Elles de­mandent une meilleure prise en charge du han­di­cap

Toutes les Nouvelles (Versailles / Saint-Quentin-en-Yvelines) - - L’actu Du Département - Alexandre Mar­qué F. C.

S’ap­puyant sur plu­sieurs di­zaines d’as­so­cia­tions d’en­fants han­di­ca­pés dans tout l’hexa­gone et une charte si­gnée par 1 600 fa­milles, la struc­ture - le col­lec­tif Han­di-ac­tif France - de­mande une meilleure prise en charge du han­di­cap en France. « Le chan­tier est ti­ta­nesque dans tous les do­maines, dé­plore la Plai­si­roise Isa­belle Oli­vier, co­fon­da­trice du col­lec­tif et dont la fille, Anaïs, 7 ans, est at­teinte d’un han­di­cap mo­teur. En France, il y a une mé­con­nais­sance des pro­blé­ma­tiques. »

Le groupe de ma­mans sou­haite des amé­lio­ra­tions dans cinq do­maines prio­ri­taires : la sco­la­ri­té, la san­té, le ma­té­riel mé­di­cal, les al­lo­ca­tions et les ai­dants fa­mi­liaux.

L’exemple des soins à l’étran­ger est par­ti­cu­liè­re­ment frap­pant. Face au manque de moyens et de thé­ra­pies en France, près de 1 000 fa­milles font pra­ti­quer à leurs en­fants des mé­thodes de ré­édu­ca­tion dé­ve­lop­pées dans d’autres pays (Es­pagne, Da­ne­mark, Po­logne, Etats-unis…). Sco­la­ri­sée dans un centre spé­cia­li­sé à Vau­cres­son (Hauts-de-seine), Anaïs suit ain­si ré­gu­liè­re­ment des stages in­ten­sifs de ré­édu­ca­tion en Es­pagne lors des va­cances sco­laires. « C’est la neu­vième fois qu’on va en Es­pagne, pré­cise sa ma­man. Avec ces ate­liers, Anaïs a fait beau­coup de pro­grès. Elle ar­rive à faire 100 pas toute seule, elle a pro­gres­sé au ni­veau de la pa­role. »

Le col­lec­tif dé­nonce éga­le­ment le coût « exor­bi­tant » du ma­té­riel mé­di­cal pour leurs en­fants et « les abus des fa­bri­cants qui nous prennent pour des vaches à lait ». « Tout est mul­ti­plié par dix (avec un en­fant han­di­ca­pé), s’in­surge Isa­belle Oli­vier. Un siège au­to, c’est plus de 2 000 eu­ros, la moindre op­tion, c’est 200 eu­ros. La syn­thèse vo­cale d’anaïs a coû­té 9 500 eu­ros. Et il n’y a eu au­cun rem­bour­se­ment de la Sé­cu­ri­té so­ciale. Un tran­sat de bain coûte 500 eu­ros en An­gle­terre et 1 200 eu­ros en France. »

En sep­tembre, Han­di-ac­tif France a été re­çu par le ca­bi­net de la se­cré­taire d’etat en charge du han­di­cap, So­phie Clu­zel. Un pre­mier pas. « Em­ma­nuel Ma­cron a l’air de vou­loir faire quelque chose dans le temps. »

Dans les Yve­lines, Han­diac­tif France peut no­tam­ment comp­ter sur le sou­tien de Florence Gran­jus, dé­pu­tée (LREM) de la 12e cir­cons­crip­tion (Plai­sir/ Pois­sy). « Elle es­saie de sen­si­bi­li­ser d’autres dé­pu­tés sur le han­di­cap. Mais ce n’est pas un su­jet por­teur de voix… », re­grette Isa­belle. est en ef­fet né­ces­saire, no­tam­ment pour payer les hé­ber­ge­ments qui doivent être adap­tés aux per­sonnes à mo­bi­li­té ré­duite.

Elever un en­fant han­di­ca­pé re­lève du parcours du com­bat­tant. Confron­tées à ces dif­fi­cul­tés au quo­ti­dien, six ma­mans de la ré­gion pa­ri­sienne ont dé­ci­dé d’agir en créant en jan­vier der­nier le col­lec­tif Han­di-ac­tif France. Plu­sieurs do­maines : sco­la­ri­té, san­té, ma­té­riel… Re­çues par le ca­bi­net de la se­cré­taire d’etat

En mars der­nier, des ma­mans du col­lec­tif Han­di-ac­tif France, dont Isa­belle Oli­vier (2e à gauche), ont ren­con­tré deux sé­na­teurs pour évo­quer avec eux le su­jet du han­di­cap (DR). Les par­ti­ci­pants du chal­lenge 2017, sur la côte At­lan­tique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.