Lettres à Anne (1962-1995) de Fran­çois Mit­ter­rand

Vanity Fair (France) - - Vanity Case - VIRGINIE MOUZAT

Ce sont des lettres d’amour. Ce sont des lettres d’his­toire. Avec un grand A et un grand H. De­puis 1962 et jus­qu’à sa mort, Fran­çois Mit­ter­rand écrit à celle qui de­vient la femme de sa vie, Anne Pin­geot. Elle lui ré­pond, bien sûr, mais ce ne sont que les mis­sives du dé­funt pré­sident fran­çais qui sont re­cueillies ici, pu­bliées par Gal­li­mard. Les 1 217 cour­riers des­sinent en creux le por­trait de celle qui fut la femme de l’ombre. Cette der­nière ré­vèle, à la lu­mière post­hume de cet amour ro­ma­nesque, une fé­mi­ni­té ample, com­plexe, à éga­li­té de la su­prême in­tel­li­gence et de la té­na­ci­té de Fran­çois Mit­ter­rand. En 1964, il écrit : « Je t’ai ren­con­trée et j’ai tout de suite de­vi­né que j’al­lais par­tir pour un grand voyage. Là où je vais je sais au moins que tu se­ras tou­jours. » Dans sa der­nière lettre, il laisse ce ma­gni­fique tes­ta­ment sen­ti­men­tal : « Tu as été ma chance de vie. Com­ment ne pas t’ai­mer da­van­tage ? » Com­ment ré­sis­ter à une vie plus forte qu’un ro­man ? —

Che­va­lière Da­vid Yur­man. Montre 1966 Date Gi­rard- Per­re­gaux. Jonc Quatre Bou­che­ron. Bra­ce­let Keys Tif­fa­ny & Co. Pull et che­mise Eden Park. Verre Louise Roe Co­pen­ha­gen. Fauteuil Pierre Pau­lin édi­té par Ligne Ro­set.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.