FN : « Nos élec­teurs aus­si sont res­tés à la maison ! »

Le se­cré­taire départemental ne conteste pas le re­cul de son par­ti dans ses bas­tions va­rois, mais ne l’es­time pas « si­gni­fi­ca­tif ». Il an­nonce aus­si des chan­ge­ments au FN va­rois à la ren­trée

Var-Matin (Brignoles / Le Luc / Saint-Maximin) - - Second Tour - K. M. kmi­chel@ni­ce­ma­tin.fr

Je veux bien qu’on se penche sur la baisse du vote FN dans les com­munes gé­rées par le FN... Mais dans ce cas-là, il faut aus­si se pen­cher sur la nette di­mi­nu­tion du vote LR dans l’ag­glo­mé­ra­tion tou­lon­naise ! » : le se­cré­taire départemental du Front na­tio­nal, Fré­dé­ric Boc­ca­let­ti, ne mâche pas ses mots dès lors qu’il est ques­tion de re­gar­der de plus près le vote fron­tiste dans le dé­par­te­ment. Le se­cré­taire départemental ne conteste pas les faits : à l’ex­cep­tion du Lu­cen-Pro­vence, où le fron­tiste Phi­lippe Lot­tiaux est ar­ri­vé en tête avec 52,22 % des voix, le FN en­re­gistre un re­cul dans ses propres bas­tions (Fré­jus, Co­go­lin en par­ti­cu­lier).

À quand la pro­por­tion­nelle ?

« Nos élec­teurs, comme les autres, sont res­tés à la maison », concède le se­cré­taire départemental du Front na­tio­nal. Si main­te­nant les élec­teurs fron­tistes se com­portent dé­sor­mais comme n’im­porte quel élec­teur ! Ce­pen­dant, mal­gré l’abstention, le FN a pro­gres­sé en termes de voix : 86 238 au pre­mier tour des législatives, 102 060 au se­cond. On est loin ce­pen­dant du score de Ma­rine Le Pen au se­cond tour de la pré­si­den­tielle, un mois plus tôt : 257768 voix sur l’en­semble du dé­par­te­ment. Fré­dé­ric Boc­ca­let­ti, du coup, re­la­ti­vise les mau­vais ré­sul­tats : « Le bi­lan dans les villes FN est po­si­tif, ces pertes de voix ne sont pas si­gni­fi­ca­tives, et sur­tout ne re­mettent pas en cause la ges­tion mu­ni­ci­pale de nos équipes ». Et d’es­pé­rer un mau­vais bi­lan du gou­ver­ne­ment pour « la même sanc­tion qu’aux mu­ni­ci­pales et aux ré­gio­nales ».

Vers un chan­ge­ment de nom ?

« Ce qui me choque, pour­suit Fré­dé­ric Boc­ca­let­ti, c’est que le FN réa­lise sur l’en­semble du dé­par­te­ment 34,49 % des voix et nous n’ob­te­nons au­cun dé­pu­té. Dans le même temps, alors que le par­ti LR réa­lise 11, 50 %, il ob­tient deux dé­pu­tés. Et que dire des 6, 78 % du MoDem qui lui per­mettent de rem­por­ter un siège. Il est urgent que les res­pon­sables politiques re­voient leur concep­tion de la dé­mo­cra­tie, la pro­por­tion­nelle doit être au plus vite ins­tau­rée pour chaque élec­tion, afin qu’il existe dans notre pays une réelle dé­mo­cra­tie. Chaque cou­rant po­li­tique doit pou­voir être re­pré­sen­té, en te­nant compte des ré­sul­tats ob­te­nus dans les urnes et non grâce à de pe­tits ar­ran­ge­ments po­li­ti­ciens. » En at­ten­dant une ré­forme an­non­cée - «mais dans quelles pro­por­tions ? », s’in­ter­roge le se­cré­taire départemental - « nous al­lons pour­suivre notre po­li­tique d’im­plan­ta­tion dans le dé­par­te­ment, pour­suit Fré­dé­ric Boc­ca­let­ti. Exemple avec Jé­rôme Ri­vière, can­di­dat FN bat­tu dans la 6e cir­cons­crip­tion mais qui «a bien l’in­ten­tion de conti­nuer le tra­vail com­men­cé pour les législatives… » Et puis, à la ren­trée de sep­tembre, le Front na­tio­nal va, comme les par­tis tra­di­tion­nels, travailler à sa « re­fon­da­tion »:« Il y au­ra re­po­si­tion­ne­ment de notre ligne po­li­tique, ex­plique Fré­dé­ric Boc­ca­let­ti, sans doute chan­ge­ment de nom. » La fé­dé­ra­tion du Var de­vrait d’ailleurs, elle aus­si, connaître quelques re­ma­nie­ments in­ternes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.