re­tour à BREXIT-cITy

Dans cette pe­tite ville du nord-est de Londres, sept élec­teurs sur dix ont choi­si de quit­ter l’Eu­rope le 23 juin. Thier­ry Du­geon a son­dé les coeurs de ces eu­ro­phobes qui re­fusent qu’on leur vole leur vic­toire.

Vanity Fair (France) - - Fumoir -

Sue Con­nel­ly me­nace, fa­rouche : « Les par­le­men­taires n’ont pas in­té­rêt à igno­rer la voix du peuple ! Ça leur re­vien­dra vio­lem­ment à la fi­gure ! Nous sommes le peuple ! Nous leur dic­tons les choses, pas le contraire. » Cette pe­tite femme ron­de­lette et éner­gique de 68 ans a fait cam­pagne pour le Brexit contre l’avis de ses mé­de­cins qui ve­naient de lui diag­nos­ti­quer un can­cer. Elle est le bras droit du dé­pu­té conser­va­teur An­drew Ro­sin­dell, élu de Rom­ford, 72 000 ha­bi­tants, dans la grande ban­lieue de Londres. Une poche élec­to­rale dont le monde a fait connais­sance lors­qu’elle a été la pre­mière à se dé­cla­rer of­fi­ciel­le­ment pour la sor­tie de l’UE, dé­but 2016. Et au ma­tin des ré­sul­tats, en juin, le dis­trict dont Rom­ford fait par­tie af­fi­chait 70 % pour la sor­tie de l’Union eu­ro­péenne, très au- des­sus de la moyenne na­tio­nale (52 %).

La ville n’a ja­mais pu pré­tendre au charme. Les quatre centres com­mer­ciaux sans âme construits juste der­rière, sur un tout pe­tit ki­lo­mètre car­ré, n’ont pas ai­dé. Deux na­tio­nales des­sinent un noeud de ser­pent qui étrangle le centre-ville. Pour y en­trer ou en sor­tir, le pié­ton em­prunte de mul­tiples pas­sages sou­ter­rains. Au sud, des tours et des pe­tites mai­sons tristes. Au nord et à l’est, des quar­tiers plus cos­sus où les ré­ver­bères de­viennent des chênes, où les ber­lines montent en gamme et où les te­nues des dames gagnent en élé­gance.

La ville s’anime va­gue­ment le mer­cre­di et le sa­me­di, jours de mar­ché. Une soixan­taine d’étals se dé­plient sur la grand­place, au pied d’une église dont le ca­rillon se prend pour Big Ben tous les quarts d’heure. Dans South Street, un ma­nège amuse les en­fants et un groupe pé­ru­vien in­flige au pas­sant El Con­dor Pa­sa. Sue Con­nel­ly re­çoit au siège lo­cal du par­ti conser­va­teur, fiè­re­ment nom­mé Mar­ga­ret That­cher House. Par­tout dans l’en­trée de cette pe­tite mai­son de brique rouge, des dra­peaux bri­tan­niques ; même le ta­pis en

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.