Les mots & LES CHOSES

D’Oli­vier Polge

Vanity Fair (France) - - Vanity Case - VIR­GI­NIE MOUZAT

On a beau re­fu­ser ses ra­cines, elles vous rat­trapent. Oli­vier Polge ne se ren­dra pas tout de suite à l’évi­dence : pla­cer ses pas dans ceux de son père, , grand or­don­na­teur des par­fums ChaJacques Polge nel de­puis 1978. For­mé à l’his­toire de l’art et au pia­no clas­sique, le jeune homme ne sait pas en­core qu’un stage d’été aux par­fums Cha­nel dé­ci­de­ra pour lui. En­suite, une for­ma­tion chez Cha­ra­bot, à Grasse – pré­ci­sé­ment là où , créa­teur du No 5 au dé­but des an­nées 1920, pas­sa une

Er­nest Beaux an­née avant d’in­té­grer la jeune mai­son de cou­ture de la rue Cam­bon – va scel­ler sa dé­ter­mi­na­tion. Après deux an­nées d’ini­tia­tion à la com­po­si­tion de par­fums dans une pe­tite so­cié­té ge­ne­voise, IFF (In­ter­na­tio­nal Fla­vors and Fra­grances) le re­crute et l’en­voie à New York. Là, il faut ré­pondre à des exi­gences mar­ke­ting et rem­por­ter des pro­jets sur les concur­rents. Une autre fa­çon pour ce pia­niste de faire ses gammes. Peu à peu il s’af­firme. En oc­tobre 2013, Cha­nel lui pro­pose de re­joindre les la­bo­ra­toires mai­son. Et de suivre les traces de son père. Une fi­lia­tion ra­re­ment aus­si lé­gi­time et as­su­mée dans le sec­teur. Le pre­mier acte de foi de ce qua­dra­gé­naire se­ra de com­po­ser le dou­zième opus de la sé­rie « Les ex­clu­sifs de Cha­nel » dé­dié à , pia­niste elle aus­si, muse de la Re­vue

Mi­sia Sert blanche et des Bal­lets russes, et guide in­tel­lec­tuel de

Ga­brielle . C’est d’ailleurs elle qui, dès 1919, pous­se­ra Co­co à Cha­nel dé­po­ser la marque Eau Cha­nel. Avec Mi­sia , Polge rattrape d’une cer­taine fa­çon le temps per­du. —

La bou­gie Ot­to

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.