Mé­fiance de mise face au fu­tur rap­port de la com­mis­sion Lin­ky

Toutes les Nouvelles (Versailles / Saint-Quentin-en-Yvelines) - - Autour De Versailles - Em­ma­nuel Fèvre

Les ondes élec­tro­ma­gné­tiques font dé­bat à Louveciennes. Pour éclai­rer les ci­toyens, l’as­so­cia­tion Etik & Act or­ga­ni­sait une confé­rence, mar­di 14 no­vembre, salle Re­noir, au­tour des ob­jets connec­tés, des an­tennes et autres ob­jets do­tés de la tech­no­lo­gie CPL (Lin­ky). L’idée est d’ap­prendre à mieux maî­tri­ser son ex­po­si­tion à ces ondes in­vi­sibles, in­odores et in­au­dibles.

« Ce sont les comp­teurs Lin­ky, dont nous vou­drions maî­tri­ser le dé­ve­lop­pe­ment, qui m’ont in­ci­tée à pro­po­ser ce ren­dez-vous », ex­plique Mé­la­nie Tous­saint, qui vient de fon­der Etik & Act, une as­so­cia­tion lou­ve­cien­noise qui se pré­oc­cupe de l’en­vi­ron­ne­ment et du dé­ve­lop­pe­ment du­rable. Cette confé­rence était ani­mée par Marc Cen­drier, de l’as­so­cia­tion Ro­bin des toits et Paule Le­moine, os­téo­pathe, qui étu­die les symp­tômes dé­clen­chés par les champs élec­tro­ma­gné­tiques sur le corps de ses pa­tients.

Des comp­teurs Lin­ky qui font à Louveciennes l’ob­jet d’un vaste dé­bat de­puis le prin­temps et d’une com­mis­sion ex­tra­mu­ni­ci­pale, mise en place en juin der­nier par une dé­ci­sion des élus du conseil mu­ni­ci­pal.

Le groupe d’une quin­zaine de per­sonnes, élus de toutes les ten­dances re­pré­sen­tées au conseil, as­so­cia­tifs et ci­toyens vo­lon­taires, ti­rés au sort, doit rendre un rap­port in­for­ma­tif sur l’état ac­tuel des connais­sances en ma­tière d’im­pact concer­nant les comp­teurs Lin­ky, re­fu­sés par une par­tie de la po­pu­la­tion. Suite à la créa­tion de cette com­mis­sion, une dé­li­bé­ra­tion du conseil mu­ni­ci­pal du 12 oc­tobre der­nier a d’ailleurs de­man­dé à Enedis de sur­seoir au dé­ploie­ment des comp­teurs Lin­ky sur le ter­ri­toire de la com­mune.

Une dé­li­bé­ra­tion qui a toutes les chances d’être re­to­quée par le contrôle de la lé­ga­li­té en pré­fec­ture, ce dont sont conscientes Mé­la­nie Tous­saint et Lau­rence Bau­dot, toutes deux membres de la com­mis­sion ex­tra-mu­ni­ci­pale.

Deux Lou­ve­cien­noises qui vou­draient voir ce su­jet da­van­tage mis en avant au ni­veau na­tio­nal, conscientes du peu de poids d’une com­mis­sion très lo­cale et de l’action de quelques ci­toyens. « C’est une vé­ri­table in­quié­tude d’avoir ça chez­nous » mar­tèle Mé­la­nie Tous­saint. La jeune femme a d’ailleurs mis une chaîne au­tour de son comp­teur, pour évi­ter un rem­pla­ce­ment non sou­hai­té. « Nous sommes pré­oc­cu­pés sur le su­jet de l’ex­po­si­tion aux ondes, sur la fa­ci­li­té of­ferte de re­cueillir des don­nées per­son­nelles et sur le fait de rem­pla­cer des comp­teurs qui sont en­core par­fai­te­ment opé­ra­tion­nels », ajoute la jeune femme.

À ce jour, Mé­la­nie Tous­saint et Lau­rence Bau­dot ont plu­tôt l’im­pres­sion d’avoir une ma­jo­ri­té mu­ni­ci­pale qui joue la montre, cher­chant à prendre le sens du vent plu­tôt que de se po­ser en in­ter­lo­cu­teur ca­pable de pe­ser. Mais la Ville en a-t-elle la pos­si­bi­li­té, pas sûre.

« Nous de­man­dons une in­for­ma­tion com­plète des ci­toyens. Nous es­sayons pour ce­la de contri­buer aux tra­vaux de la com­mis­sion. Nous de­man­dons le libre choix de mettre en place ou non les Lin­ky chez-soi, dans l’es­poir de ne pas avoir par­ti­ci­pé à cette com­mis­sion pour rien. »

Re­mettre un rap­port Jouer la montre ?

Mé­la­nie Tous­saint a po­sé un ca­de­nas sur son comp­teur. Ma­rianne Syt­ch­kov ani­me­ra plu­sieurs contes et ate­liers au cours du fes­ti­val.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.