Au­rore Ber­gé : pa­ri ga­gné !

Toutes les Nouvelles (Rambouillet / Chevreuse) - - La Une - Phi­lippe Co­hen

Di­manche soir, c’est un monde qui s’est écrou­lé dans la 10e cir­cons­crip­tion. Avec un score phé­no­mé­nal de 64,3 %, la nou­velle dé­pu­tée est en train de tour­ner une page de l’his­toire d’un ter­ri­toire. D’un fief né dans les an­nées 80, chasse gar­dée de Ch­ris­tine Bou­tin et

de Gé­rard Lar­cher (LR). « Nous nous sommes par­fois frot­tés à ce qui est un fief et des ba­ron­nies. Ce n’était pas ano­din qu’on m’ait choi­sie dans cette cir­cons­crip­tion face à un dé­pu­té qui est pré­sident du Par­ti ch­ré­tien-dé­mo­crate. Ce soir, vous avez choi­si un autre pro­jet de so­cié­té. Il dit que nous re­fu­sons une cir­cons­crip­tion re­pliée et re­cro­que­villée sur elle-même… On ne va pas s’ar­rê­ter là ! » , a dé­cla­ré d’un air bra­vache la nou­velle dé­pu­tée de 30 ans dans la nuit à Smart Ci­ty Cam­pus ; le temple des start-up et des en­tre­prises qui marchent à Ram­bouillet. Tout un sym­bole pour la jeune femme, an­cienne jup­péiste, fi­gure mé­dia­tique de la gé­né­ra­tion Ma­cron.

Faire sau­ter les car­cans

Di­manche, à ses cô­tés, étaient pré­sents ces nou­veaux en­tre­pre­neurs qui n’ont pas froid aux yeux, à l’image d’alexandre Ri­chard, pa­tron de Pro­deal­cen­ter, nu­mé­ro 1 de la vente agri­cole sur In­ter­net. Toute une gé­né­ra­tion qui veut faire sau­ter les car­cans, et avec eux, l’image d’épi­nal bu­co­lique et im­muable, dans la­quelle, par­fois, le SudY­ve­lines s’en­ferme. « C’est la

fin du bo­va­risme » , souf­flait-on dans la nuit de di­manche où les airs de Da­vid Guet­ta et de Dir­ty Dan­cing ré­son­naient au coeur de Smart Ci­ty Cam­pus. Une ville dans la ville nar­guant presque la ci­té pré­si­den­tielle re­lé­guée au rang de belle en­dor­mie.

Dès lun­di ma­tin, Au­rore Ber­gé

était à l’as­sem­blée na­tio­nale. « C’est le man­dat de la der­nière chance. Nous n’avons pas le droit d’échouer » , pro­met-elle après avoir en­chaî­né les di­rects pour les té­lé­vi­sions na­tio­nales. Dans les pro­chaines se­maines, Au­rore Ber­gé sou­haite re­joindre la com­mis­sion édu­ca­tion et cul­ture « car c’est le pre­mier chan­tier du pré­sident, le plus urgent, qui com­mande tous les autres » . Quant à ses pre­mières pro­po­si­tions de loi, elles por­te­ront sur la ré­vi­sion de la loi SRU : « Je vais m’ap­puyer sur les élus lo­caux pour construire une pro­po­si­tion en te­nant compte des spé­ci­fi­ci

tés de cha­cun » , pro­met-elle. Des élus ru­raux qui jus­te­ment l’at­tendent au tour­nant. Car si Au­rore Ber­gé s’en­vole au ni­veau na­tio­nal, elle de­vra ras­su­rer au ni­veau lo­cal, afin d’être la dé­pu­tée de tous et de toutes.

Au­rore Ber­gé fière de sa vic­toire, di­manche, à Smart Ci­ty Cam­pus.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.