L’al­lure de...

… Au­drey Hep­burn par Yul Bryn­ner, 1968.

Vanity Fair (France) - - Vanity Case Style - Ch­ris­to­pher niquet

Cette pho­to­gra­phie d’ , prise par son Au­drey Hep­burn ami l’ac­teur , en 1968, la capture sans ef­fet Yul Bryn­ner ni pose, loin de sa so­phis­ti­ca­tion ha­bi­tuelle. Sur le nez, ses éter­nelles lu­nettes noires (créées pour elle par l’An­glais

Oli­ver ). Ce jour-là, sa grâce na­tu­relle lui per­met d’en­chanGold­smith ter comme per­sonne un simple T- shirt blanc et un bob en co­ton. À ses cô­tés, le york­shire ter­rier d’Eli­za­beth Tay­lor nom­mé Hubert. Der­rière elle, l’homme si élé­gant à la che­mise ou­verte fa­çon BHL s’ap­pelle . C’est un den­tiste dont la clien

Charles Val­lot­ton tèle jet- set va du dic­ta­teur vé­né­zue­lien à

Juan Vi­cente Gomez . Cet été 1968, comme tous les étés de­puis 1960, Char­lie Cha­plin une com­mu­nau­té hé­té­ro­clite se re­trouve en Suisse chez les Bryn­ner, Yul et sa femme l’an­cien man­ne­quin suisse, .

Do­ris Klei­ner Leur do­maine de Cha­ni­vaz est de­ve­nu au fil du temps le lieu de ren­dez-vous de stars in­ter­na­tio­nales en tour­nage sur le vieux continent, de l’aris­to­cra­tie eu­ro­péenne de pas­sage, des riches voi­sins en exil fis­cal mais aus­si des mé­tayers du vil­lage. Quelques mois au­pa­ra­vant, Au­drey Hep­burn a ren­con­tré en Grèce le psy­chiatre , qui de­vien­dra son se­cond ma­ri après sa

An­drea Dot­ti sé­pa­ra­tion d’avec le pro­duc­teur . Les pa­pa­raz­zis ita

Mel Fer­rer liens sont à ses trousses, un cli­ché de l’ac­trice adul­tère vaut de l’or. La star, l’une des plus dis­crètes de sa gé­né­ra­tion, a choi­si de vivre à Rome, loin des stu­dios de Los An­geles. De­puis 1967 et Seule dans la nuit réa­li­sé par , un film qui lui

Te­rence Young vau­dra sa cin­quième no­mi­na­tion aux Os­car, elle n’a pas mis les pieds sur un pla­teau de tour­nage. Face à ce har­cè­le­ment, Au­drey Hep­burn, en jeune femme avi­sée, contrôle même les images vo­lées d’elle en Gi­ven­chy haute cou­ture. Sur cette photo, son al­lure s’op­pose ra­di­ca­le­ment à celle de Hol­ly Go­light­ly, son per­son­nage dans Dia­mants sur ca­na­pé dont les rangs de perles et le four­reau noir ins­pirent tou­jours. —

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.