« De­puis la fin des élec­tions, ça re­dé­marre for­te­ment »

Toutes les Nouvelles (Rambouillet / Chevreuse) - - Le Dossier De La Semaine - M.S.

Fran­çois-marie Cham­bon, le ma­na­ger de l’agence Tous pour un Voyage à Saint-germain-en-laye croule sous les de­mandes de dos­siers de­puis le 19 juin. La fin des élec­tions fran­çaises per­met à cha­cun de re­trou­ver une vie nor­male. Mais le risque d’at­ten­tat est en­core dans les têtes.

Fran­çois-marie Cham­bon avait pour­tant bien dé­mar­ré l’an­née. Tout mar­chait fort pour son agence Tous pour un Voyage jus­qu’au mois d’avril où la France

s’est « mise en ar­rêt », se­lon lui. « Le monde s’est ar­rê­té. Ça fait drôle. Les pro­fes­sion­nels du tou­risme an­non­çaient des ré­ser­va­tions rem­plies à hau­teur de 70% en mars mais ce fut le contraire. » Les élec­tions pré­si­den­tielle puis lé­gis­la­tives ont chan­gé la donne. Un autre élé­ment a mo­di­fié les es­prits : le virus Ebo­la qui a at­teint l’afrique Oc­ci­den­tale et les at­ten­tats en Afrique du Nord. « Au­jourd’hui, l’afrique est re­pous­sée par les clients pour­tant il existe de bons ta­rifs au Ma­roc, un pays tran­quille. Si on a d’im­por­tants moyens, la Na­mi­bie, le Ke­nya sont de belles des­ti­na­tions. Mais il faut sa­voir que dans ces pays on paie en dol­lars. Le ni­veau de vie est cher. La Tan­za­nie est de­ve­nue hors de prix. »

Se­lon le spé­cia­liste, l’eu­rope a connu une hausse de la de­mande mais pas dans tous les pays. « Les Ca­na­ries sont de­man­dées, c’est une évi­dence. En 2016, nous avons connu un gros suc­cès sur cette des­ti­na­tion. Avec 900€ par se­maine, vous aviez de très beaux pro­duits. La Grèce au contraire a man­gé son pain blanc. L’ita­lie du Sud est très pri­sée. Idem en Asie et en Corse où les ré­ser­va­tions sont bien rem­plies. Il reste peu de choses au­jourd’hui.

En re­vanche, le Por­tu­gal et Ma­dère sont des re­lais de crois­sance im­por­tants. En Slo­vé­nie, il existe de beaux pro­duits in­té­res­sants : des es­paces boi­sés, une culture mé­dié­vale et ba­roque. La fa­çade ma­ri­time est peut-être le point faible. » Il faut aus­si pen­ser au prix de l’avion. « Se­lon les mes­sages que l’on re­çoit des com­pa­gnies, ils faut s’at­tendre à ce qu’ils re­montent à cause d’une sur­taxe car­bu­rant liée au coût du pé­trole et la courbe du dol­lar », ex­pli­quet-il.

Fran­çois-marie Cham­bon, le ma­na­ger de l’agence Tous pour un Voyage à Saint-germain-en­laye.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.