L’eau chaude de la ré­si­dence étu­diante pro­duite grâce aux eaux usées

Toutes les Nouvelles (Versailles / Saint-Quentin-en-Yvelines) - - Saint-Quentin-En-Yvelines - Ni­co­las Gior­gi

Les 147 étu­diants de la ré­si­dence An­dré-du­noyer-de-se­gon­zac, inau­gu­rée en sep­tembre bou­le­vard Vau­ban, ne man­que­ront pas d’eau chaude sous la douche cet hi­ver.

Grâce à une tech­no­lo­gie bap­ti­sée ERS (Sys­tème de ré­cu­pé­ra­tion éner­gé­tique), 100 % de l’eau chaude sa­ni­taire de ce bâ­ti­ment de nou­velle gé­né­ra­tion est pro­duite à par­tir des eaux usées des douches, de lave-linge ou de vais­selle des ré­si­dents (mais pas en­core des WC). Une pre­mière dans le dé­par­te­ment.

Un sys­tème dé­ve­lop­pé par la so­cié­té fran­çaise Bio­fluides en­vi­ron­ne­ment, ba­sée à Saintfar­geau-ponthierry, en Sei­neet-marne, pour le compte du bailleur so­cial Va­lo­phis Sa­re­pa.

« L’ar­chi­tecte de la ré­si­dence, l’ate­lier Pas­cal Gon­tier, a sé­lec­tion­né cette tech­no­lo­gie car il est sen­sible à la ré­duc­tion des éco­no­mies d’éner­gie », rap­porte Ar­naud de la Tour du Pin, di­rec­teur du dé­ve­lop­pe­ment com­mer­cial de la so­cié­té.

Pour com­prendre com­ment ça fonc­tionne, il faut se rendre dans le sous-sol de la ré­si­dence. C’est dans cette uni­té que les eaux grises passent tout d’abord par une grande cuve, où sont in­té­grés des « échan­geurs ». Ce sont eux qui per­mettent de cap­ter l’éner­gie pré­sente dans cette eau.

Les ca­lo­ries ain­si pié­gées per­mettent en­suite d’ali­men­ter deux bal­lons de 1 020 litres, pré­chauf­fés à 60 °C, par l’in­ter­mé­diaire d’une pompe à cha­leur.

Grâce à ce sys­tème, « la fac­ture d’eau chaude est di­vi­sée par deux », as­sure Alain Mou­ret, pré­sident de Bio­fluides. De l’ar­gent gé­né­ra­le­ment ré­in­ves­ti par les bailleurs.

« L’ERS per­met d’éco­no­mi­ser jus­qu’à 75 % de plus qu’un sys­tème élec­trique et 45 % de plus qu’un sys­tème à gaz », pour­suit-il.

Le sys­tème est adap­té pour les pics de con­som­ma­tion, entre 6h et 8h.

« Nous avons tra­vaillé pour que le sys­tème s’au­to­ré­gule. On a un sys­tème di­gi­tal, qui nous per­met de contrô­ler toutes les in­for­ma­tions en temps réel et à dis­tance », ex­plique le di­ri­geant de so­cié­té. Des in­for­ma­tions en­voyées en­suite à un bu­reau d’études ain­si qu’au bailleur.

Le mois der­nier, les étu­diants logés à Du­noyer-de-se­gon­zac ont en moyenne consom­mé 113 l d’eau chaude par jour. Soit l’équi­valent de deux douches.

La fac­ture d’eau chaude di­vi­sée par deux

Une uni­té de va­lo­ri­sa­tion des eaux usées a été mise en ser­vice dans la nou­velle ré­si­dence étu­diante Du­noyer-de-se­gon­zac par Bio­fluides, une so­cié­té di­ri­gée par Alain Mou­ret (photo).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.