QUAND LOÏC PRIGENT ren­contre PATSY ET EDINA

Al­coo­liques, mé­chantes, fou­traques, fei­gnasses, fa­shio­nis­tas et mons­trueu­se­ment drôles : quand Patsy et Edina ont dé­bar­qué sur le pe­tit écran en 1994 avec leur sé­rie culte Ab­so­lu­te­ly Fa­bu­lous, LOÏC PRIGEnt a su qu’il avait trou­vé sa voie. À l’heure de la

Vanity Fair (France) - - Sommaire -

Elles sont to­ta­le­ment folles, sou­vent dé­fon­cées, in­croya­ble­ment in­dignes, dé­ci­dé­ment mau­vaises et ab­so­lu­ment fa­bu­leuses... Elles ont donc tout ce qu’il faut pour fas­ci­ner l’au­teur des tweets les plus drôles sur le monde de la mode. Leur ren­dez-vous n’a pu que confir­mer cette évi­dente fi­lia­tion.

Patsy Stone est une sorte de so­sie d’Aman­da Lear, blonde à chi­gnon, fu­mant comme une che­mi­née, bu­vant comme un ma­rin, ré­dac­trice en chef mode d’un men­suel fa­shion an­glais. Edina « Ed­dy » Mon­soon, pa­tronne d’une agence de re­la­tions pu­bliques, est ob­sé­dée par Ch­ris­tian La­croix et son propre in­dice de masse cor­po­relle, dont elle im­pute l’in­fla­tion à sa fille Saf­fron, ado sur­douée mais aus­si bon­net de nuit que les deux autres sont fê­tardes, seul in­di­vi­du sen­sé de ce trio in­fer­nal.

Quand Ab­so­lu­te­ly Fa­bu­lous et son hu­mour bri­tish et trash s’in­vitent sur le pe­tit écran, en 1994, les sé­ries de la té­lé fran­çaise se li­mitent à peu près aux Feux de l’amour et à Na­var­ro. Et voi­là que dé­barque cet ov­ni qui s’ap­pa­rente à Qui êtes-vous, Pol­ly Mag­goo ? sans au­cun ali­bi ar­tis­tique. Avec le jeu en plus. Le jeu de Joan­na Lum­ley (la blonde, ex- James Bond girl et in­ou­bliable Pur­dey de Chapeau me­lon et bottes de cuir) et de Jen­ni­fer Saun­ders (la brune, au­teur de la sé­rie) tient plus de la pan­to­mime mé­dié­vale que de Mi­chel Bou­quet. Mais les dia­logues sont in­sur­pas­sables et ont cir­cu­lé dans le mi­lieu de la mode, pour­tant joyeu­se­ment ca­ri­ca­tu­ré, plus vite qu’un bon plan soldes de presse. Quand je suis ar­ri­vé à Pa­ris et que j’ai com­men­cé à m’in­crus­ter dans les dé­fi­lés, j’ai dé­cou­vert que les pre­miers rangs étaient peu­plés de Patsy et d’Edina qui ne se ren­daient pas compte à quel point elles res­sem­blaient aux per­son­nages. Si ce n’est qu’il n’y avait pas de rires pré­en­re­gis­trés quand elles sor­taient

Aux dé­fi­lés, ce sont les mêmes qui hé­sitent entre un mAu­vAis lif­ting et un mAu­vAis AmAnt.

JEN­NI­FER SAUN­DERS : gi­leT STELLA McCArTnEy. ToP H& M. CHaPeau FILU. bagueS DOrIS HAnGArTnEr eT OS­CAr DE L A rEn­TA. GEORGIA MAY JAG­GER : robe DOLCE & GABBAnA. ToP GEOr­GIO ArMAnI. CHaPeau STE­PHEn JOnES MILLInE­ry. OLIVE LE CHIEN : Col­lier STELLA McCArTnEy.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.