La Ca­Li­for­nie de Pi­cas­so

La vil­la où a vé­cu l’ar­tiste, sur les hau­teurs de Cannes, de­vrait être mise en vente pro­chai­ne­ment par Ma­ri­na Pi­cas­so, la pe­tite-fille du peintre.

Vanity Fair (France) - - Vanity Case Art De Vivre -

Au mi­lieu des an­nées 1950, , tou­jours pro­di­gieu­sePi­cas­so ment pro­duc­tif à 76 ans, cherche la lu­mière, la nature et l’inspiration sur la Côte d’Azur, une ré­gion qu’il adore. Si­tuée au 22, ave­nue Coste- Belle, à Cannes, dans le quar­tier hup­pé de La Ca­li­for­nie, une mai­son de 1 200 m2 sur trois étages, plan­tée au coeur d’un parc ver­doyant, lui semble le lieu idéal pour se po­ser, vivre et tra­vailler. Il y em­mé­nage en 1955 avec Jac­que­line Roque, sa com­pagne plus jeune que lui de qua­rante- six ans. Il ins­talle son ate­lier au rez- de- chaus­sée : les larges baies vi­trées, tou­jours ou­vertes, baignent l’es­pace d’une lu­mière conti­nue. Les cli­chés de ses amis pho­to­graphes Ed­ward Quinn et Lu­cien Clergue montrent le peintre l’oeil vif au mi­lieu de ses toiles et de ses cé­ra­miques, sou­vent torse nu. Dé­sor­mais, il règne dans les vo­lumes bour­geois de la vil­la un joyeux ca­phar­naüm qui tranche avec l’at­mo­sphère mon­daine qui y ré­gnait jus­qu’alors. Construite en 1920 par l’ar­chi­tecte

à la de­mande du vi- Hen­ri Pic­quart comte

Al­phonse de Sa­li­gnac- Fénelon et de son épouse Alexan­dra, la pro­prié­té bap­ti­sée vil­la Fénelon était à l’ori­gine une luxueuse ré­si­dence d’hi­ver, dont le sculp­teur a réa­li­sé la riche

Hen­ri Vi­dal fa­çade. Au moindre rayon, sa toi­ture en tuiles ver­nis­sées de cou­leur verte scin­tillait au soleil et on voyait le cap de la Croi­sette face aux îles de Lé­rins s’étendre à perte de vue. C’est d’ailleurs ici que le maître es­pa­gnol pein­dra, en 1958, La Baie de Cannes.

De­puis la ré­vo­lu­tion d’Oc­tobre, l’aris­to­cra­tie russe émi­grée à Cannes a in­ves­ti le quar­tier. À tel point qu’on le sur­nomme « la pe­tite Rus­sie ».

Alexan, fille d’Eu­gène dra de Sa­li­gnac- Fénelon Tri­pet, consul de France à Mos­cou, et d’une riche hé­ri­tière russe, Alexan­dra Féo­do­rov­na Skry­pit­zine, re­çoit ici la haute so­cié­té. Quand Pi­cas­so achète la

La vil­la construite

en 1920

par Hen­ri Pic­quart.

Pi­cas­so

dans sa vil­la

en 1957.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.