LES HOMMES MÈNENT LA DANSE

La guerre des sexes est dé­cla­rée ! Les pe­tites filles re­pré­sentent tou­jours une ma­jo­ri­té écra­sante dans les cours de danse. Pour­tant les hommes oc­cupent au­jourd’hui la plu­part des postes de pou­voir. ERICK GRI­SEL s’est pen­ché sur ce pa­ra­doxe.

Vanity Fair (France) - - Fanfare -

Ils s’ap­pellent Bo­ris Char­matz, Olivier Dubois, Ch­ris­tian Riz­zo, Ema­nuel Gat, Yu­val Pick, Akram Khan ou Pierre Ri­gal. Ils sont les nou­velles stars de la danse contem­po­raine. Cho­ré­graphes et di­rec­teurs de com­pa­gnie, ces qua­dras aux tempes gri­son­nantes (ou à la franche cal­vi­tie) rem­plissent les gra­dins des fes­ti­vals et sus­citent à cha­cune de leurs créa­tions l’ad­mi­ra­tion des cri­tiques. Si Phi­lippe De­cou­flé, An­ge­lin Prel­jo­caj, les Belges Jan Fabre et Si­di Lar­bi Cher­kaoui ne fi­gurent pas dans cette liste, c’est que leur re­nom­mée a fran­chi de­puis long­temps les fron­tières eu­ro­péennes. Quant au Bor­de­lais Ben­ja­min Millepied, c’est nim­bé d’une au­ra toute hol­ly­woo­dienne qu’il vient de dé­bar­quer à la tête de l’Opé­ra de Pa­ris, en rem­pla­ce­ment de Bri­gitte Lefèvre.

Et les femmes, alors ? Qui donc pour prendre le re­lais d’Odile Du­boc et de Pi­na Bausch, dis­pa­rues il y a peu ? Sur­gies dans les an­nées 1970, elles ré­vo­lu­tion­nèrent la scène eu­ro­péenne et la firent rayon­ner dans le monde pen­dant plu­sieurs dé­cen­nies. Qui pour jouer dans la cour des grandes Ma­thilde Mon­nier, Ma­guy Ma­rin, Ka­rine Sa­por­ta ou Ré­gine Cho­pi­not ? Je­tons un oeil sur la pro­gram­ma­tion du der­nier fes­ti­val Mont­pel­lier Danse : sur les seize cho­ré­graphes in­vi­tés, seuls trois étaient des femmes (le Fes­ti­val d’au­tomne à Pa­ris a fait lé­gè­re­ment mieux en oc­tobre : trois femmes sur les treize cho­ré­graphes in­vi­tés). Po­tas­sons le pro­gramme du Théâtre na­tio­nal de Chaillot : il est aux deux tiers mas­cu­lin. Tout comme l’af­fiche de la Bien­nale de la danse à Lyon cette an­née. Un dés­équi­libre d’au­tant plus frap­pant qu’il suf­fit de mettre un pied dans un cours de danse à Pa­ris ou en pro­vince pour l’ob­ser­ver : mal­gré l’ar­ri­vée en force du hip hop dans le pay­sage cho­ré­gra­phique, les gar­çons y sont tou­jours mi­no­ri­taires. « Il y a en­vi­ron 20 % de gar­çons pour 80 % de filles dans nos cours, confirme , di­rec­trice du Stu­dio Harmonic à

Ch­ris­tine Mé­lot Pa­ris. Le plus em­blé­ma­tique, ce sont les cours pour en­fants. L’autre jour, un petit gar­çon qui avait vu la co­mé­die mu­si­cale Billy El­liot à Londres nous a té­lé­pho­né pour s’ins­crire. Quand il a com­pris qu’il n’y au­rait presque que des pe­tites filles avec lui, il a re­non­cé. Il va fal­loir que je crée un cours ré­ser­vé aux pe­tits gar­çons pour qu’ils osent ve­nir ! »

Dans le bal­let Tu­tu,

le cho­ré­graphe

des hommes dans la danse.

Phi­lippe La­feuille in­ter­roge la place

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.