L’im­mo­bi­lier de pres­tige

Ten­dances : Les dif­fé­rents spé­cia­listes du sec­teur le confirment : l’an­née 2017 offre de bonnes pers­pec­tives pour les fu­turs ac­qué­reurs de biens de luxe

Var-Matin (Brignoles / Le Luc / Saint-Maximin) - - Hippisme - PAR MÉ­LIS­SA MA­RI / SOPRESS

Les in­ves­tis­seurs pre­mium pro­fitent d’un contexte éco­no­mique ac­tuel­le­ment pro­pice à l’achat, en par­ti­cu­lier les ac­qué­reurs eu­ro­péens, moins frei­nés par les élec­tions pré­si­den­tielles qu’il y a quatre ans. Dans son der­nier rap­port, le ré­seau in­ter­na­tio­nal d’agences im­mo­bi­lières de luxe Cold­well Ban­ker, an­nonce « un dé­but d’an­née 2017 flo­ris­sant grâce au Brexit ». En ef­fet, tous les in­di­ca­teurs sont pour l’ins­tant au vert sur le mar­ché de l’im­mo­bi­lier haut de gamme, no­tam­ment grâce aux in­ves­tis­seurs étran­gers, plus confiants quant à l’évo­lu­tion de la conjonc­ture éco­no­mique. Se­lon Cold­well Ban­ker, cette ten­dance po­si­tive « s’ex­plique no­tam­ment par un nombre im­por­tant d’achats de ré­si­dants bri­tan­niques ou étran­gers », qui agissent en amont du Brexit et ce, dans des ré­gions à fort po­ten­tiel, ou des villes ma­jeures comme : Pa­ris, Bor­deaux, le Poi­touC­ha­rentes, le Bas­sin d’Ar­ca­chon, la Côte Basque, la Côte d’Azur et la Pro­vence. Cet af­flux d’ache­teurs agit lo­gi­que­ment sur les prix, qui entrent dans une dy­na­mique haus­sière, dé­pas­sant dé­sor­mais le mil­lion d’eu­ros. En­fin, d’autres in­ves­tis­seurs, comme les Amé­ri­cains, re­viennent aus­si sur le mar­ché, tou­jours im­pul­sés par un contexte po­li­ti­co-éco­no­mique. Les plus ai­sés d’entre eux pro­fitent de la nou­velle pré­si­dence et des chan­ge­ments der­niè­re­ment ins­tau­rés, qui fa­vo­risent l’aug­men­ta­tion de leur pou­voir d’achat, lais­sant en­tre­voir de nou­velles pers­pec­tives d’achat ou­treAt­lan­tique.

Un mar­ché bien dé­fi­ni

L’im­mo­bi­lier de pres­tige concerne un seg­ment de mar­ché très pré­cis, dont la dé­fi­ni­tion évo­lue d’un sec­teur à l’autre, en fonc­tion de la san­té éco­no­mique du pays d’ac­cueil, des at­tentes des ac­qué­reurs et d’autres pré­oc­cu­pa­tions, comme la fis­ca­li­té, l’at­trac­ti­vi­té des lieux et plus ré­cem­ment en­core, les ques­tions en­vi­ron­ne­men­tales. Se­lon le der­nier rap­port de Ch­ris­tie’s in­ter­na­tio­nal, l’em­pla­ce­ment dé­ter­mine en grande par­tie le prix d’un bien dit « pres­ti­gieux » et les choix se portent ac­tuel­le­ment plus sur les centres ur­bains, sur­tout s’il s’agit d’un achat en ré­si­dence prin­ci­pale. C’est no­tam­ment le cas dans les grandes ag­glo­mé­ra­tions de la Côte d’Azur, où les pro­fes­sion­nels notent un re­pli des ache­teurs vers les coeurs de ville, en quête de grands ap­par­te­ments avec vue, un ex­té­rieur et un sta­tion­ne­ment (à Nice et Cannes, le bud­get moyen est de 1,5 à 3 mil­lions d’eu­ros). En­fin, et à l’image du mar­ché clas­sique, la né­go­cia­tion est de mise, en par­ti­cu­lier pour les biens sans dé­fauts, dont les prix at­teignent par­fois des som­mets.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.