Se­reine Mau­borgne : l’ave­nir tra­cé d’une femme pi­quante

Var-Matin (Brignoles / Le Luc / Saint-Maximin) - - 3e Et 4e Circo - P. PLEU

In­fir­mière li­bé­rale, 45 ans, mère de deux grands en­fants, la nou­velle dé­pu­tée de la 4e cir­cons­crip­tion a dé­jà, dans l’es­prit, tra­cé sa route vers l’As­sem­blée na­tio­nale et les tâches qu’elle veut y ac­com­plir. Une femme d’ac­tion et de dé­ter­mi­na­tion sans au­cun doute. Le re­gard bleu azur. Droit au but. «Je ne vais pas là-bas pour ne rien faire ». C’est dit. Elle fut dé­jà « hos­pi­ta­lière » au Mans (cinq ans de can­cé­ro­lo­gie in­fan­tile et au­tant de post­réa­ni­ma­tion adulte), conseillère mu­ni­ci­pale du­rant deux ans, dans la Sarthe tou­jours, dans une mou­vance d’union de la Gauche ten­dance éco­lo­giste. Elle sut tout lâ­cher aus­si du­rant un an et de­mi pour être aux cô­tés de son com­pa­gnon dans la res­tau­ra­tion, avant de re­ve­nir à son pre­mier mé­tier dans le golfe de Saint-Tro­pez. À son compte au sein d’un gros ca­bi­net in­fir­mier à Co­go­lin, elle songe à pour­suivre son mé­tier à temps très par­tiel, pour conser­ver son droit d’exer­cer. Heu­reuse d’être élue, («avoir réus­si à mettre fin à plus de 30 ans de règne de mon pré­dé­ces­seur et battre le FN en même temps, c’est vrai­ment une grande joie pour moi »), elle sait tou­te­fois qu’elle doit mettre son mé­tier entre pa­ren­thèses.

Des axes de tra­vail dé­jà dé­fi­nis

Ses pa­tients sont for­cé­ment tristes. «Mais à Pa­ris, je vais aus­si travailler pour eux, d’une autre fa­çon. J’es­père en ef­fet in­té­grer la com­mis­sion mé­di­cale de l’As­sem­blée. Nous sommes 43 dé­pu­tés is­sus du monde mé­di­cal ou pa­ra­mé­di­cal. Je crois être la seule in­fir­mière li­bé­rale et la première du genre. Je me fais fort, en plus des autres tâches que j’au­rai à ac­com­plir, de me faire la porte-pa­role de la pro­fes­sion, mais aus­si des ma­lades et de leurs be­soins, car nous exer­çons un vé­ri­table maillage sur le ter­rain au­près d’eux. C’est une force mé­con­nue des pou­voirs pu­blics que je compte faire connaître.» La Dé­fense fe­ra de même par­tie de ses do­maines de pré­di­lec­tion : « Il y a beau­coup d’en­tre­prises re­le­vant de la Dé­fense im­plan­tées dans le Var ,qui est même le pre­mier dé­par­te­ment de France dans ce do­maine. J’es­père travailler avec Syl­vie Gou­lard pour nouer aus­si des liens entre les dé­pu­tés na­tio­naux et les dé­pu­tés eu­ro­péens. » En­fin, la nou­velle élue veut se rap­pro­cher des pe­tites com­munes ru­rales du Nord de la cir­cons­crip­tion. « Je veux travailler no­tam­ment sur l’intergénérationnel, la pré­ven­tion… Il y a beau­coup d’at­tente des pe­tits maires. Mon pré­dé­ces­seur, le Dr Couve, avait en­ga­gé cette dé­marche. Je la pour­sui­vrai. Tout n’est pas né­ga­tif.»

Bien en­tou­rée

Du tra­vail à Pa­ris, des ren­dez­vous dans la cir­cons­crip­tion, Se­reine Mau­borgne a dé­jà pré­vu son or­ga­ni­sa­tion. «Je se­rai trois jours à Pa­ris, plu­tôt en dé­but de se­maine et de re­tour dans la cir­cons­crip­tion dès le jeu­di. J’ins­tal­le­rai mon bu­reau à Co­go­lin. Avec l’en­ve­loppe que je vais avoir, j’es­père pou­voir en­ga­ger plu­sieurs at­ta­chés, ain­si qu’une se­cré­taire. Il y en au­ra un à Pa­ris, un ju­riste. Même si j’ai fait une an­née de droit, il me faut quel­qu’un de spé­cia­li­sé. J’es­père aus­si pou­voir en­ga­ger à mi-temps au moins mon sup­pléant, Mi­kaël Vermes. Consul­tant en com­mu­ni­ca­tion, pré­sident ré­gio­nal de l’as­so­cia­tion « Table ronde» qui réunit des en­tre­pre­neurs de moins de 40 ans pour la col­lecte de fonds à des­ti­na­tion d’oeuvres ca­ri­ta­tives (comme les Voiles de l’es­poir), c’est quel­qu’un de très dy­na­mique. Na­tha­lie So­ko­loff, ma di­rec­trice de cam­pagne, se­ra at­ta­chée de cir­cons­crip­tion. Je me dois d’être en­tou­rée pour pou­voir être ef­fi­cace.» Et Se­reine pré­voit aus­si l’ave­nir : « Je vou­drais que les ‘‘mar­cheurs’’ d’au­jourd’hui conti­nuent à être ac­tifs et soient les têtes pen­santes de de­main. Dans trois ans, il y au­ra des élec­tions mu­ni­ci­pales et nombre d’élus au­ront ef­fec­tué leurs trois man­dats. Il peut y avoir pas mal de bou­le­ver­se­ments. » Se­reine Mau­borgne ira dé­cou­vrir l’As­sem­blée na­tio­nale jeu­di pro­chain. Presque le dé­but d’une croi­sade.

(Pho­to Michel Joh­ner)

Se­reine Mau­borgne : « Je ne vais pas là-bas pour ne rien faire. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.