Fa­bien Ma­tras rê­vait de de­ve­nir sa­peur-pom­pier

Var-Matin (Brignoles / Le Luc / Saint-Maximin) - - 7e Et 8e Circo - EME­RIC CHARPENTIER echar­pen­tier@ni­ce­ma­tin.fr

Une belle gueule, ça aide for­cé­ment. Sur­tout quand on af­fiche dé­jà le pro­fil type du can­di­dat macroniste. Jeune par son âge (32 ans) comme en po­li­tique (conseiller mu­ni­ci­pal de l’opposition en 2011, il a été élu maire de Flayosc aux der­nières mu­ni­ci­pales), il est pro­fes­seur de droit pu­blic. Sou­cieux de son image et de sa « com », il a le verbe court mais pré­cis. Fa­bien Ma­tras, le nou­veau dé­pu­té de la 8e cir­cons­crip­tion avait tout pour sur­fer sur la dé­fer­lante REM. En ayant éga­le­ment à son ac­tif un sou­tien de la première heure à Em­ma­nuel Ma­cron, ren­con­tré en sep­tembre 2016, à une époque où bien rares étaient ceux qui ima­gi­naient l’an­cien mi­nistre de l’Éco­no­mie ne se­rait-ce qu’au se­cond tour des pré­si­den­tielles… En 2014, peu pen­saient aus­si que Fa­bien Ma­tras ga­gne­rait la mai­rie de Flayosc. Lui avait dé­jà la convic­tion que le jeu des par­tis tra­di­tion­nels, le cli­vage gau­che­droite, al­laient ex­plo­ser et avait bâ­ti une liste sur «des forces politiques plu­rielles », fon­dée sur l’en­ga­ge­ment au ser­vice de l’in­té­rêt gé­né­ral. «Les gens en ont marre d’un sys­tème qui ne fonc­tionne plus. Marre qu’on leur pro­mette tout et n’im­porte quoi. Il faut être plus réa­liste, prag­ma­tique. Ma­cron a com­pris que les Fran­çais at­ten­daient qu’on fasse de la po­li­tique au­tre­ment et avaient be­soin de re­nou­vel­le­ment. Quand j’ai com­men­cé, ado, à m’in­té­res­ser à la po­li­tique, c’était dé­jà les mêmes vi­sages qu’au­jourd’hui ! »

« Il n’y au­ra pas de maire bis »

Pour ce cé­li­ba­taire qui n’a «pas de com­pagne, pas de com­pa­gnon, pour ré­pondre aux ru­meurs dra­cé­noises», l’en­ga­ge­ment pour En marche ! dont il a as­su­ré la co­or­di­na­tion va­roise était donc tout tra­cé, sans cal­cul. « Je ne veux pas faire de la po­li­tique un mé­tier, se plaît-il à ré­pé­ter. Si dans cinq ans, je ne suis plus élu, je re­pren­drai mes cours de droit. Là, ça va être dif­fi­cile mais je vais es­sayer de conser­ver au moins un cours par se­maine à la fa­cul­té de Dra­gui­gnan et de Tou­lon, pour gar­der un lien. » «On ne peut pas tout faire bien. » C’est sans re­gret non plus qu’il va cé­der son fau­teuil de maire à son pre­mier ad­joint, Ch­ris­tophe Taillan­dier, « qui en a toutes les com­pé­tences. Il n’au­ra pas be­soin d’un maire bis, même si je reste au conseil mu­ni­ci­pal et je se­rai pré­sent pour suivre les dos­siers. » Voi­là qui va ras­su­rer cer­tains Flayos­cais dont on a dit pen­dant la cam­pagne qu’ils n’avaient pas vo­té pour le can­di­dat dé­pu­té afin de conser­ver leur maire ! Dé­sor­mais, priorité à ce man­dat de parlementaire que Fa­bien Ma­tras compte as­su­mer plei­ne­ment, à l’As­sem­blée na­tio­nale comme sur le ter­ri­toire de la plus grande cir­cons­crip­tion du Var. Au len­de­main du pre­mier tour, lors du dé­bat or­ga­ni­sé parV ar-ma­tin avec son ri­val fron­tiste Pierre Ju­gy, Fa­bien Ma­tras était ap­pa­ru épui­sé par le ma­ra­thon de la cam­pagne. Je lui avais lan­cé en guise de bou­tade : « Al­lez, c’est bien­tôt fi­ni. Vous al­lez pou­voir faire la sieste sur les bancs de l’As­sem­blée ! » Il s’était sou­dain re­dres­sé, et m’avait fixé : « Cer­tai­ne­ment pas ! »

Pré­ser­ver la ré­serve parlementaire

C’est ain­si que dès les pro­chains jours, il pro­po­se­ra un amen­de­ment au pro­jet de loi sur la mo­ra­li­sa­tion de la vie pu­blique pour pré­ser­ver la ré­serve parlementaire, sur la base d’un ap­pel à pro­jets des com­munes. Et qu’il a « quelques idées » en ma­tière de tra­vail en com­mis­sions par­le­men­taires. Lui qui rê­vait de pas­ser le concours de sa­peur-pom­pier (il l’a d’ailleurs été un temps comme vo­lon­taire) s’est dé­sor­mais trou­vé une autre mis­sion de ser­vice pu­blic.

(Pho­to Adeline Le­bel)

Fa­bien Ma­tras a été élu di­manche soir avec , % des voix.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.