Ma­lick Si­di­bé, « l’oeil de Ba­ma­ko ».

Vanity Fair (France) - - Sommaire - TO­MA CLARAC

« L’oeil de Ba­ma­ko », son sur­nom, ne lui ren­dait qu’à moi­tié jus­tice. Si Ma­lick Si­di­bé a bien été un do­cu­men­ta­riste pré­cis et pré­cieux de la ville où il a vé­cu de 1952 jus­qu’à sa mort en avril 2016, il est aus­si ce­lui qui l’a su­bli­mée. Dans l’ef­fer­ves­cence du Ma­li d’après l’in­dé­pen­dance, les mou­ve­ments in­sen­sés des no­ceurs qu’il sai­sit en soi­rée semblent per­fo­rer la sur­face de l’image et l’al­lure in­can­des­cente de la jeunesse qu’il pho­to­gra­phie en stu­dio, em­bra­ser la pel­li­cule. C’est simple : à l’ins­tar de ses su­jets, les pho­tos de Si­di­bé dé­bordent de vie et de style. —

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.