurs, ce lieu ex­cep­tion­nel sé­duit éga­le­ment le monde du ci­né­ma. Pour preuve, les tour­nages s’y mul­ti­plient.

Toutes les Nouvelles (Rambouillet / Chevreuse) - - La Une - Ma­rie Ver­meersch

Mont­fort

De­puis deux ans, le châ­teau de Grous­say, construit en 1815, connaît un nou­veau souffle grâce à la créa­tion de l’as­so­cia­tion Pa­tri­moine aven­ture qui a sou­hai­té le faire re­vivre en l’ou­vrant au pu­blic. La beau­té du châ­teau, avec son parc de 31 hec­tares, ain­si que son ori­gi­na­li­té in­suf­flée par l’un de ses pro­prié­taires de 1938 à 1970, Charles de Beis­te­gui, sé­duit éga­le­ment le monde du ci­né­ma.

Val­mont, Mes­rine, Ver­sailles…

Des scènes des films Val­mont, Mes­rine, Ne le dis à per­sonne ou en­core du Pe­tit Ni­co­las y ont été tour­nées, tout comme le té­lé­film Jo­sé­phine Ange Gar­dien ou en­core l’émis­sion de M6 Le meilleur pâ­tis­sier.

Plus ré­cem­ment, de­puis que Pa­tri­moine Aven­ture a pris les ma­nettes, en près de deux ans, le châ­teau a ac­cueilli les tour­nages de Ni­co­las Le Floch, la sé­rie de Ca­nal + Ver­sailles puis

Chef, avec Clo­vis Cor­nillac, dif­fu­sée sur France 2. De­puis sep­tembre, les huit épi­sodes de la sé­rie Qua­dras, qui se­ra dif­fu­sée à la ren­trée 2017 sur M6, avec en tête d’affiche Fran­çois-xa­vier De­mai­son, éga­le­ment pro­duc­teur, sont tour­nés à Grous­say.

Un re­cord de tour­nages en si peu de temps pour un châ­teau se­lon Sté­phane Jac­quet, le di­rec­teur ad­joint de la com­mis­sion du film d’ile-de-france.

Mais quelles sont les rai­sons d’un tel suc­cès de ce châ­teau aty­pique au­près des pro­duc­teurs et réa­li­sa­teur ? La liste égre­née par Jean-claude Bailly Le Roch, pré­sident de l’as­so­cia­tion Pa­tri­moine aven­ture, est longue.

Dé­jà, on peut y tour­ner des

films his­to­riques ou contem­po­rains « Grous­say se prête à toutes les époques et c’est un atout non né­gli­geable», af­firme le pré­sident. De plus, dans le mi­lieu du 7ème art, on dit que ce châ­teau fait of­fice de

stu­dio al­ter­na­tif. « Con­crè­te­ment, ce­la si­gni­fie que la dis­po­si­tion de Grous­say est telle, no­tam­ment avec son en­fi­lade de pièces au rez-de-chaus­sée, que les réa­li­sa­teurs peuvent uti­li­ser le dé­cor au na­tu­rel du châ­teau ou créer leurs dé­cors se­lon leurs be­soins » , ex­plique Jean-claude Bailly

Le Roch. « C’est un avan­tage pour eux et pour nous aus­si car en créant les dé­cors, en contre­par­tie, ils ef­fec­tuent des chan­tiers de res­tau­ra­tion. » La sé­rie Qua­dras au­ra par exemple per­mis de re­faire des pein­tures, des do­rures sur les en­ca­drures de portes ou en­core de

res­tau­rer les co­lonnes de l’en­trée du châ­teau. « Nous ins­tal­le­rons des pe­tites plaques of­fi­cielles qui in­di­que­ront que tel tour­nage au­ra per­mis la res­tau­ra­tion de telle salle » , pour­suit Jean-claude Bailly Le Roch.

Autre avan­tage de ce châ­teau, qui ne se si­tue qu’à une qua­ran­taine de ki­lo­mètres de Pa­ris, il

n’est pas ha­bi­té. « Ce­la per­met une plus grande li­ber­té aux équipes et ils ont da­van­tage d’es­pace. Par exemple, pour la sé­rie Qua­dras, toute la post-pro­duc­tion s’est ins­tal­lée aux étages. Ré­sul­tat, s’il y avait un pro­blème avec une scène, ils pou­vaient la re­faire dans la fou­lée. Ça leur fai­sait éco­no­mi­ser du temps et donc de l’ar­gent. »

Tout le ter­ri­toire en bé­né­fi­cie

Cette sé­rie a né­ces­si­té la pré­sence au châ­teau d’une équipe

de 120 per­sonnes de dé­but sep­tembre jus­qu’au 23 dé­cembre. Au­tant dire que la com­mune et ses alen­tours ont pro­fi­té

de ce tour­nage. « Pen­dant trois mois, hô­tel et gîtes ont af­fi­ché com­plets. Cer­taines scènes se ter­mi­nant vers 4h du ma­tin avant de re­prendre tôt le ma­tin, ce n’était pas pos­sible pour les équipes de re­par­tir à Pa­ris. L’un des bou­lan­gers de Mont­fort se char­geait de les ap­pro­vi­sion­ner. Nous avons conseillé les res­tau­rants du sec­teur. L’équipe de la sé­rie a même ou­vert un compte à la su­pé­rette du coin pour se ra­vi­tailler. »

Outre les tour­nages de films et té­lé­films, des marques de luxe du monde en­tier comme Hermès, Gi­ven­chy, Pa­co Ra­banne, La­croix ou en­core ré­cem­ment les mo­tos haut de gamme Triumph, veulent le cadre de Grous­say pour leurs shoo­tings.

Afin de se faire connaître en­core da­van­tage, l’as­so­cia­tion a réus­si à ob­te­nir un es­pace au très pri­sé Sa­lon des lieux de tour­nage qui au­ra lieu fin jan­vier au Car­reau du Temple à Pa­ris.

De l’ar­gent uti­li­sé pour faire vivre le châ­teau

« En peu de temps, nous avons re­don­né à Grous­say son image d’art de vivre à la Fran­çaise pour nous po­si­tion­ner sur le cré­neau du monde de l’art et du luxe. Il ne faut pas se leur­rer, c’est dans ce mi­lieu qu’il y a de l’ar­gent. Tous les tour­nages que nous avons ac­cueillis nous ont per­mis de sor­tir la tête de l’eau au ni­veau fi­nan­cier. Nous al­lons com­men­cer l’an­née avec une belle tré­so­re­rie » , se ré­jouit Jean-claude Bailly Le Roch.

De l’ar­gent qui ser­vi­ra à fi­nan­cer l’ob­jec­tif pre­mier de l’as­so­cia­tion Pa­tri­moine aven­ture : faire vivre le châ­teau en l’ou­vrant au pu­blic, à tous les pu­blics. « Grâce à cette manne fi­nan­cière, nous pou­vons in­ves­tir pour en­tre­te­nir le do­maine, res­tau­rer le châ­teau, le re­meu­bler, tout ce­la pour don­ner en­vie aux vi­si­teurs de ve­nir dé­cou­vrir cet élé­ment du pa­tri­moine yve­li­nois. D’autre part, cet ar­gent nous sert éga­le­ment à ai­der les ar­tistes en de­meure au châ­teau. Nous avons éga­le­ment pu ac­cueillir gra­tui­te­ment une com­pa­gnie de jeunes ar­tistes de Seine-saint-de­nis afin qu’ils tournent un court-mé­trage. Ça a été un mo­ment d’ex­cep­tion pour eux. Nous vou­lons aus­si per­mettre aux en­fants des écoles de Mont­fort et des com­munes alen­tour de pro­fi­ter des lieux. Un pro­jet est en cours afin qu’une pièce de Jean de la Fontaine puisse être jouée dans le ma­gni­fique théâtre ita­lien du châ­teau. »

La sé­rie Qua­dras met­tra en scène Fran­çois-xa­vier De­mai­son, Alex, qui épouse Alix Pois­son, Sa­rah, en se­condes noces. À la table des ma­riés : huit cou­verts. Mais aus­si huit vies. Huit par­cours. Huit crises. © Lou Bre­ton/ M6

© Gaël Co­ton­nec. La sé­rie Chef dif­fu­sée sur France 2, avec en tête d’affiche Clo­vis Cor­nillac, a éga­le­ment été tour­née en par­tie au châ­teau de Grous­say. « À l’ins­tar de Fran­çois-xa­vier De­mai­son, Clo­vis Cor­nillac est une per­sonne ab­so­lu­ment char­mante », confie le pré­sident de l’as­so­cia­tion Pa­tri­moine aven­ture qui se ré­jouit d’au­tant plus « qu’en règle gé­né­rale, les tour­nages se passent bien. Le dia­logue se fait en di­rect avec les res­pon­sables, ce qui évite tout pro­blème. Il n’est pas rare que nous fê­tions la fin des tour­nages avec les équipes. »

© Da­vid Kos­kas/ M6 Les huit épi­sodes de la sé­rie Qua­dras, avec Fran­çois-xa­vier De­mai­son en tête d’affiche, ont été tour­nés à Grous­say de sep­tembre à fin dé­cembre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.